MENU

INOR-55250

BLASONNEMENT

 Ecartelé  :

      –  Au 1, d’or, à une fraise de gueules aux akènes d’or, feuillée de trois pièces de sinople,

     –  Au 2, d’azur, à une fleur de lys d’or.

     –   Au 3, d’azur, à une cotice haussée d’argent surmontant une doloire d’or.

    –   Au 4, d’or, à un coq hardi et chantant de gueules, allumé d’argent . 

Soutien de l’écu : Deux pampres, supportés de tanné, feuillés et vrillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir. 

Croix de Guerre 1939 – 1945, au naturel, appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure

 Devise toponymique : INOR en lettres de sable sur un listel d’or au revers d’azur.

 MOTIVATION 

La fraise est l’un des principaux fruits des jardins. Elle évoque ici le toponyme INOR du village (Horto en 1139, Inortum en 1157) de hort, ort > le jardin en langue d’oil.   

Le coq est l’un des attributs de Saint Pierre (selon la légende, avant que le coq chante au matin, Pierre aurait renié Jésus trois fois la nuit de Pâques). Il souligne que l’église construite en 1722, partiellement détruite en 1940 et restaurée en 1954, est vouée à Saint Pierre. 

La fleur de lys d’or sur le champ d’azur rappellent qu’à la fin de l’ancien régime, le village dépendait du Clermontois. Le prince de Condé portait : ” D’azur à trois fleurs de lys d’or et au bâton péri en bande de gueules “.

Auparavant le village a eu pour suzerains le comté de Chiny, celui de Bar et le duché de Lorraine.

La cotice d’argent sur le champ d’azur s’inspire des armes de la famille Vassinhac d’Imécourt qui succéda à la famille de Pouilly par mariage en 1653 comme seigneur local puis comme châtelain après la révolution. La famille Vassinhac d’Imécourt portait : d’azur à la bande d’argent cousue de sable ; ce blasonnement a donné lieu à des interprétations diverses selon les auteurs.

Gédéon II de Vassinhac avait fait édifier un imposant château en 1688, au lieu et place d’une forteresse médiévale.

Le château a été détruit, en même temps que le village, en 1940.

Les pampres sont ceux des vignes qui jusqu’à la fin du 19ème siècle produisait, sur plus de 75 ha à Inor, un vin localement réputé. La doloire est celle des tonneliers une activité du village parallèle à celle des vignerons.

La Croix de Guerre 1939-1945 a été attribuée à la commune d’Inor  avec la citation suivante à l’ordre du Régiment   :                  “A été, en mai-juin 1940, l’enjeu d’âpres batailles qui ont entrainé sa destruction presque totale. Malgré les ruines accumulées et les rigueurs de l’occupant, sa population s’est remise au travail avec courage dès le lendemain de l’armistice s’efforçant de ranimer la vie du village”. Cette citation comporte l’attribution de la Croix de Guerre avec étoile de bronze.  Fait à Paris, le 12 février 1949. Max LEJEUNE.

Armoiries composées et dessinées par Robert LOUIS, héraldiste, et Dominique LACORDE, historien, membres du Comité Lorrain d’Héraldique, avec l’avis de Daniel MAYOT, et adoptées par le conseil municipal en septembre  2020, M.  Sébastien GILLET étant maire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × cinq =