MENU

BELLERAY– 55042

BLASONNEMENT   D’or à la bande, légèrement diminuée en largeur, de gueules chargée de trois alérions d’argent, accompagnée en chef d’un soc de charrue équipé de son coutre, d’azur et en pointe d’une plaine ondée d’azur dans laquelle nage un canard colvert au naturel brochant.    Croix de guerre 1914 1918, au naturel, appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  Cri de ralliement toponymique BELLERAY en lettres d’or sur un listel rectangulaire d’azur surmontant l’écu.  MOTIVATION.  Le soc de charrue fait allusion au toponyme BELLERAY – Ballerey en 1041, qui selon certains auteurs (a) pourrait avoir été composé de Bel et de arey (beau sillon tracé par la charrue). Selon d’autres auteurs, Belleray serait lié au nom d’homme gaulois Balaros.(b). Le canard est un symbole fort à Belleray. Il est le sobriquet des habitants du village. La plaine ondée représente La Meuse et le village de pêcheurs qui est à l’origine de la création du village. Il rappelle également le bac qu’empruntaient naguère les habitants de Belleray, en particulier les laitières, pour se rendre à Verdun car le village est établi sur la rive gauche de la Meuse. Le premier pont a été construit en 1882. Le […]
Lire la suite ›

LAMOUILLY-55275 –  

Blasonnement  Écartelé en sautoir d’azur et d’argent : Au 1, d’azur, à une colombe en vol d’argent portant un rameau d’olivier d’or ; au 2 d’argent, à une tête de lion de sable, couronnée d’or ; au 3, d’argent chargé d’ un manteau de centurion de gueules à une épée d’or abaissée ,brochant ; au 4, d’azur à deux haches d’or, emmanchées d’argent, passées en sautoir.     Soutien de l’écu : Deux rameaux de charme, tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or passés en sautoir.  Devise toponymique : LAMOUILLY en lettres d’argent    sur un listel d’azur au revers de gueules.  Motivation  La tête de lion et la couronne d’or rappellent que Lamouilly fut rattaché à Montmédy, chef-lieu d’un   baillage du Luxembourg français créé en 1659, au traité des Pyrénées. A cette occasion, LOUIS XIV octroya un “écusson d’or chargé d’un lion de sable et timbré d’une couronne d’or” dans les armes de Montmédy chargées, par ailleurs, d’une “ville fortifiée”.    Le manteau de centurion romain est celui de Saint Martin auquel est vouée l’église consacrée en 1767 dont la tour est du XVIème siècle. L’épée est celle avec laquelle Saint-Martin coupa son manteau de centurion romain en deux […]
Lire la suite ›

CESSE – 55095

BLASONNEMENT  COUPÉ: Au 1, de gueules, au bourdon prieural, mouvant de la partition, au bouton orné d’une chapelle, les deux d’or, sommés d’une marguerite d’argent au bouton d’or, accosté à dextre d’une étoile à 8 rais percée au centre d’un octogone et à senestre d’une étoile formée de 5 pains de sucre d’or également et percée d’un pentagone. Au 2 d’azur, chargé d’une double burelle potencée et contre potencée d’argent, haussée jusqu’à la partition et surmontant deux feuilles de chêne d’or, celle de dextre posée en bande, celle de senestre en barre.  Soutien de l’écu : Deux brins de luzerne, tigés et feuillés de sinople et fleuris de gueules, passés en sautoir.  Croix de Guerre 1914 – 1918, au naturel, appendue sous l’écu et brochant sur la croisure.  Devise toponymique : CESSE en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules.  MOTIVATION   Les feuilles de chêne d’or couchées (tombées de l’arbre) constituent une arme parlante, par homonymie au second degré, pour le toponyme Cesse, si l’on souligne que les feuilles tombent quand Cesse la circulation de la sève de l’arbre. Selon certains auteurs, Cesse (Setia en 1023 Cessia au XVIème siècle serait dérivé du nom d’homme […]
Lire la suite ›

HAUDIOMONT– 55237

BLASONNEMENT    D’azur, chargée :   –  en chef, d’une tour d’or, maçonnée de sable, ouverte et ajourée du champ, accostée à dextre d’une croix papale et à senestre d’une gouge passée en sautoir avec un maillet de sculpteur, les trois d’argent et    –   en pointe, d’un couronne d’épines d’or également  Soutien de l’écu : deux Pampres, tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir.  Croix de guerre 1914 1918, au naturel, appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  Devise toponymique Haudiomont en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules.  MOTIVATION. La tour d’or évoque le fief constitué par la maison forte   dont l’aile ouest subsiste, Jacquemin de Montry en était seigneur en 1457 ; les seigneurs de cette maison forte portaient ” de sable, à trois tours d’argent, 2 et 1” L’azur, l’or et l’argent des meubles rappellent les armes de l’évêché de Verdun : “D’azur à la crosse épiscopale d’or à dextre et l’épée haute d’argent garnie d’or à senestre, accompagnées de trois clous d’argent.” Cet évêché était jadis le suzerain du village.    La croix papale est celle d’Urbain (222-230) auquel est vouée l’église détruite […]
Lire la suite ›

COMBRES-SOUS-LES-CÔTES- 55121

                              BLASONNEMENT Coupé voûté :  Au 1, de sinople, à la grappe de raisin  d’or, accostée de deux croisettes, aux pieds fichés, d’argent, pommetées d’or ; Au 2, de gueules, à l’étoile, à dix rais, d’or, remplie de sable. Soutien sous l’écu : deux brins de bleuets tigés et feuillés de sinople et fleuris d’azur, passés en sautoir et ornés de coquelicots au naturel. Croix de guerre 1914-1918, au naturel, appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure des bleuets.  Devise : Combres-sous-les-Côtes  en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules.                                                         MOTIVATION  Les bleuets et les coquelicots illustrent la rudesse des combats qui se sont déroulés sur le territoire de Combres, particulièrement de novembre 1914 à fin avril 1915, pour reprendre aux Allemands l’observatoire constitué par la butte surplombant les villages des Éparges et de Combres.   L’étoile d’or remplie de couleur noire sur le champ rouge représente les explosions souterraines et illustre le sacrifice de nombreux hommes des deux camps dans cette guerre des mines posées dans des galeries creusées par les sapeurs du Génie.  Les habitants ont […]
Lire la suite ›

LUZY- SAINT-MARTIN – 55310

Blasonnement  D’or à une tête de lion de sable surmontant deux scies crocodiles d’azur aux manches de gueules posées hautes, adossées, en chevron renversé ;   Chapé de gueules chargé à dextre d’une fleur d’iris des marais d’or et à senestre d’une grappe de raisin tigée, feuillée et fruitée du même.  Supports de l’écu : Deux hérons cendrés adossés au naturel.  Croix de Guerre 1914 – 1918, au naturel, appendue sous l’écu.  Devise toponymique :   LUZY-SAINT-MARTIN en lettres de sable   sur un listel d’or au revers de gueules.  Motivation  Les iris des marais évoquent les milieux aquatiques, marécageux et ainsi le toponyme LUZY qui, selon Jean COSTE serait lié à Luze, Loze du latin lutum : marais marécage.  Les deux parties du chapé rappellent que Saint Martin a partagé son manteau d’officier romain en deux pour en donner moitié à un pauvre dénudé. Iris des marais et chapé suggèrent ainsi : LUZY-Saint-MARTIN. Selon d’autres auteurs, LUZY pourrait être issu du nom d’homme gallo-romain LUCIUS.  L’église du village est vouée à Saint Martin.  La tête de lion de sable (noire) est celle des armes de RICHER, sire de Pouilly et de Dun qui selon Jeantin serait le premier seigneur connu de LUZY […]
Lire la suite ›

OLIZY-sur-CHIERS – 55391  

  Blasonnement  D’azur à un creuset de fonderie d’or, accompagné, en chef, du buste de Gambrinus de carnation, barbé de tanné, vêtu d’argent, couronné, au collier et à l’anneau d’or, tenant un bock du même moussant d’argent, en flancs, de deux bretèches d’argent maçonnées de sable, percées chacune d’une meurtrière canonnière du champ, mouvant des flancs, et, en pointe, de deux pics de carrier d’argent emmanchés d’or, passés en sautoir. Soutien de l’écu : Deux truites courbées, de sinople, allumées et aux nageoires de gueules, montant, vues de dessus.  Croix de Guerre 1914 – 1918, au naturel, appendue sous l’écu.  Cri de ralliement :  OLIZY-SUR-CHIERS en lettres de sable   sur un listel d’or au revers de gueules.  Motivation  Les deux bretèches représentent celles qui surmontaient les deux portes de la tour du XVIème siècle accolée à l’église vouée à Saint Remy. L’église, détruite en 1914, a de nouveau été bombardée en 1940. L’église actuelle date de 1948.  Le buste de Gambrinus évoque la girouette à son effigie   dominant naguère la touraille où séchait l’orge germé de l’importante brasserie qui a fonctionné du XVIIIème siècle jusqu’en 1912. La famille Jaisson des brasseurs a participé à la construction de plusieurs édifices publiques […]
Lire la suite ›

THILLOT – 55507

BLASONNEMENT  Coupé :       –  Au 1, de gueules, à une couronne antique  d’or surmontant, un lion dormant  d’argent ;       –  Au 2, d’or, à une quintefeuille d’azur, au bouton pentagonal du champ entouré de 10 triangles  isocèles  d’argent, senestrée d’une grappe de raisin de pourpre, pamprée de sinople.     Soutien de l’écu : Deux rameaux de mirabellier, tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or tachetés de pourpre, passés en sautoir.  Croix de Guerre 1914 1918, au naturel, appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  Devise toponymique : THILLOT en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules.  MOTIVATION :  Le toponyme THILLOT est dérivé du latin Tilia signifiant tilleul (Thail -1106, Tilloy- 1219, Tillot-1656). La quintefeuille d’azur est une fleur de lin, elle rappelle que le lin était jadis une culture importante de Thillot  ainsi qu’en témoigne le lieudit  Lignière ; Thillot  se rapproche d’ailleurs phonétiquement des verbes tiller ou teiller signifiant enlever l’écorce du lin. La culture du chanvre dans les chanvières ou chènevières complétait celle du lin. La couronne antique (1) est celle de Saint Abdon auquel est vouée l’église de Thillot. Saint Abdon et son frère Sennen […]
Lire la suite ›

Dombasle-en-Argonne – 55155

    BLASONNEMENT D’azur, à la bande ondée de gueules, bordée d’argent, en chef et en pointe, chargée d’un crosseron d’or, posé à plomb, accosté de deux annelets du même ; la bande accompagnée, en chef d’une tête de lion d’or et, en pointe d’un épi d’orge, posé en bande, à la bale et barbée du même Soutien de l’écu, deux rameaux de hêtre supportés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or. Devise toponymique : DOMBASLE-EN- ARGONNE en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. Croix de guerre 1914/ 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  MOTIVATION  La bale de l’orge est une arme parlante homonymique (phonétique) pour le prénom Basle, L’ondé, symbolisant une source, et la bale évoquent Saint Basle qui fit son noviciat à Verzy et y décéda vers 620 après avoir évangélisé l’est de la France. Ils représentent le toponyme Dombasle du village connu au 10ème siècle : domnus basolus en 962 . Saint Basle  a accompli de nombreuses actions prodigieuses souvent liées à des sources miraculeuses. L’église est vouée à ce saint. Le crosseron est celui de la crosse de l’évêque de Verdun(a). Il rappelle que le […]
Lire la suite ›

LANEUVILLE-SUR-MEUSE-55279 

Blasonnement  D’azur au chevron d’argent accompagné en pointe d’une ancre de marine d’or et en chef de deux tours-colombiers du même, ouvertes et ajourées du champ, couvertes de sable, la porte de chacune accostée de deux meurtrières du même; au chef ondé de gueules soutenu d’une trangle ondée d’argent, chargé d’un double nœud d’ajust d’or. Soutien de l’écu : Deux geais des chênes au naturel adossés.  Croix de Guerre 1914 – 1918 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure  Devise toponymique :  LANEUVILLE-SUR-MEUSE en lettres d’or  sur un listel d’azur au revers de gueules.  Motivation  Le double nœud d’or illustre phonétiquement le toponyme LANEUVILLE jadis   Nova villa, Neufville. Avec l’ondé d’argent en soutien   illustrant la Meuse, on peut lire : Laneuville-sur-Meuse.  Les deux tours sont celles du mur d’enceinte du château reconstruit au XVIIIème siècle sur l’emplacement d’un château féodal. Ayant tout d’abord un rôle défensif, elles ont été utilisées comme colombier, un apanage de la noblesse sous l’ancien régime. Ainsi elles représentent les seigneurs suzerains successifs (l’abbaye de St Hubert puis celui de Belval ; les comtes de Stenay, de Grandpré, les duchés de Bar, de Lorraine, les princes de Condé avec le Clermontois) puis plusieurs familles de […]
Lire la suite ›

BROUENNES – 55083  

BROUENNES – 55083  Blasonnement  D’or au chevron d’azur accompagné en chef de deux dés du même et en pointe d’un triquetra de gueules.   Chef de gueules chargé   d’un crénelage (tournelle) à quatre merlons d’or.  Soutien de l’écu : Deux rameaux de frêne supportés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or.  Croix de Guerre 1914 – 1918, au naturel, appendue sous l’écu et brochant sur la croisure  Devise toponymique : BROUENNES en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules.  Motivation Le champ d’or, le chef de gueules (rouge) souligne que le village est situé en Lorraine. L’azur et l’or rappelle qu’il a été rattaché initialement au duché de Bar (a) avant de dépendre directement de la France puis d’être intégré au Clermontois des princes de Condé.  Le chevron d’azur est celui des armes du baron Jean de Maret de la Loge dernier seigneur local sous l’ancien régime(b). Le crénelage de 4 merlons représente les châteaux forts de jadis : celui du village proprement dit et celui, aux 4 tours, qui s’élevait au hameau de Ginvry et contrôlait le défilé formé par la vallée de la Chiers. Le triquetra de gueules (également appelé nœud de la […]
Lire la suite ›

WISEPPE – 55582

BLASONNEMENT  D’azur, chargé, en chef, d’une fleur de lys d’or accostée de deux bars du même adossés et surmontant un bâton péri en bande de gueules et, en pointe d’un pressoir à metton également d’or à la vis d’argent. À l’orles en filet ondée d’argent. Soutien sous l’écu : deux rameaux de lauriers (rinceaux) d’or, passés en sautoir. Croix de Guerre 1914 – 1918, au naturel, appendue sous l’écu et brochant sur la croisure. Devise toponymique : Wiseppe en lettres d’or sur un listel d’azur au revers de gueules.  MOTIVATION  Le filet ondé souligne que le finage de Wiseppe est bordé par le ruisseau éponyme ; il évoque par ailleurs le toponyme du village [jadis Vuosapia (en 1046) Viseppe (en 1607)] : Vis serait une racine hydronymique et appa dérivé d’apa signifierait l’eau selon Benoit et Michel.  Les deux bars sont ceux du duché de Bar (a), ils   rappellent que la commune actuellement dans le département de la Meuse a été rattachée à ce duché avant d’appartenir au Clermontois attribué par LOUIS XIV à la famille de Condé représentée par la fleur de lys d’or et le bâton péri en bande (b).  Le pressoir à metton d’or illustre la célébrité de […]
Lire la suite ›

Senoncourt-lès- Maujouy – 55482

Senoncourt-lès- Maujouy – 55482 BLASONNEMENT   D’or au chêne feuillé de sinople et au tronc arraché de tanné, accosté vers le chef, à dextre d’un écusson de gueules, chargé d’une fleur de lys de jardin d’argent et à senestre d’une croix alésée de gueules également, chargée d’une épée abaissée d’argent.  Au chef d’azur chargé d’une aigle, en vol , contournée, d’or.  Soutien de l’écu : Deux rameaux de charme supportés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir. A l’écusson d’azur chargé d’un verre à pied brochant sur la croisure.  Devise toponymique : SENONCOURT-LÈS-MAUJOUY en lettres      de sable sur un listel d’or au revers d’azur.  MOTIVATION   Le chêne fait allusion au toponyme Senoncourt du village (Senonis-Curia en 1738) par une arme parlante homonyme (phonique) au deuxième degré. Les senons constituaient une tribu celte ayant occupé l’est de la France avant de se fixer dans la région de Sens (Yonne). En celtique SENON signifierait “ancien, sage”. Le préfixe a survécu dans   sénior. Le chêne symbolise la sagesse, la majesté. Selon certains auteurs, senon dériverait du nom d’homme germanique Sino. L’aigle est l’un des attributs de Jupiter, maître des dieux romains, elle évoque Jouy (et ainsi Maujouy) du latin […]
Lire la suite ›

MOULINS -SAINT-HUBERT– 55364

  MOULINS -SAINT-HUBERT– 55364 BLASONNEMENT De gueules à la tête de cerf de face au col arraché d’or surmontée, entre les bois, d’une croix recroisetée au pied fiché d’or également, la tête accostée de deux fers de moulin d’argent le tout surmontant une étoile à 8 rais d’or. Soutien de l’écu: deux pampres, supportés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir. Croix de guerre 1914 1918 , au naturel, appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure. Devise MOULINS-SAINT-HUBERT en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules.  MOTIVATION  La tête de cerf au col arraché et la croix qui la surmonte évoquent la légende de Saint Hubert et avec les fers de Moulins soulignent le toponyme Moulins-Saint-Hubert du village ; jadis Mollins en 1139, Moulin en 1571 ; Saint-Hubert a été ajouté en 1922. La tête de cerf au col arraché surmontée d’une croix rappelle également qu’un prieuré, rattaché à l’abbaye de Saint-Hubert (Belgique), a été fondé à Mollins  au Xème siècle par le comte de Chiny. Les bénédictins quittent Moulin au XVIIème siècle et, à cette époque, l’église prieurale devient paroissiale (jusque-là, la cité n’avait pas d’église paroissiale) […]
Lire la suite ›

Vilosnes-Haraumont– 55571

Coupé en chevron : Au 1, de gueules, chargé à dextre d’une feuille de figuier, à senestre d’une fleur de cornouiller, les deux d’or. Au 2, d’azur, à une étoile à 6 rais anglée de 6 queues de comètes à 3 pointes ployées l’ensemble de l’étoile d’argent et dextrogyre. Au chevron écimé d’or brochant sur la partition. L’écu sommé d’une couronne murale crénelée d’or maçonnée de sable. Soutien de l’écu : Deux rameaux de saule supportés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or. Croix de Guerre 1914 – 1918 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure Devise toponymique : VILOSNES-HARAUMONT en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. Motivation Les saules évoquent l’eau et ainsi la Meuse, l’étoiles avec ses queues de comètes ployées illustre le mouvement, la force du courant et ainsi le moulin et l’usine hydro électrique qui tournaient jadis sur la Meuse à Vilosnes La couronne murale symbolise tout d’abord la forteresse qui se dressait à l’endroit le plus serré de la vallée, à proximité d’un gué puis les 2 châteaux de Vilosnes. La feuille de figuier fait allusion à Saint Barthélemy auquel est vouée l’église de Vilosnes. Chez les juifs […]
Lire la suite ›

LAVALLÉE– 55282 

BLASONNEMENT   D’argent au brin de buis de sinople ; chaussé de sinople ;  Chef de gueules, à la croix de saint Maurice d’or accostée de deux abeilles en vol de profil, affrontées d’or tachetées de sable, aux ailes d’argent.  Soutien sous l’écu : une tige de blé d’or, passée en sautoir avec une autre du même  Devise LAVALLÉE en lettre d’or sur un listel de sinople au revers de gueules  MOTIVATION Le V formé par le chaussé de sinople (vert) illustre une vallée et constitue une arme parlante  pour le toponyme Lavallée, autrefois la Vallée de Bussy, la vallée du buisson. Bussy dérivé de busse, busce, du latin buxus : le buis représenté par un brin. La croix tréflée souligne que Saint Maurice est le patron de la paroisse. Les épis de blé soulignent le caractère agricole du village. Les deux abeilles rappellent que le village était jadis réputé pour ses ruchers et la qualité de la cire extraite.   Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS Président du Comité Lorrain d’Héraldique et adoptées par la commune le 18 décembre 2020, Monsieur Michel MOREAU étant maire.    
Lire la suite ›

AMEL-SUR – L’ÉTANG -55008  

  Blasonnement  Mi-tranché, retaillé en chef : Au 1, de gueules, chargé d’un butor étoilé essorant d’or tacheté de sable et à la gorge d’argent. Au 2, d’azur à un chevronnel d’argent sommé de la partition et surmontant un casque de centurion romain d’or, accosté de deux bars adossés du même.  Soutien de l’écu : Deux rameaux de chêne supportés de tanné, feuillés de sinople et englantés d’or, passés en sautoir.  Croix de Guerre 1914 – 1918 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure  Devise toponymique :   AMEL-SUR -L’ÉTANG, en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules.  Motivation  Le butor étoilé est l’une des espèces d’oiseaux du site de l’étang d’Amel aménagé par les moines au XIIe siècle pour la pisciculture. C’est l’un des derniers étangs de la plaine de la Woëvre ayant gardé son caractère sauvage. Propriété du Conservatoire d’espaces naturels de Lorraine, il a été classé, avec des terrains attenants, en Réserve Naturelle Régionale en 2006 par le Conseil Régional de Lorraine. Sa superficie est partagée entre les communes d’Amel et de Senon. En parcourant et en déployant ses ailes au -dessus de l’étang, le butor étoilé l’anime et en constitue l’âme. Ainsi […]
Lire la suite ›

Gimécourt– 55023

  Blasonnement  Coupé , au 1, d’azur à la croix pommetée au pied fiché d’argent accostée de deux épis d’or ;  au 2, d’argent à la  tête de lion de gueules couronné d’or et lampassé d’azur. soutien sous l’écu : à dextre, une tige de chardon et à senestre, un brin de pensée, les deux de sinople fleuris de gueules, passés en sautoir. Devise toponymique : GIMÉCOURT en lettres d’argent sur un listel d’azur au revers de gueules.  Motivation   Les deux épis de blé constituent des armes parlantes pour  le toponyme  du village jadis : gimelcourt. (1373), Gemellicuria (1711) : Gimel serait une variante de gemel jumeaux du latin Gemellus. Curtis, curia, court, désignent une exploitation agricole. Ils évoquent ainsi le toponyme actuel Gimécourt. Pour certains auteurs, Gimécourt aurait pour origine le nom d’homme germanique Girmar ou le nom de femme germanique Gisila. Les épis rappellent évidemment le caractère agricole du village. La croix pommetée d’argent symbolise  l’église paroissiale  Saint Etienne,  (en grec Stéphanos – couronné). Les trois boules  rappellent la lapidation de ce saint vénéré comme premier martyr de la chrétienté.    La tête de lion de gueules couronnée souligne que le village dépendait originairement au comté de Luxembourg (a) et de […]
Lire la suite ›

SAULMORY- VILLEFRANCHE – 55471

  BLASONNEMENT D’azur : à la tour d’argent à 4 créneaux, maçonnée de sable, ouverte du champ, percée d’un œil-de-bœuf radié de 8 pièces d’or, maçonné de sable, ajouré également du champ. La tour armée d’une herse relevée également d’or et accostée, à dextre d’une tête de Saint Denis de carnation barbé et chevelé d’argent, à la mitre antique d’or, à senestre d’une fleur de lys du même.  Les trois surmontent deux brins de saule, posés en chevron renversés et appointés. Soutien de l’écu : Deux brins de trèfle supportés et feuillés de sinople et fleuris de gueules, passés en sautoir. Croix de Guerre 1914 – 1918, au naturel, appendue sous l’écu et brochant sur la croisure Devise toponymique : SAULMORY-VILLEFRANCHE en lettres d’or sur un listel d’azur au revers de gueules. MOTIVATION Villefranche a été édifiée au 16ème siècle sur le finage de Saulmory. Les deux villages de Saulmory et de Villefranche ont été réunis en une même commune en 1819. Les deux brins de saule constituent une arme parlante au deuxième degré pour le toponyme Saulmory ; le saule évoque également le marais dans lequel il se développe désigné par l’ancien français more. Selon certains auteurs, Saulmory (Salmoreium […]
Lire la suite ›

HAN-LÈS-JUVIGNY- 55226

ARMOIRIES de HAN-LÈS- JUVIGNY- 55226  BLASONNEMENT Coupé ondé d’une pièce vers le chef précédée et suivie de deux demi-pièces alternées ; au filet élargi sur le trait de partition d’argent ; Parti en chef, au 11, de gueules à une navette de tisserand, posée en barre, au 12, d’or à un maillet de sculpteur, posé en bande, de l’un en l’autre ; au 2, à une capsule éclatée de buis d’or surmontant une vache arrêtée à la tête de trois quarts d’argent, tachetée de sable.  Soutien de l’écu : Deux rameaux de saule supportés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir. Au crénelage à quatre merlons brochant sur la croisure.  Devise toponymique : HAN-LES-JUVIGNY en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules.  MOTIVATION  Les champs d’or et de gueules (rouge) et le filet d’argent soulignent le rattachement du village à la Lorraine portant : “d’or, à la bande de gueules, chargée de trois alérions d’argent “.  Le méandre du Loison, est celui qui entoure la presqu’île où est établi le village. Il fait ainsi allusion au toponyme HAN , du germanique Hamm : village dans un méandre.  Les métiers traditionnels du village sont rappelés […]
Lire la suite ›