MENU

BAÂLON – 55025

  BLASONNEMENT Coupé, voûté :Au 2 d’azur à un pélican d’argent et sa piété de gueules sur son aire d’or ». Au 1 d’or à un casque de centurion romain de gueules et chapé de gueules à deux cierges d’argent à la flamme d’or. L’écu sommé d’une couronne palissée d’or de 9 pièces, celle du milieu plus grande chargée d’une amphore de gueules. Soutien de l’écu : Deux rameaux de chêne supportés de tanné, feuillés de sinople et englantés d’or. Croix de Guerre 1914 – 1918 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure Devise toponymique : BAÂLON en lettres d’or sur un listel d’azur au revers de gueules.   MOTIVATION La partition voûtée dessine le sommet arrondi d’une montagne, d’une colline : un ballon et constitue ainsi une arme parlante (phonique et homonyme) pour le nom du village ; des versions diverses sont données selon les auteurs pour Baâlon : du dieu Baal, du Gaulois Bal (hauteur)… Le casque de centurion romain et la couronne palissée chargée d’une amphore rappellent qu’un camp fortifié existait sur le territoire de Baâlon : une mansion, lieu d’étape pour les troupes romaines, avec atelier et magasin de vivres. Les deux cierges sont les attributs de Saint Blaise auquel est vouée l’église. […]
Lire la suite ›

RAMBLUZIN ET BENOITE VAUX – 55411

  BLASONNEMENT  D’azur, à la lettre M antique d’or enlacée avec un A d’argent, couronnées d’or et accostées de 2 crosses d’or également, celle de dextre posée en bande, celle de senestre posée en barre. Le tout surmontant une roue de moulin d’or accostée de deux plumes d’argent.  L’écu timbré d’une couronne murale d’or maçonnée de sable aux 4 archères cruciformes d’azur, palissée d’un élément, au centre, chargé d’une fleur de violette de pourpre feuillée de sinople.  Soutien de l’écu : deux rameaux de chêne passés en sautoir, supportés de tanné, feuillés de sinople et englantés d’or.  Devise toponymique : RAMBLUZIN ET BENOITE VAUX en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules MOTIVATION Les deux crosses dessinent le V de Vaux. Le M et le A constituent le monogramme de Marie la Mère de Jésus (Maria en latin) ; ainsi est illustré le toponyme de Vallée bénie, en latin Benedicta Vallis, donné par les moines au XIIème siècle à ce site appelé initialement Martin han. Ce lieu, où une statue de la Vierge a été découverte par des bûcherons, est depuis le moyen âge un célèbre pèlerinage du Barrois et de Lorraine. […]
Lire la suite ›

LION-devant-DUN – 55293 –

Blasonnement  D’azur à une tête de lion d’or accostée de deux vergettes alésées et nouées d’argent, mi-vêtu en chef cousu de gueules aux deux poignards romains (pugios)d’argent ornés d’or abaissés et posés celui de dextre en barre, celui de senestre en bande.  Soutien de l’écu : un pampre supporté de tanné, feuillé, vrillé de sinople et fruité d’or, passé en sautoir avec un rameau de hêtre supporté de tanné feuillé de sinople et fruité d’or.  Croix de guerre 1914-1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  Devise DUN-SUR- MEUSE en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. Motivation La tête de lion est une arme parlante pour le toponyme LION (Leones en 866, Lions en 1139) du village. Il aurait pour origine un rocher ayant le profil d’une tête de lion.Une autre version lierait la création du village au placement, par les Romains, d’une communauté de Lyonnais rebelles dans la plaine en dessous du camp romain d’Arimont sur la côte saint Germain. La côte Saint-Germain dont le sommet constitue un excellent belvédère, est dessinée par la partition en chevron. Le camp romain est illustré par les deux pugios. […]
Lire la suite ›

BOVIOLLES-55067

 Coupé : – au 1, d’or, au triangle isocèle de gueules chargé de 2 poignards romains (pugios) d’argent, ornés d’or, hauts, posés en sautoir. – au 2, de gueules aux 2 fleurs de lys au naturel soutenues par un rencontre de bœuf d’or.  l’écu timbré d’une couronne palissée d’or, de 9 pièces, celle du milieu plus grande ornée d’une hure de sanglier de sable.  soutien de l’écu, 2 sphinx d’or accroupis, affrontés, chacun pattes levées.  Devise toponymique BOVIOLLES en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. L’or, les gueules (rouge) et l’argent soulignent que la commune est située en Lorraine dont les armes sont composées de ces émaux. Le rencontre de bœuf constitue une arme parlante pour le toponyme Boviolles. Selon une autre version, Boviolles serait dérivé de l’ancien bove : grotte, ici une petite grotte. Les pieux de la couronne et les poignards romains évoquent les éléments défensifs de l’oppidum gallo-romain du mont châtel protégeant la cité antique de Nasium dont les frontons des temples sont symbolisés par le triangle. La hure de sanglier est celle des leuques (celtes gaulois). Les fleurs de lys sont celles de Marie, mère de Jésus […]
Lire la suite ›

VILLERS – DEVANT – DUN -55561

 Coupé vouté abaissé, au 1 de gueules à la tour d’argent maçonnée de sable, ouverte et ajourée du champ, mouvant de la partition accostée de deux fleur de lys d’or, au 2 de sinople ; à la tête de cheval arrachée d’argent, bridée de gueules.  Soutien de l’écu, deux brins de trèfle supportés, feuillés de sinople et fleuris de gueules, passés en sautoir.  A la croix de guerre 1914 -1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure des trèfles.  Devise VILLERS –DEVANT – DUN en lettres de sable sur un listel d’or au revers de sinople. La tête bridée de cheval évoquent le toponyme VILLERS venant de villare : domaine agricole. La tête de cheval évoque également Saint Martin, patron des cavaliers mais aussi patron de la paroisse. La tour sur le mont illustre DUN de duno, dunis du Gaulois dunum : colline fortifiée. L’ensemble suggère VILLERS devant DUN. La tour évoque également le château fort détruit au court de la guerre 1914 /1918 dont il ne subsiste plus qu’une tour carrée, elle représente également les différents seigneurs dont dépendait jadis le village : les dames de l’abbaye d’Andenne (Belgique), Marie Stuart… […]
Lire la suite ›

VÉRY – 55549

 De gueules au filet en bande ondée d’argent accompagné en chef d’une feuille d’aulne et en pointe d’une fleur de lys le tout d’or, au chef du même au lion issant d’azur.  Soutien sous l’écu : à dextre, un pampre et, à senestre un rameau de hêtre, croisés en sautoir, tigés de tanné, fruité d’or, feuillés de sinople et vrillé du même pour le pampre. A la croix de guerre 1914/1918 suspendue au listel.  Devise sur listel d’or à l’envers de gueules : VÉRY  Croix de guerre 1914 – 1918 pendant à son ruban sous le listel La feuille d’aulne illustre le toponyme du village Véry, jadis Vériacum, Verry dérivé comme verne du pré celtique wer ou ver l’aulne. Selon une autre version : Véry en langue celtique signifie “collecteur de source “. La fleur de lys et la bande ondée rappellent que la bataille dite “de Montfaucon” remportée par Eudes, roi de France, sur les Normands en 888 a commencé dans la haute vallée d’un ruisseau de Véry celui de Chambronne. La fleur de lys symbolise aussi le Clermontois des Princes de Condé(a) auquel Véry a appartenu de 1648 à 1791 Le chef d’or au […]
Lire la suite ›

VAUX lès PALAMEIX – 55540

 Ecartelé en sautoir : – au 1 de sinople à une colombe d’argent, volant en barre ; – au 2 de gueules au panier d’osier d’or ; – au 3 de gueules au rencontre de sanglier d’or également ; – au 4 de sinople à la fleur des marais d’argent.  Soutien de l’écu : à dextre un rameau d’osier tigé d’or feuillé de sinople et aux chatons de sinople et d’argent, passé en sautoir avec un rameau de chêne tigé de tanné, feuillé de sinople et englanté d’or.  Croix de guerre 1914/ 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  Cri de ralliement VAUX lès PALAMEIX en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. La partition en chevron renversé (en V) évoque le toponyme VAUX jadis vallis en latin vallée. La fleur des marais évoque Palameix jadis palamé. Ce toponyme d’origine germanique signifierait, avec meix (propriété rurale) et pal du latin palus (marais). Ce lieu dit, maintenant sur le territoire de Troyon, où s’élèvent une ferme et une chapelle, a été le siège de l’église-mère des villages proches. La colombe illustre la légende de Saint Saintin, 1er évêque […]
Lire la suite ›

VAUX-DEVANT-DAMLOUP – 55537 ( VILLAGE MORT POUR LA FRANCE)

De gueules à un hanneton d’or à la tête de sable, surmonté à dextre d’un fer à cheval et à senestre d’une coquille, les deux d’or ; à la rivière en fasce, abaissée en pointe, d’argent Chaussé abaissé à mi hauteur de sinople Soutien sous l’écu : deux brins de bleuets tigés et feuillés de sinople et fleuris d’azur, passés en sautoir et ornés de coquelicots au naturel. Devise VAUX – devant – DAMLOUP en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. Croix de guerre 1914-1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure des bleuets. La partition dessine une vallée et le V de Vaux. Le fer à cheval symbolise saint Philippe (de philo et hippo : ami des chevaux) et la coquille évoque saint Jacques auxquels était vouée l’église du village détruit, une chapelle vouée aux mêmes saints a été érigée en 1932. La rivière représente le ruisseau de Vaux et le moulin qui jadis tournait sur son cours. Le hanneton dessine le sobriquet donné aux habitants de Vaux : écâlot (hanneton en patois meusien – dictionnaire du patois meusien de l’abbé VARLET) En reconnaissance de ses sacrifices, la Croix de […]
Lire la suite ›

VAUQUOIS – 55536

D’azur à la champagne voûtée d’or sommée de la vierge de Vauquois en majesté, portant Jésus d’argent les deux nimbés d’or, chapé de gueules chargé de deux casques de centurion romain d’argent affrontés. Soutien de l’écu : deux rameaux de chêne tigés de tanné, feuillés de sinople et englantés d’or passés en sautoir. Croix de guerre 1914 – 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure soutenue de l’écusson du 46 ème RI, accostée à dextre de celui de l’Europe et à senestre de celui d’Orléans. Devise : VAUQUOIS en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules Les casques romains évoquent : 1/ L’ancien camp Gallo-romain des Allieux situé sur la colline de Vauquois ainsi que la création très ancienne du village. 2/ Les combattants de la guerre des mines de 14 – 18 et l’insigne du Génie qui possède un tel casque 3/ Le Général Céleste Deprez, enfant du pays, né à Vauquois, et qui fut, de 1912 à 1914, commandant de l’école d’application de l’Artillerie et du Génie à Angers et qui connut par la suite une grande carrière durant la Grande Guerre. La Vierge en majesté représente Notre dame […]
Lire la suite ›

VACHERAUVILLE – 55523

 D’azur au chevron renversé d’or chargé d’un chevronnel ondé renversé du champ, accompagné en chef d’une trompe de chasse d’or, le pavillon à senestre et, en pointe de deux croix de Lorraine du même.  Soutien sous l’écu, deux rameaux de hêtre supportés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir.  Devise VACHERAUVILLE en lettres de sable sur un listel d’or au revers de sinople.  Croix de guerre appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure. Le chevron renversé dessine le V de Vacherauville. Le chevronnel ondule comme la MEUSE qui traverse le finage de Vacherauville. Les croix à double traverse soulignent que l’histoire du village est liée à celle de la Lorraine, La couleur bleu et l’or rappellent que Vacherauville était avant 1790 une terre de l’évêché de Verdun qui avait pour armes : d’azur, à une crosse d’or et une épée haute d’argent garnie aussi d’or, posées en pal l’une à côté de l’autre, accompagnées de trois clous de la Passion d’argent. La trompe de chasse représente les 56ème et 59ème bataillons de chasseurs à pied qui cantonnaient à Vacherauville avant le déclenchement de la bataille de Verdun en […]
Lire la suite ›

SIVRY-SUR-MEUSE – 55490

D’azur à la fasce ondée d’or, accompagnée en chef de l’église du lieu flanquée de deux clochers, en pointe à dextre, d’un chardon et à senestre d’une colombe tenant dans son bec un rameau d’olivier, les trois d’argent. Cri : SIVRY-SUR-MEUSE en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Soutien : deux épis de blé d’or, les tiges passées en sautoir. Croix de guerre 14/18 appendant et brochante sur les tiges. La bande ondée d’or représente la Meuse qui coule à Sivry. Le chardon est celui de René II qui réunit les duchés de Bar et de Lorraine. Le Saint-patron de Sivry est Saint-Rémy. Il est représenté par la colombe avec un rameau d’olivier symbole du Saint Esprit qui par la Sainte ampoule couronnait les rois de France à Reims. Elle est aussi le symbole de la Paix et représente le monument américain de 14-18 implanté à Sivry. L’église actuelle, originale, comporte deux magnifiques clochers ; elle est représentée avec ses deux tours en haut du blason. La colombe de la paix avec son rameau d’olivier rappelle aussi toutes les souffrances subies par le village en partie détruit en 14-18. Sivry-sur-Meuse a obtenu la Croix de […]
Lire la suite ›

SIVRY le PERCHE – 55489

  Coupé : – au 1, d’or au chardon à trois têtes de sinople fleuries de gueules ; – au 2, d’azur aux deux jalons mires d’arpentage d’argent et de gueules, passés en sautoir, soutenus par une trangle ondée abaissée d’or .  Soutiens de l’écu : un rameau de laurier de sinople, à dextre, passé en sautoir avec un pampre à senestre, de sinople également, tigé de tanné et fruité d’or.  Croix de guerre 1914- 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  Cri de ralliement SIVRY-LA-PERCHE en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules Le chardon est le symbole de l’austérité, de la sévérité pour Sivry qui vient du latin severius, sévère. Les couleurs bleue et or, couleur des armoiries des Evêques de Verdun, évoquent l’appartenance de Sivry-la-Perche au chapitre de la cathédrale de Verdun avant la Révolution. Les deux jalons sont des mires d’arpentage qui évoquent les mesures agraires anciennes en l’occurrence, la perche verdunoise, mesure verdunoise dénommée aussi verge. La trangle ou petite bande ondée d’or représente les nombreuses sources situées sur le ban communal de Sivry. Le rameau de laurier illustre le prénom LAURENT qui […]
Lire la suite ›

SASSEY-SUR-MEUSE – 55469

 D’azur à un temple d’argent accompagné en chef de deux croisettes recroisetées au pied fiché d’or et en pointe d’un pont à cinq arches du même.  Soutien de l’écu, deux rameaux de saule tigés, feuillés de sinople et fruités d’or passés en sautoir.  Croix de guerre 1914 – 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure  Devise SASSEY –sur – MEUSE en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules.   Le temple antique évoque le toponyme SASSEY, sasleium en 1049 dérivé du latin Sacellum : temple. Selon une autre version Sassey pourrait être dérivé de salix : le saule représenté par les rameaux de saule en soutien. Le temple romain rappelle également qu’un camp gallo-romain aurait été implanté sur la côte de Châtel. L’église du village qui, au moment de la christianisation, a remplacé le temple païen, est vouée à Saint Germain, évêque d’Auxerre (418 – 448). Les croisettes soulignent qu’au haut moyen âge, Sassey appartenait à l’abbaye des dames d’Andenne. Le village a ensuite été rattaché au Barrois non mouvant, illustré par les croisettes recroisetées sur le champ d’azur(a). Avant 1790, il faisant partie du Clermontois (b). […]
Lire la suite ›

Saint – André – en – Barrois – 55453

 D’azur aux quatre bars d’or appointés en sautoir, accostés de deux annelets du même ; chef cousu de gueules à la corde d’argent au double nœud posée en fasce.  Soutien de l’écu : deux rameaux de hêtre tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, soutenus par deux plumes d’oie d’or posées l’une en bande l’autre en barre.  Devise SAINT – ANDRÉ – en – BARROIS en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Les quatre bars rangés en sautoir dessinent la croix de Saint André toponyme et patron du village. Ce sont par ailleurs les bars des armes du Barrois d’où l’évocation de Saint-André en Barrois. Le village dépendait jadis du Barrois mouvant, prévôté de Souilly. Le double nœud de corde évoque deux enfants du village : – Jean-Nicolas Cordier, né le 3 décembre 1710 à Saint-André, prêtre, professeur de philosophie et de théologie. Considéré comme réfractaire et arrêté, il meurt le 30 septembre 1794 sur les pontons de Rochefort. Il a été béatifié le 1er octobre 1995, il est commémoré le 9 juin. – Raymond Cordier, agriculteur à Saint-André-en- Barrois, résistant, capturé par les Allemands le 27 août 1944 lors […]
Lire la suite ›

RONVAUX -55349

   De Gueules, au pal d’or chargé en pointe d’une tour de gueules, maçonnée de sable ouverte et ajourée du champ ; à l’hirondelle volant en barre, contournée, brochant en chef sur le champ et sur le pal, de l’un en l’autre.  Soutien de l’écu, deux pampres supportés de tanné feuillés et vrillés de sinople fruités d’or, passés en sautoir  Devise RONVAUX en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules.  Croix de guerre 1914 / 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure. Les gueules (rouge) et l’or illustrent l’appartenance du village à la Lorraine. La tour évoque le château qui jadis se dressait sur le ban de Ronvaux ; en évoquant l’ancien régime, elle rappelle que Ronvaux était jadis une terre de l’évêché de Verdun, prévôté de Fresnes-en- Woëvre. L’hirondelle est l’oiseau respecté des villageois meusiens. Les nids sont préservés, l’accès aux granges est facilité. Son retour d’Afrique est l’annonciateur du printemps. Les pampres sont ceux des vignes naguères réputées de Ronvaux. La tour représente également celle des armes de Vierzon qui porte : d’azur à la tour crénelée de quatre pièces (merlons) d’argent, ouverte, ajourée et […]
Lire la suite ›

ROMAGNE-SOUS-LES-CÔTES – 55437

Tranché, au 1 de gueules à une aigle romaine d’or, au 2, de sinople à un coq hardi et chantant d’argent allumé, becqué, crêté, langué, barbé et membré de gueules. A l’écusson d’argent chargé de trois fasces d’azur, brochant en chef sur les deux champs. Soutien de l’écu, deux rameaux de mirabellier feuillés de sinople, supportés de tanné, aux fruits d’or tachés de pourpre, passés en sautoir. Devise : ROMAGNE-SOUS-LES-CÔTES en lettres de sable dans un listel d’or au revers de gueules. Croix de guerre 1914- 1918 appendue à son ruban sous l’écu, brochant sur la croisure des rameaux. L’aigle romaine illustre le toponyme Romagne, dérivé du nom d’homme latin Romanius de romanus signifiant de Rome. Elle évoque également le camp antique de la côte de Morimont. La partition verte tranchée dessine les côtes de Meuse ainsi, aigle romaine et tranché font allusion à Romagne- sous- les-Côtes. Le coq est l’un des attributs de saint Pierre auquel était vouée l’église détruite au cours de la première guerre mondiale et celle qui l’a remplacée en 1934. L’écusson d’argent aux trois fasces d’azur évoque, avec inversion des émaux, les armes des sires de Jametz qui portaient : « d’azur à 3 fasces […]
Lire la suite ›

OSCHES – 55395

 D’azur, chargé – en chef, d’un coq hardi et chantant d’argent, allumé, crêté, languée, barbé et membré de gueules ; – à dextre, par une croisette recroisetée et à senestre, par un clou posé en pal, les deux d’or accostant un écusson burelé d’or et de gueules de 4 pièce s; – en pointe, d’une trangle ondée d’argent.  Soutien de l’écu : Deux rameaux de chêne tigés de tanné, feuillés de sinople et englantés d’or.  Devise OSCHERA – 1039 – en lettres de gueules sur un listel d’or au revers d’azur. La trangle ondée représente bien entendu le ruisseau des Prés ou ruisseau d’Osches qui prend sa source au dessus du village et se jette dans la Cousance à Ippécourt. Elle évoque aussi le toponyme Osches : Oschera en 1049, Oscara villa XIIe siècle dont la racine hydronyme OSC-, suivie d’un autre hydronyme -ARA signifie “a la source d’un ruisseau “. Le trangle ondée représente également le château d’eau érigé sur le ” Mont d’Osches” et le belvédère qui le surmonte et offre un point de vue magnifique. avec cinq tables en pierre de lave renseignant sur la bataille de Verdun, le village, les éoliennes, l’Argonne et […]
Lire la suite ›

MALANCOURT -55313

De sinople au coq hardi et chantant d’argent, allumé crêté, becqué, langué et barbé de gueules ; mantelé, denticulé en chef de trois pièces d’or et chargé à dextre d’un bouton du même à quatre trous du champ et à senestre de deux épis d’orge, posés en chevron renversé, d’or également. Soutien de l’écu, à dextre un pampre et à senestre un rameau d’aulne passés en sautoir, les deux tigés de tanné, feuillés (vrillé pour le pampre) de sinople et fruités d’or. Croix de guerre 1914 – 1918 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure. Devise : MALANCOURT sur un listel d’or au revers de gueules brochant sur le ruban de la croix et sur les rameaux.  Le bouton pour les moules à boutons et la passementerie fabriqués à Malancourt.  La cote 304 est évoquée par le coq, symbole de la France, qui défend bec et ongles le territoire en 14-18. Une borne en grès datée de 1920 rappelle: « Ici fut repoussé l’envahisseur » qui marque sur le territoire de Malancourt l’avance extrême des troupes allemandes. La Croix de Guerre rappelle la bravoure du village durant la Grande guerre.  Le mantelé rouge coupé en deux […]
Lire la suite ›

LOUVEMONT – CÔTE – DU – POIVRE – 55307(village mort pour la France)

 Coupé vouté, au 1 d’or à la grenade d’azur allumée de gueules accostée de deux grappes de cassis de sable tigées et feuillées de sinople, au 2 de gueules au rencontre de loup d’or allumé d’argent.  Soutien sous l’écu : deux brins de bleuets tigés et feuillés de sinople et fleuris d’azur, passés en sautoir et ornés de coquelicots au naturel.  Devise AGE QUOD AGIS en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules  Cri de ralliement LOUVEMONT-CÔTE-DU-POIVRE en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules  Croix de guerre 1914-1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure des bleuets. Le coupé-vouté dessine un mont ; la tête de loup et le mont constituent des armes parlantes pour le toponyme LOUVEMONT jadis lupinus mons. Terre de l’évêché de Verdun, prévôté de Dieppe, bailliage de Verdun, le village est ainsi cité pour la première fois en 1040. Louvemont sera rebaptisé Louvemont-Côte-du-Poivre en 1922. Les deux grappes de cassis évoque la Côte du Poivre : le cassissier ou groseillier noir était jadis appelé « poivrier » comme la plante qui porte actuellement ce nom et qui elle, […]
Lire la suite ›

LINY-DEVANT-Dun – 55292

 Coupé, au premier parti ; au I de gueules à deux glaives romains abaissés, d’argent à la poignée d’or, passés en sautoir; au II d’or à une roue de moulin de gueules ; au deuxième d’azur à une fleur de lys de jardin surmontée d’une trangle d’argent haussée sous la partition.  Soutien de l’écu, deux rameaux de chêne supportés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir.  Croix de guerre 1914/1918 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure accostée à dextre d’un écusson fascé ondé et enté de gueules et d’argent de six pièces, entées de l’une à l’autre et à senestre d’un écusson d’azur chargé de l’insigne des aviateurs en 14/18 d’or.  Devise patronymique, LINY-DEVANT-DUN, en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. La trangle rectiligne dessine une ligne (du latin linéa) et constitue une arme parlante homonyme approchant pour le toponyme LINY (lineio en 1049, Liney en 1252) ; certains auteurs considèrent que liny aurait pour origine un nom de personne romaine : linus. Les deux glaives romains évoquent saint Julien auquel est dédiée l’église : l’un des glaives est celui de saint Julien, officier romain, […]
Lire la suite ›