MENU

Mogeville – 55339  

 

 

BLASONNEMENT

 

    D’azur à un Saint Saintin évêque agenouillé de carnation barbé, habillé d’argent, à l’auréole, la crosse, la croix, et la chaine de prisonnier d’or, chaussé ceinturé de tanné, à la cape et à la mitre antique  de pourpre, accosté à dextre d’un clou  d’argent et à senestre d’une colombe du même en vol, tenant dans son bec un rameau d’olivier d’or ; au chef d’or au pal de gueules chargé d’un alérion d’argent.

 

    Soutien de l’écu : deux épis tigé et feuillés de même passés en sautoir avec deux autres.

  Croix de guerre 1914 1918 au naturel appendue à son ruban et brochant sur la croisure

 

   Divise toponymique MOGEVILLE en lettres d’argent    sur un listel d’azur au revers de gueules.

 

MOTIVATION

Saint Saintin illustre l’invocation de l’église reconstruite entre 1865 et 1880 , détruite en 1914/18 et rebâtie après l’armistice,  à ce saint , premier évêque de Verdun qu’il évangélisa au 4ème siècle et la confia aux bons soins de Saint Maur. Au cours de sa mission comme évêque de Meaux pour soutenir les chrétiens persécutés, il fut arrêté par le gouverneur romain et mourut en prison.

Le clou souligne que le village était une terre dépendant du temporel de l’évêché de Verdun (a).

La colombe portant un rameau d’olivier symbolise le centre mondial de la paix, des libertés et des droits de l’homme de Verdun, installé dans l’ancien palais épiscopal.

La colombe évoque également la légende de l’arrivée de Saint Saintin et du prêtre Antonin devant la cité verdunoise entièrement païenne : ils prièrent en implorant la Sainte Trinité  de les aider à convertir tant d’âmes. Trois colombes se posèrent près d’eux.  Ils y virent une marque de succès pour leurs prédications. Cette légende est d’ailleurs illustrée dans le tympan au-dessus de l’entrée de l’église.

 

Les épis de blé soulignent le caractère agricole de la localité.

L’alérion d’argent et les émaux de gueules et d’or soulignent le lien du village avec la Lorraine.

La croix de guerre a été décernée à Mogeville avec la citation suivante à l’ordre de l’armée : sur le ligne de feu jusqu’en 1916, a été submergées par la ruée ennemie contre Verdun, complètement détruite, a par son héroïque sacrifice bien mérité du pays.

  • La principauté épiscopale de Verdun avait pour armes : D’azur à la crosse épiscopale d’or senestrée d’une épée haute d’argent, garnie aussi d’or, accompagnée de trois clous aussi d’argent.
    On peut penser que les clous réfèrent à la Passion du Christ mais ils renverraient plutôt à URBS CLAVORUM (« ville des clous » en latin) qui est le nom de la ville de Verdun en langue vulgaire.

Le  latin clavus  se traduit par  clou en français.

Armoiries composées et dessinées par Robert André LOUIS, membre du Comité Lorrain d’Héraldique adoptées par la commune le 23 septembre 2023, Monsieur Éric HABLOT étant maire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × deux =