MENU

ÉPINONVILLE – 55174

  • De gueules au rameau d’aubépine tigé et feuillé d’or, fleuri d’argent au bouton d’or étoilé entouré de dix losanges de gueules. Chapé ondé d’azur, bordé d’or, chargé à dextre d’un loup ravissant d’argent contourné et à senestre d’un lion du même à queue fourchue. • Soutien sous l’écu : deux rameaux d’aubépine, feuillés de sinople, tigés de tanné et fleuris d’argent, croisés en sautoir. • Devise sur listel d’or à l’envers de sinople : ÉPINONVILLE • Cri de ralliement d’or à l’envers de sinople : ÉCLISFONTAINE IVOIRY La commune est composée de trois villages : Ềpinonville au centre, Éclisfontaine à l’ouest et Ivoiry à l’est. Les rameaux d’aubépine constituent des figures parlantes pour le toponyme ỀPINONVILLE du village ; ép d’origine hébraïque signifie épine. Le village s’appelait jadis Spanulphi –villa (span de l’allemand spannen : tendre, étendre) lié au culte de Saint Balderic, le patron de la paroisse. Le corps du saint, abbé-fondateur de l’abbaye de Montfaucon, enlevé de Reims, aurait été suspendu à des branches dans la forêt du village par les moines de Montfaucon pour échapper aux poursuivants rémois. Le loup évoque le sobriquet des habitants du village d’ỀCLISFONTAINE lié sans doute à la proximité de […]
Lire la suite ›

ECOUVIEZ – 55169

 Tiercé en pairle, au 1 d’azur à un vannet d’or; au 2, de gueules à une fleur de genêt d’or tigée et feuillée de sinople ; au 3, d’or à une tête lion de gueules couronnée, allumée et, lampassée d’argent.  Soutien sous l’écu, deux pampres tigés de tanné, feuillés, vrillés de sinople, fruités d’azur passés en sautoir.  Devise toponymique ECOUVIEZ en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. La fleur de genêt illustre le toponyme ECOUVIEZ jadis Escouvyers, Escouvye dérivés d’escouve du latin scopa >balai naguère en genêt ou en bouleau. La tête de lion est, avec inversion des émaux, celle de la famille d’Aigremont dont les membres directs et ceux des familles associées ont été longtemps seigneurs d’Écouviez (a). Elle rappelle également qu’avant 1790 Écouviez dépendait du Luxembourg français(b), prévôté bailliagère de Montmédy. Le vannet (une coquille St Jacques vue du côté concave) représente saint Michel le patron de la communauté chrétienne de la cité. Les émaux d’azur et d’or évoquent les armes du département de la Meuse(c) duquel dépend la commune. Les pampres rappellent l’importance des vignes jadis sur le finage d’Ecouviez. (a) La famille d’Aigremont portait : “de gueules au […]
Lire la suite ›

IVOIRY Commune d’Epinonville – 55174

• D’azur au lion d’argent à la queue fourchue armé et lampassé de gueules, surmonté à dextre d’une mitre et à senestre d’une cloche, les deux d’or et à une orle ondée en filet du même. • Soutien sous l’écu : à dextre un pampre feuillé de sinople, tigés de tanné et fruités d’or, croisé en sautoir avec, à senestre, deux tiges de blé de sinople, feuillés de même et fruités d’or. • Devise sur listel d’or à l’envers de sinople : IVOIRY Le lion d’argent à queue fourchue est celui de la très ancienne famille d’IVOIRY (a) qui a pris le nom du village. L’orle ondée souligne qu’Ivoiry possède de nombreuses sources sur la ligne de partage des eaux entre le Bassin parisien et celui de la Meuse. La mitre est celle de Saint-Nicolas le Saint Patron de la paroisse. Ivoiry ne possède plus d’église. Une violente tornade, le 6 février 1974, a emporté le clocher et détruit l’ensemble du bâtiment. Seule la cloche Frédéricka a été conservée sur un beffroi ainsi que le porche d’entrée. Cette cloche a été offerte par les Américains en 1924 en souvenir du colonel Frédérick W. Gabbaith du 147ème Régiment d’Infanterie US libérateur […]
Lire la suite ›

ÉCLIFONTAINE Commune d’Epinonville – 55174

• De gueules au loup ravissant d’argent surmonté à dextre d’un besant d’or chargé d’un tourteau d’azur plus petit et à senestre d’une fontaine héraldique d’or, remplie d’azur traversée de deux sources d’argent. • Soutien sous l’écu : deux rameaux de chêne, feuillés de sinople, tigés de tanné et fruités d’or, croisés en sautoir. • Devise sur listel d’or à l’envers de sinople : ẾCLISFONTAINE Le disque (tourteau) d’azur cachant partiellement le disque (besant) d’or illustre une éclipse. Eclipse et la fontaine héraldique constituent des armes parlantes pour le toponyme du village Ếclisfontaine jadis Ếclipsefontaine. Le loup évoque le sobriquet des habitants du village lié sans doute à la proximité de la forêt évoquée par les rameaux de chêne Version d’armoiries composée et dessinée par Robert, André LOUIS et Dominique LACORDE, avec les conseils de la commission héraldique de l’UCGL et adoptées par la commune en avril 2012.
Lire la suite ›

LES ÉPARGES – 55172

De sinople, chargé de deux palmes d’argent posées en chevron renversé. Chef cousu triangulaire de gueules à un casque Adrian taré de profil d’or. A la bordure retrait d’or . Soutien de l’écu : deux rameaux de hêtre feuillés de sinople, tigés de tanné et fruités d’or, passés en sautoir. Croix de guerre 1914/1918 appendue à son ruban et brochant sur la croisure. L’écu timbré d’un cœur de gueules d’où naissent deux bleuets d’azur, feuillés et tigés de sinople. Devise LES ÉPARGES en lettres d’or sur un listel d’azur au revers de gueules. La bordure évoque des barrières d’un parc, elles font allusion au toponyme les Éparges jadis Les Parges. Pargue, parge du latin pargus désignant un enclos fermé de barrières en bois. Le chef triangulaire dessine les bords des entonnoirs multiples creusés par les tirs de mines répétés et encore visibles sur la crête des Éparges. Sa couleur rouge illustre les sacrifices des combattants des deux camps soulignés par les deux palmes. Le casque Adrian est celui des soldats français de toutes les armes impliqués dans les âpres combats de la butte des Éparges. Le cœur d’où naissent les bleuets : ce symbole est identique à celui du Barboux […]
Lire la suite ›

ESNES-EN-ARGONNE – 55180.

 De gueules à la barre de vair appointé et à la bande d’argent chargée de trois fleurs de lys d’azur brochant sur le tout.  Tenant de l’écu : deux lions regardant d’or affrontés.  Croix de guerre 1914- 1918 appendue sous l’écu.  Devise toponymique ESNES-en -ARGONNE en lettres d’or sur listel de sinople au revers de gueules brochant sur le ruban de la croix de guerre.” Ce village se trouve dans un vallon resserré, à la naissance du ruisseau d’Esnes. Totalement incendié en 1636 par les Cravates (Croates). La couleur de gueules (rouge) rappelle l’incendie des cravates. L’ancien château, bâti dans le style Louis XIV, était habité, vers 1750, par un Sire Delanzy, marquis d’Esnes. Il a été détruit en 14-18. Un autre château, appartenant aux D’Ecosse, à la Révolution, est converti en maisons particulières. Les derniers seigneurs d’Esnes étaient en 1789 les Drouot de Villay. Dans l’église on a conservé deux pierres tombales avec deux blasons provenant de l’ancienne chapelle des seigneurs : l’une du comte des Cars, époux de Marie du Châtelet, avec les armoiries en relief. – chatelet : “d’or à la bande de gueules à 3 fleurs de lys d’argent” – des cars […]
Lire la suite ›

DOULCON – 55165

Tranché ondé, au 1, de sinople à la tour d’argent ouverte et ajourée du champ adextrée d’un lion ailé assis et vu de face d’argent. au 2, de gueules à deux clés renversées et contournées d’argent rangées en bande. A la cotice ondée brochant sur la partition. Soutien de l’écu : deux rameaux de charme, tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or passés en sautoir. Croix de guerre 1914/1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure. Cri de ralliement DOULCON en lettres de gueules sur un listel d’or au revers de gueules. La cotice (diagonale) ondée serpente comme les méandres de la Meuse au voisinage du village et évoque ainsi le toponyme DOULCON (Dulcomense- castrum en 939, Dulco en 1679) qui aurait pour origine Dol, Dolen du gaulois “doliacos” : méandres. Doulcon a une histoire très ancienne et très importante. La tour rappelle que le village était un lieu fortifié, capitale du pays et comté dit le Dormois (pagus Dulcomensis) entre 802 et 1120. Le léopard héraldique ailé (lion, leo), attribut de St Marc évoque Marc l’un des comtes (930 – 960), grand défenseur du Dormois, époux de Julie, fille du comte Thierry-le-Bref mort […]
Lire la suite ›

DOUAUMONT- 55164(Village mort pour la France)

Coupé voûté haussé, au 1 de gueules à deux baïonnettes, d’argent ornées d’or, hautes et passées en sautoir, au 2 de sinople à un triquetra d’argent accosté de deux croix ancrées du même ; à la tourelle de fort d’or armée d’un canon d’argent brochant sur les deux champs. Soutien sous l’écu : deux brins de bleuets tigés et feuillés de sinople et fleuris d’azur, passés en sautoir et ornés de coquelicots au naturel. Devise DOUAUMONT en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Croix de guerre 1914-1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure des bleuets. La partition voutée dessine un mont. Mont et le triquétra (trilobé) évoquent le toponyme Douaumont jadis Dewamont (XIVème) : dowa,deva de divine sans doute en souvenir du polythéisme romain. Le triquétra avait dans l’antiquité une signification mythologique. L’abbaye bénédictine de Juvigny-aux-Dames coseigneur du lieu est représentée par l’une des croix associée au mont. L’autre croix ancrée d’argent est un des éléments des armes de la famille Labbé de Coussey autre coseigneur. La tourelle d’artillerie évoque bien sûr le fort de Douaumont rendu célèbre lors de la bataille de Verdun en 1916. Les deux baïonnettes rappellent […]
Lire la suite ›

DELUT – 55149

 D’azur à un pigeon essorant d’or à dextre et à une étoile à senestre du même ; à un orle ondé d’argent d’où jaillit en pointe un jet du même.  Soutien de l’écu : 2 truites montantes d’or allumées et aux nageoires de gueules.  Croix de guerre 1914 1918 appendue à son ruban sous l’écu.  Cri de ralliement DELUT en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. L’orle ondé évoque le toponyme DELUT, jadis DELUZ qui, selon certains auteurs dériverait de ” oil deluch ” : le déluge. Il représente bien entendu également les rivières et les ruisseaux du finage de DELUT et le moulin de l’écart de Thalpieu. Le jet bouillonnant qui jaillit est une arme parlante pour illustrer l’eau qui, en cas de forte pluie ou d’orage, bouillonne en sortant de terre dans les rues du village : les bouillons de Delut. L’étoile est celle du sceau (a) de Nicolas Psaume né en 1518 évêque comte de Verdun (de 1548 à 1575). Ce prélat, tout d’abord souverain comme Prince du Saint Empire, sut habilement réaliser l’intégration du Verdunois à la France à partir de 1552. Elle souligne que Delut était […]
Lire la suite ›

CUMIÈRES-LE-MORT-HOMME – 55139(Village mort pour la France)

 D’or à la fasce d’azur accompagnée en chef de trois annelets de gueules et en pointe d’une étoile à 10 rais de gueules vidée d’argent.  Soutien sous l’écu : deux brins de bleuets tigés et feuillés de sinople et fleuris d’azur, passés en sautoir et ornés de coquelicots au naturel.  Devise CUMIÈRES-le-MORT-HOMME en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules.  Croix de guerre 1914-1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure des bleuets. L’écu est celui de la maison de Cumières, d’ancienne chevalerie : au tournoi de Chiny, Collart de Cumières portait :”d’or à la fasce d’azur accompagnée en chef de trois anneaux de gueules”. Selon l’armorial d’ Husson l’Ecossais, à une certaine époque, des membres de la famille de Cumières portaient : “d’or à la barre d’azur surmontée de trois annelets de gueules” L’étoile rouge et argent représente une explosion et illustre le sacrifice de nombreux hommes et ainsi également le Mort homme contrée de Cumières au nom prédestiné. Les bleuets et les coquelicots illustrent la rudesse des combats qui se sont déroulés sur le territoire de Cumières, particulièrement en 1916, pour repousser l’armée adverse farouchement désireuse […]
Lire la suite ›

CHAUMONT – devant – DAMVILLERS – 55107

 D’azur, à deux clous de la Passion d’or passés en sautoir surmontant un mont d’argent mouvant de la pointe chargé d’un papillon “cuivré des marais” (Lycaena dispar) au naturel [d’orangé tacheté de sable]; chaperonné de gueules chargé à dextre et à senestre d’une tour d’or, maçonnées de sable, ouverte et ajourée d’argent.  Soutien de l’écu deux tiges de trèfle d’eau (menyanthe trifoliata) supportées de sinople et d’or, feuillées de sinople et fleuries d’argent et de pourpre.  Croix de guerre1914 /18 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  Devise toponymique CHAUMONT-DEVANT-DAMVILLERS en lettres de sable sur un listel d’or au revers d’or. Le mont d’argent évoque le toponyme Chaumont, jadis Calvus-Mons (984) : mont chauve, mont calcaire. Les deux clous rappellent que sous l’ancien régime le village était une terre du pouvoir temporel de l’évêché de Verdun (a), prévôté de Mangiennes. L’une des tours représente la forteresse qui sur la colline dominait le village (il s’appelait alors Chaumont-sous- Muraut (calvomons –subtus-Muratum en 1490) et dépendait de la seigneurie de Muraut. L’autre tour évoque le château de la place situé dans un écart à 500m du village toujours caractérisé par deux tours carrées et […]
Lire la suite ›

CUNEL – 55140

• D’argent au pigeonnier de gueules ouvert et ajouré du champ accosté de deux annelets de gueules; Mi vêtu en chef d’azur au globe d’argent cintré et croisé d’argent à dextre et à l’étoile du même à senestre. • Soutien sous l’écu : Deux tiges de framboisier tigées et feuillées de sinople et fruitées de gueules. • Devise toponymique : CUNEL sur un listel d’or au revers de gueules. • Croix de guerre de 14/18 pendant à son ruban sous le listel. Le pigeonnier est celui de Cunel. L’ancien château de Cunel a été en partie détruit en 14-18. Un énorme colombier occupait une partie de la cour du château. Les annelets sont ceux des seigneurs du lieu : les de Paviot et les de Mouzay. L’ancienne maison de Mouzay qui possédait le fief de Cunel portait : D’argent, à deux cotices d’azur, au canton senestre de sable, chargé de deux annelets d’or . Les Pavioth ou de Paviot portaient : D’argent, à l’aigle de sable, couronnée et lampassée d’or, à l’aile dextre éployée, chargée de six annelets d’or posés 2,2 et 2, l’aile senestre abaissée . L’étoile rappelle le monument américain du village qui commémore la libération de 1918 […]
Lire la suite ›

CHARPENTRY – 55103

Coupé ondé, au 1 d’azur à la ferme de charpente d’or accostée de deux étoiles du même, au 2 de gueules à la cardère d’or, à la trangle ondée du même brochant sur la partition ». Soutien de l’écu : deux brins de luzerne de sinople feuillés de même et fleuris de gueules. Croix de guerre 14 18 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure des brins. Cri de ralliement : CHARPENTRY en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. MOTIVATION : L’origine du nom Charpentry vient de l’anthroponyme gallo-romain Carpentarius et du suffixe iacum. La ferme de bois évoque le toponyme Charpentry, dérivé aussi de charpentier. Cette charpente rappelle aussi la ferme Faillette ainsi que l’ancienne usine de carbonisation du bois, qui fabriquait jusqu’en 1935 du goudron et de l’alcool. Les étoiles, de même que la couleur bleue, évoquent la Sainte patronne de la paroisse dédiée à la Nativité de la Vierge Marie ; l’église a été détruite en 14 – 18 mais on a conservé la façade et le porche lors de sa reconstruction après la Grande Guerre. Les étoiles, présentes dans leurs armoiries, évoquent aussi les seigneurs du lieu, les familles Gervaise […]
Lire la suite ›

CHAMPNEUVILLE – 55099

   Coupé, au 1 D’azur, chargé, à dextre d’une tête de lion d’or couronnée de gueules et , à senestre, d’ une croix pattée d’or chargée, au centre d’un besant et cantonnée de 4 autres du même. Au 2, d’or au nœud de pêcheur de gueules plié et posé en chevron renversé.  Soutien sous l’écu : trois tiges d’iris des marais de sinople, fleuris d’or, passées en sautoir avec 3 autres du même.  A la croix de guerre 1914 – 1918 appendue sous l’écu à son ruban et brochant sur la croisure.  Cri de ralliement :  CHAMPNEUVILLE en lettres ce sable sur un listel d’or au revers de gueules. Le nœud de pécheur plié et posé en chevron renversé (en V) évoque phonétiquement Neuville. Le champ d’or dessine un champ de blé. Ainsi, le champ de blé et le nœud de pécheur illustrent le toponyme Champneuville. La croix pattée et l’azur soulignent que Champneuville, au spirituel de l’évêché de Verdun, en dépendit également au temporel jusqu’à la fin de l’ancien régime(a). Cette croix aux 5 besants a été utilisée sur les pièces de monnaie des comtes évêques de Verdun. La tête de lion est, avec inversion […]
Lire la suite ›

BRABANT-en-ARGONNE – 55068

 Coupé ondé, au 1 de gueules au gril d’or la poignée en haut, accosté de deux gouttes d’argent, les trois posés en pal ; au 2 de sinople à la cardère d’or ; à la trangle ondée en filet d’argent brochant sur la partition.  Soutien de l’écu, deux rameaux de quetschier supportés de tanné, feuillés de sinople et fruités de pourpre, passés en sautoir.  A la croix de guerre 1914 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  Devise BRABANT-EN-ARGONNE en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. La cardère sauvage est une plante qui pousse dans les jachères. Elle évoque le toponyme BRABANT qui selon plusieurs auteurs viendrait du vieil hollandais Brac ; terre inoccupée, zone inculte faisant frontière. Selon d’autres versions Brabant serait lié au gaulois bracu : boue suivi de branti ; bande. Le filet ondé représente la Cousances (les activités que son courant a généré : moulin, scierie) et également ses abords boueux. Le gril, les gouttes et le champ de gueules (rouge) symbolisent le martyre de Sainte FOY. Une source ferrugineuse du village et un pèlerinage étaient voués à cette sainte (a). Une […]
Lire la suite ›

BÉTHELAINVILLE – 55047

 Parti, au 1, de gueules à l’échauguette d’or maçonnée de sable ; au 2, d’azur à la tête de lion également d’or ; à la couronne de reine en chef et aux quatre alvéoles de cire en pointe, les deux d’or et brochant sur le parti.  Soutien de l’écu, deux rameaux de charme tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir.  Croix de guerre 1914- 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  Devise Béthelainville en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. L’azur et l’or évoquent les armes des suzerains : l’évêché de Verdun (a), initialement, et le Prince de Condé (Clermontois) (b) avant 1790. Les gueules (rouge) et l’or sont ceux du Duc de Lorraine, Charles III, ayant créé la prévôté des Montignons (à Montzéville) à laquelle était rattaché le village. La tête de lion et l’azur sont ceux des armes de Claude de la Vallée (c), premier capitaine châtelain de cette prévôté. L’échauguette évoque les éléments de guet du château d’Anceréville , un écart du village érigé en fief en 1606. L’échauguette est également une arme parlante pour l’occitan, badil ( […]
Lire la suite ›

BEAUMONT EN VERDUNOIS – 55039 (VILLAGE MORT POUR LA FRANCE)

Ecartelé en sautoir : au 1, d’azur à une trompe de chasse d’or ; au 2, de gueules à une benoite commune d’or aux cinq pointes d’argent ; au 3, de gueules à une croix de saint Maurice d’or ; au 4, d’azur à une fontaine héraldique d’or remplie d’azur et traversée par une source d’argent . Soutien sous l’écu : deux brins de bleuets tigés et feuillés de sinople et fleuris d’azur, passés en sautoir et ornés de coquelicots au naturel. Devise BEAUMONT-en-VERDUNOIS en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules daté 324 -1916 en chiffres d’or. Croix de guerre 1914-1918 à deux palmes appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure des bleuets. La source de la fontaine rappelle que l’orne prend sa source sur le ban de Beaumont. Elle évoque ainsi également le toponyme du village jadis bibonis-mons superfluvium orna : beau mont au-dessus de la rivière Orne (Le mont est illustré par la partition en chevron). La benoite, la fleur, souligne que, sous l’ancien régime, le village dépendait de l’abbaye bénédictine de Juvigny- aux- Dames, prévôté de Bézonvaux. La trompe de chasse représente les chasseurs à pied des 56ème […]
Lire la suite ›

BAZEILLES – SUR –OTHAIN – 55034

   De gueules, à deux herses médiévales d’or surmontant une roue de moulin du même. Au chef triangulaire ondé d’azur soutenu d’argent, au coq de clocher d’or mouvant de la partition.  Soutien de l’écu, deux brins de pervenches supportés feuillés de sinople et fleuris d’azur au bouton d’or passés en sautoir.  Devise BAZEILLES –SUR – OTHAIN en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. Un coq somme le clocher de chaque église. Ici, en représentant une église il fait allusion au toponyme Bazeilles – jadis Baseye (1163)Bazuel (1197) Bazaille(1700)- du mot d’oïl baseille dérivé du latin basilica : basilique , église . Le coq de clocher et l’ondé d’argent suggèrent Bazeilles-sur-Othain. L’azur du champ rappelle la couleur de la tunique de saint Martin, évêque de Tour. Cette chape devint trésor royal au VIIème siècle. Elle serait une des origines du bleu de notre drapeau tricolore. L’église de Bazeilles est vouée à saint Martin. Les deux herses médiévales sont celles des armes de la famille éteinte du nom de Bazeilles et seigneur du lieu qui portait : de gueules à 3 grilles ou herses d’or, deux en chef et une en pointe. Elles évoquent […]
Lire la suite ›

BRANDEVILLE – 55071

 D’azur semé de croix latines d’or au cœur du même enflammé de gueules soutenu par un brasier du même mouvant de la pointe ».  L’écu soutenu par deux anges de carnation aux cheveux d’or et aux ailes d’argent, habillés d’argent et d’or.  Devise sur listel d’or : BRANDEVILLE, ornée à dextre d’une enclume de cordonnier d’azur et à senestre d’une grappe de raisin pourpre feuillée de sinople.  Croix de guerre 1914 – 1918 appendue à son ruban sous l’écu et sous le listel. Le cœur enflammé évoque les armes du comté de Brandeville ( Les armoiries supposées du comté de Brandeville ont été reprises de la taque de cheminée datée de 1669, représentant un ange portant un cœur enflammé au-dessus d’un brasier avec cette devise : Ce feu descend du ciel et remonte à sa source ). Brandeville : vient de brandon, torche de paille (mettre le feu) écobuage, peler la terre en arrachant les mottes avec les herbes et les racines que l’on brûle ensuite pour fertiliser le sol avec les cendres. Le semé de croix évoque la bataille de Brandeville qui eut lieu le 29 aout 1914 et qui vit mourir 600 soldats français […]
Lire la suite ›

BOUREUILLES – 55065

Tiercé en pal : au 1) d’azur au pal potencé et contre-potencé d’argent – au 2) d’or à une crosse de sable soutenue d’un caillou de sinople – au 3) de gueules à trois alérions d’argent posés en pal. Soutien derrière l’écu : deux haches d’or aux manches d’orangé passées en sautoir ; soutien de l’écu : deux rameaux de bouleau tigés de tanné,feuillés de sinople et aux cônes d’or, mouvant d’une branche tronquée au naturel  Devise BOUREUILLES en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Croix de guerre 1914 1918 appendue à son ruban sous la devise Boureuilles est situé entre la Champagne et la Lorraine, d’où les deux pals correspondant à ces provinces. La crosse est celle de l’abbaye de Lachalade qui possédait un fief à Boureuilles. Le caillou est le surnom des habitants de la localité. La commune est titulaire de la Croix de Guerre 1914-1918.En ornements extérieurs, les haches rappellent l’importance du bois, nécessaire pour les faïenceries dans le passé et les rameaux de bouleaux évoquent la fabrication de balais à Boureuilles à une certaine époque. Armoiries composées par D.Lacorde et D. Larcher et R. LOUIS, adoptées par la commune le 31 janvier 2014.
Lire la suite ›