MENU

BURE – 55087

   D’or au moine en robe de bure au naturel, parti contre-palé d’argent et de gueules de 6 pièces.  Chef d’azur à la sauterelle d’or.  Soutien sous l’écu : 2 rameaux d’orme croisés en sautoir, tigés de tanné, feuillé de sinople, fruités d’or. La robe de bure est bien entendu une arme parlante pour le toponyme BURE de la commune. Le contre-palé d’argent et d’azur constituait les armes anciennes de la famille de Joinville jadis seigneur de Bure. La sauterelle d’or (la couleur du miel) illustre que selon l’évangile St Jean Baptiste, le patron de la paroisse ” se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage” dans le désert. Les rameaux d’orme évoquent le nom d’une rue éponyme du village. Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS, avec les conseils de la commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques Lorrains et adoptées par la commune en juin 2011.
Lire la suite ›

UGNY sur MEUSE – 55522

 Coupé : au 1 de gueules à une tête arrachée de loup d’or, au 2 d’or à un roc d’échiquier de gueules accosté de 2 cocardes bicolores constituées  chacune d’un anneau d’azur rempli de gueules.  Soutien sous l’écu : 2 sandres d’azur allumés d’or affrontés.  Devise toponymique : UGNY-sur-MEUSE en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules Le roc d’échiquier représente, bien entendu le jeu d’échec avec lequel il faut faire preuve de stratégie, d’intelligence et évoque ainsi une version du toponyme Ugny du village autrefois Hugny contraction de hugueney diminutif de Hugues d’origine germanique signifiant intelligence. Selon certains auteurs Ugny ( unniacum en 1011) pourrait être lié au nom de personne germanique Unno. Les 2 cocardes sont celles de la RAF ; elles représentent le sacrifice de 7 aviateurs anglais dont le “Lancaster” a été abattu par la DCA allemande le 27/04/1944 au-dessus d’Ugny. La tête de loup est une figure parlante pour St Loup le patron de la paroisse. Les sandres sont ceux qui chassent dans la Meuse. Version d’armoiries composée et dessinée par Robert, André LOUIS avec les conseils de la commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques Lorrains et […]
Lire la suite ›

RIGNY-la-SALLE – 55433

 Parti : au 1 d’azur au pied de lys de jardin d’argent, au 2 à la tour donjonnée ouverte et ajourée du champ, de l’un en l’autre. A la trangle ondée abaissée, d’or brochant sur les 2 champs.  Soutien sous l’écu : 2 rameaux de noisetier tigés de tanné, feuillés de sinople, fruités d’or croisés en sautoir.  Devise toponymique RIGNY- la- SALLE en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules La trangle ondule, comme les ruisseaux qui traversent le village, illustre Rigny dérivé de rinne, rigne = rivière. La tour représente le château de Malpierre et évoque ainsi la Salle, du francique sal pièce principale puis par extension également un manoir, un château. La tour donjonnée est aussi celle des armes de la famille des Salles (en champagne : d’argent à la tour donjonnée de sable). Le pied de lys de jardin est celui de la mère de Jésus patronne de la paroisse. Les rameaux de noisetier évoquent les arbres des forêts environnantes Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS en avec les conseils du groupe héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques Lorrains et adoptées par la commune en janvier 2015.
Lire la suite ›

NEUVILLE -lès-VAUCOULEURS – 55381

 D’or à une tête arrachée d’âne de tanné accostée de 2 grenades de gueules. Au chef d’azur à un nœud de pêcheur d’or plié et posé en chevron renversé.  Soutien sous l’écu : 2 brochets de sinople affrontés et allumés d’or.  Devise toponymique NEUVILLE -lès-VAUCOULEURS en lettres d’or sur un listel d’azur au revers de gueules. Le chevron renversé dessine le V de ville, avec le nœud (phonétiquement Neu) le toponyme Neuville est évoqué. La tête d’âne et les grenades rappellent qu’au cours de la guerre 1914/1918 une grange servait d’hôpital pour les ânes blessés dans les tranchées du secteur de Verdun. Les brochets sont ceux qui chassent dans la Meuse. Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS en avec les conseils de la commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques Lorrains et utilisées par la commune depuis juillet 2016.  
Lire la suite ›

MONTIGNY -lès- VAUCOULEURS – 55350

 Coupé : au 1, d’or à une truite d’azur allumée du champ, courbée, posée en pal et, accompagnée de deux demi-monts rectilignes de sinople enflammés de gueules mouvants des flancs , Au 2, de gueules à l’assiette d’argent chargée d’un orle d’azur et ornée d’une fleur de bleuet du même au bouton de sable.  Soutien sous l’écu : deux rameaux de hêtre, supportés de tanné, feuillés de sinople et fruité d’or passés en sautoir ; surmontant deux épis de blé d’or posés en chevron renversé.  Devise toponymique MONTIGNY–lès – VAUCOULEURS  en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Les monts au sommet crachant un feu constituent des armes parlantes pour le toponyme Montigny du village (igny dérive de igne, du latin ignis = feu. Le toponyme pourrait également provenir du nom de personne Montinius. L’argent et les gueules (rouge) rappellent les armes de Vaucouleurs (de gueules à la tour d’argent,au chef cousu d’azur chargé de 3 fleurs de lys d’or) jadis prévôté, en Champagne dont dépendait Montigny. Les monts dessinent la vallée boisée dans laquelle s’étend la cité. Les rameaux représentent les forêts, l’une domaniale et l’autre communale, qui conviennent particulièrement aux hêtres. […]
Lire la suite ›

MONTBRAS – 55344

Parti : au 1, de gueules, au chef d’argent à 3 annelets de gueules, au 2, d’or à une tour, donjonnée à senestre, de gueules maçonnée d’argent, ouverte et ajourée du champ, posée sur une motte de sinople ; enté de la pointe d’argent à une croix de St Maurice d’azur. L’adjonction tardive de Mont (1700) au toponyme Bras, Brachier en 1402 conduit certains auteurs à donner le gaulois bracu : vallée, marécage, marais, à l’origine de Bras. La croix de Saint Maurice d’azur (bleu) sur le champ d’argent rappelle qu’une église vouée à ce Saint existait jadis à Bras. Les deux autres champs reprennent les armes du couple constructeur du château renaissance vers 1596 : le champ de gueules et les 3 annelets sont ceux des armes de Claude Verrières jadis seigneur du lieu qui portait : de gueules au chef d’argent chargé de 3 annelets de gueules. La tour donjonnée posée sur une motte verte s’inspire des armes de Louise Des Salles son épouse qui portait : d’argent à la tour donjonnée à gauche, de sable, posée sur une motte de sinople. Cette famille avait pour devise : “La tour du seigneur est ma forteresse ” gravée au […]
Lire la suite ›

MAXEY sur VAISE – 55328

 d’azur à la fleur des marais d’or, surmontée d’une double burelle potencée et contre potencée, accostée de deux bars adossés, les quatre du même et soutenues d’une trangle ondée d’argent.  Soutien sous l’écu : 2 rameaux de charme tigés de tanné, feuillés de sinople, fruités d’or, passés en sautoir. La fleur des marais d’or évoque le toponyme du village Maxey autrefois Marcey de Marcq, Marce = marais. La trangle ondule comme la Vaise qui traverse le village. Fleur de marais et trangle ondée évoquent ainsi Maxey sur Vaise. La double burelle potencée et contre potencée, l’azur et l’argent évoquent les armes(a) de la province de Champagne à laquelle Maxey a été rattaché jusqu’à 1262 environ. L’azur et les deux bars adossés sont ceux des armes du Barrois(b) mouvant, prévôté de Gondrecourt, dont dépendit ensuite les deux seigneuries du village possédant deux châteaux et ayant appartenu à de multiples seigneurs(c). Les deux poissons (bars) évoquent également Saint Pierre le patron des pécheurs et de la paroisse. La trangle ondée représente également la force motrice qui jadis animait les industries locales : moulin, huilerie, scierie… Les rameaux sont ceux des charmes des forêts environnantes. (a) La Champagne a pour armes […]
Lire la suite ›

GOUSSAINCOURT – 55217

 Coupé, au 1 de gueules au fouet armé de plombs, au 2 d’argent chargé de 5 mouchetures d’hermine 3&2.  Soutien sous l’écu : 2 brins de pervenches tigés et feuillés de sinople, fleuris d’azur passés en sautoir.  Devise toponymique GOUSSAINCOURT en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. Le fouet est l’instrument du martyre de Saint Gervais le patron de la paroisse. Les mouchetures d’hermine et la partition de gueules (rouge) représentent le château en reprenant les éléments des armes de Jean d’Anneville (d’hermine à la fasce de gueules) sculptés sur la bretèche qui subsiste. Les pervenches sont celles qui fleurissent au printemps dans les bois de Goussaincourt. Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS en avec les conseils du groupe héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques Lorrains et adoptées par la commune le 07 avril 2017.
Lire la suite ›

ÉPIEZ sur MEUSE – 55137

 De gueules, au cheval cabré d’argent bridé et sellé d’or ; chef cousu d’azur chargé de deux gerbes d’or posées en bande  Soutien sous l’écu : 2 rameaux d’aubépine tigés de tanné, feuillé de sinople et fleuris d’argent croisés en sautoir.  Devise  ÉPIEZ sur MEUSE en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. Les gerbes de blé évoquent le grenier où l’on entasse les blés et ainsi le toponyme épiez dérivé selon certains d’espi du latin spicarium > lieu où on entasse le grain Selon une autre version Épiez, autrefois Espieium pourrait dériver du latin spica désignant l’épine. Elle est représentée par les rameaux d’aubépine. L’argent du cheval et le champ de gueules (rouge) rappellent les émaux de la famille de Saint Baslemont (1) qui furent les premiers seigneurs connus du village, partagé sous l’ancien régime entre le Barrois et la Champagne. Le cheval cabré évoque la chute de cheval de Saint Paul au moment de sa conversion à laquelle est vouée l’église. (1) La famille de saint Baslemont portait : “Burlé d’argent et de gueules de dix pièces ” Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS avec les conseils de la […]
Lire la suite ›

CHAMPOUGNY – 55100

 Parti, au 1, d’azur à la fleur de tilleul d’or ; au 2, d’or à l’alérion de gueules ; au tau d’argent brochant, en chef sur la partition. A la champagne de gueule crénelé de trois pièces (merlons), chargée d’une croix latine écotée d’or.  Soutien sous l’écu : deux goujons d’argent et de sable affrontés et descendant.  Devise : CHAMPOUGNY en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. L’alérion (un petit aigle au vol abaissé, sans bec ni pattes) représente l’aigle romaine, plus précisément, l’aigle désarmée évoque le vétéran de l’armée romaine attributaire des terres du village de Champougny et ainsi son toponyme ( Camponiacum en 650) qui, selon plusieurs auteurs, dériverait du nom de personne romaine camponius complété du suffixe acum : la terre de camponius. Le tau souligne que jadis le ban du village était du domaine temporel de l’évêque de TOUL (prévôté de Brixey-aux Chanoines) dans une petite enclave entre : – la Champagne, province de France dont les armes (D’azur à trois fleurs de lys) sont évoquées par les champs d’azur et d’or – et le Barrois mouvant dont les armes (D’azur semé de croix recroisetées au pied fiché […]
Lire la suite ›

BUREY- la- CÔTE – 55089

 Coupé-vouté au 1 de gueules, au crosseron d’or accosté de deux fers de lance d’argent ; au 2 de sinople, chargé d’un pal d’argent et à la tournelle à 4 merlons brochant.  Soutien sous l’écu : 2 branches d’alisier tigées de tanné feuillées de sinople, fruitées d’or croisées en sautoir.  A la devise toponymique BUREY la CÔTE en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules.   Burey dérivé de Bure est évoqué phonétiquement par le pal représentant une bure : un puits de mine. Avec la partition voutée comme une côte, le toponyme Burey la côte est évoqué. Selon différents auteurs, Burey pourrait dériver du germanique bur : petite maison ou du nom de personne gauloise : bürius. Le pal évoque également le puits de grande profondeur (36m) creusé dans le village. Les fers de lance évoque léger, nom germanique qui signifie lancier de la troupe (associant leod “troupe” et ger “lance”. Fer de lance et crosseron représentent Saint léger, évêque d’Autun, le patron de la paroisse. Le champ de gueules rappelle son sacrifice pour sauver la ville. Les fers de lance symbolisent également les éléments défensifs de l’église fortifiée qui servait jadis […]
Lire la suite ›

BUREY en VAUX – 55088

Mi-tranché retaillé en chef,  au 1 d’or au chevron d’azur,  au 2 de gueules chargé à dextre d’un bonnet phrygien d’argent et à senestre d’une tour du même ouverte et ajourée du champ. Soutien sous l’écu : 2 branches de chêne tigées de tanné, feuillées de sinople, fruitées d’or, croisées en sautoir. Devise toponymique BUREY EN VAUX en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. Le chevron évoque le toit d’une maison et ainsi le patronyme Burey dérivé de bure, selon certains, de l’ancien allemand bür : maison modeste. Selon une autre version, Burey pourrait avoir pour origine le nom de personne gaulois bürius. Le bonnet phrygien est porté dans l’antiquité par l’esclave affranchi que la société grecque ou romaine libère. Ici ce bonnet symbolise Ste LIBÈRE patronne de la paroisse martyre à Grand (88) vers 360. La tour représente le Château de Montval. Les rameaux de chêne sont ceux des forêts environnantes Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS en avec les conseils de la Commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques Lorrains et adoptées par la commune le 08 juillet 2016.
Lire la suite ›

SEUZEY – 55487

• Parti, au 1 de gueules au buste de Saint Marcel d’or, coiffé d’une tiare ancienne d’argent barbé et chevelé du même; au 2, d’argent au rameau de bugrane épineuse de sinople fleuri de pourpre ;Au Chef de sable à la croix d’or. • Soutien sous l’écu : deux rameaux de saule tigés, feuillés de sinople et fruités d’or passés en sautoir. • Croix de guerre 1914 – 1918 appendue à la pointe de l’écu et brochant sur la croisure des rameaux. • Cri de ralliement toponymique SEUZEY en lettres d’or, sur listel de sinople au revers de gueules. Les rameaux de saule évoquent le toponyme SEUZEY, jadis sauciacum, dont une version serait le saule. La croix d’or sur champ de sable rappelle que sous l’ancien régime Seuzey dépendait du marquisat et de la prévôté d’Hattonchâtel(a), en Barrois non mouvant. Saint Marcel, pape en 308 est le patron de la paroisse. Ce saint à été réduit à l’esclavage sur ordre de l’empereur Maxence. Miséreux palefrenier, il mourut dans les écuries impériales vers 310. Le champ d’argent (blanc) évoque les blocs de pierre des carrières exploitées au village. Le rameau de bugrane épineuse (ononis spinosa) évoque le sobriquet des habitants de […]
Lire la suite ›

TROYON -55521

 Tiercé en pairle, au 1 d’or au pentagone bastionné de gueules, au 2 d’azur au coq combattant d’argent allumé, crêté, barbillé et membré d’or, au 3 de gueules au pin d’argent au tronc d’or fiché.  Soutien de l’écu, deux brins de bleuet tigés, feuillés de sinople et fleuris d’azur passés en sautoir.  Croix de guerre 1914 – 1918 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure.  Cri de ralliement toponymique TROYON d’or sur un listel d’azur au revers de gueules. Le V formé par la partition dessine la trouée d’une vallée et évoque ainsi te toponyme TROYON qui pourrait selon certains auteurs dériver de traon, trou, trouée, tranchée dans les Côtes de Meuse. Selon une autre version, Troyon serait issu du nom de personne Germanique Truogo ou Drohonus de Drog, Driugan : agir, entrer en campagne, illustré par le fort. Le pentagone bastionné dessine le fort de Troyon qui a résisté au cours de la première guerre mondiale et interdit aux Allemands de remonter vers Verdun. Les bleuets soulignent la ténacité héroïque des poilus du fort, surtout en septembre 1914 et jusqu’en 1918, face la puissance ennemie. Le coq combattant évoque le hameau de Jossecourt (Josse, […]
Lire la suite ›

ROUVROIS sur MEUSE – 55444

  Parti: au 1, d’or au chêne de sable feuillé de sinople et englanté d’or, au 2, d’azur à la croix de Lorraine d’argent surmontée de deux fleurs de lys d’or. A l’orle crénelé de gueules brochant sur les deux champs. Parti : au 1, de gueules au lambel d’or soutenu par une fasce ondée abaissée du même, au 2, d’argent à la palme de sinople posée en barre; Chef d’azur bastillé aux deux fleurs de lys d’argent.   Soutien de l’écu : un rameau de laurier de sinople à dextre et un rameau de saule tigé de tanné, feuillé de sinople et fruité d’or à senestre, passés en sautoir.  Croix de guerre 1914/ 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  Cri de ralliement : ROUVROIS sur MEUSE en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Le chêne constitue une arme parlante pour le toponyme ROUVROIS dérivé de robur, le chêne. Les champs d’azur et d’or illustrent que le village dépendait, sous l’ancien régime, du Barrois non mouvant (prévôté et marquisat de Hattonchatel) ; la terre de Rouvrois qui a eu le titre de marquisat appartenait à l’évêque […]
Lire la suite ›

RICHECOURT– 55431

 Parti, au 1 de gueules à la grenouille de profil d’or, au 2 d’argent à la croix de Lorraine de gueules, chef d’azur aux deux masses d’armes d’or.  soutien de l’écu : deux rameaux de frêne tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or passés en sautoir.  croix de guerre 1914 – 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure et accostée de deux casques Adrian de 1915.  Cri de ralliement : RICHECOURT en lettre d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Les 2 masses d’armes évoquent le toponyme RICHECOURT autrefois Richeri curtis : Richer de ric : puissant et hari : armé. L’azur et l’or rappellent que le village dépendait jadis du Barrois non mouvant, la croix de Lorraine souligne l’appartenance à la province de Lorraine. Les deux masses d’armes sont également celles de la famille de Nay, seigneur et baron de Richecourt qui constituait une prévôté. La famille de Nay portait :” d’azur à deux masses d’armes d’argent, la poignée et le pommeau d’or”. Les gueules (rouge) et l’argent sont les couleurs de St Georges le patron de la paroisse. La grenouille représente la faune du […]
Lire la suite ›

RANZIÉRES– 55415 –

   Ecartelé en sautoir, au 1 d’azur à une aigle éployée d’or, au 2, de gueules à une tête de bélier d’argent, au 3 de gueules à une dalmatique d’argent ornée de sinople, au 4, d’azur fretté d’or de 8 pièces .  Soutien de l’écu : deux rameaux d’osier, supportés d’or, feuillés de sinople et aux chatons de sinople et d’argent, passés en sautoir;  Croix de guerre 1914:1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure ;  Devise RANZIERES sur un listel d’or au revers de gueules. L’azur et l’or soulignent que le village était du Barrois. L’aigle éployée d’or et l’azur sont ceux des armes de la famille de Calonne un moment seigneur de Ranzières(a). La tête de bélier d’argent et les gueules sont des éléments des armes (de gueules à 3 têtes de béliers d’argent 2 et 1) d’une famille porteuse du nom de Ranzières éteinte. La dalmatique est un attribut de Saint Etienne, premier diacre chrétien et martyr, le patron de la paroisse. Les brins du fretté d’or sont tressés comme ceux d’un panier et avec les rameaux d’osier représentent la vannerie une activité de jadis au village avec la […]
Lire la suite ›

MONTSEC – 55353

 D’azur à la colonnade circulaire d’argent accompagnée en chef de deux croisettes recroisetées au pied fiché d’or, et soutenue par un mont d’or chargé d’une flamme de gueules.  Tenant de l’écu : deux pygargues, de tanné au buste et à la queue d’argent, allumé, becqué et aux pattes d’or, affrontés.  Croix de guerre 1914/ 1918 appendue sous la pointe de l’écu.  Devise toponymique MONTSEC, brochant sur le ruban de la croix de guerre, en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Le coupé- vouté évoque un mont et ainsi le toponyme Montsec du village. Cette butte témoin de 375m d’altitude (la côte de Monclin) domine la plaine de la Woëvre et constitue un site renommé. La colonnade circulaire représente, de manière stylisée, le mémorial érigé par les Etats-Unis au sommet de la butte de Montsec en hommage aux 550000 boys USA((symbolisés par les deux pygargues – aigle américain) ayant repris le saillant de Saint Mihiel aux Allemands du 12 au 16 septembre 1918. La flamme source de lumière représente Sainte Lucie la patronne de la Paroisse (Lucie est dérivé de lux – lumière). La couleur de gueules (rouge) souligne son martyre. Les […]
Lire la suite ›

LOUPMONT – 55303

• coupé, vouté crénelé, au 1, d’azur à la gueules de loup arrachée d’or, allumée, armée et lampassée de gueules accostée de deux chaînes brisées d’argent posées celle de dextre en barre, celle de senestre en bande. Au 2 d’or, à la grappe de raisin de pourpre, feuillée de sinople. • Soutien sous l’écu : à dextre, un pampre, à senestre un rameau de chêne passés en sautoir, tigés, feuillés, vrillés pour le pampre de sinople et fruités d’or. • croix de guerre 1914 – 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure. • cri de ralliement :  LOUPEMONT en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules chargé à senestre d’une pyramide triangulaire d’argent. La tête de loup et le mont dessiné par la partition voutée constituent des armes parlantes pour le toponyme LOUPMONT jadis Lupinus Mons. Selon une autre version Longomonte en 877 désignait un mont long ( le village est en effet implanté au pied d’une colline allongée. L’azur et l’or soulignent que LOUPMONT était jadis situé dans le Barrois non mouvant. Les deux chaînes brisées évoquent le miracle des liens de Saint Pierre le patron de la communauté chrétienne […]
Lire la suite ›

Les PAROCHES – 55401 –

 D’azur à la croix recroisetée d’or accostée de deux socs de charrues antiques d’argent ; chef de gueules ondé, aux deux fûts canons d’or croisés en sautoir.  Soutien de l’écu, deux rameaux de tilleuls tigés de tanné feuillés de sinople et fleuris d’or passés en sautoir.  Croix de guerre 1914 – 1918 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure?  Cri de ralliement toponymique LES PAROCHES d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Les trois croisettes de la croix recroisetée représentent chacune une paroisse : Paroche la Petite, Paroche la Grande et Refroicourt détruit par les Suédois. Paroche de Parrochia signifie paroisse. L’azur et l’or soulignent que le village dépendait du Barrois mouvant, prévôté de St Mihiel. Les canons représentent les pièces d’artillerie du fort des Paroches qui bien que sérieusement détruit en septembre 1914 a résisté pendant toute la guerre 1914/1918 pour couper l’accès à Verdun. Le chef ondule comme la Meuse et les ruisseaux. Les socs illustrent le caractère agricole des villages. Les rameaux de tilleuls représentent l’avenue des tilleuls et les arbres du bois des Paroches. La croix de guerre a fait l’objet de la citation à l’ordre de l’armée […]
Lire la suite ›