MENU

AZANNES – ET – SOUMAZANNES -55024

 

Tiercé en pairle : Au 1, de gueules à l’annelet d’argent, au 2, d’azur à une roue de chariot d’or ; au 3, d’or à une anille (fer de moulin) d’azur, à la divise ondée abaissée d’argent brochant sur les deux champs en pointe chargée de trois têtards, de sinople nageant en fasce.
Soutien de l’écu : Deux rameaux de frêne, tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir
Devise : AZANNES- ET – SOUMAZANNES en lettre de sable sur un listel d’or au revers de gueules.
Croix de guerre 1914/1918 appendue à son ruban, en pointe sous l’écu et brochant sur la croisure.

La divise ondée en dessinant les méandres de l’Azannes, évoque le toponyme AZANNES jadis Aisenna du latin ansa : méandre, en représentant une source, elle illustre également SOUMAZANNES de summus : source. Soumazannes source de l’Azanne. La fasce ondée représente également l’étang du haut fourneau partiellement sur le ban d’Azannes. Le village de Soumazannes fut réuni à Azannes en 1809, complètement détruit au cours de la première guerre mondiale, il n’a pas été reconstruit.

Les têtards constituent une arme parlante pour le sobriquet des habitants d’Azannes qui, en patois meusien, s’appellent les bocawés (ou bo-caoué) : têtard ( bocawé aussi le nom du journal communal).

L’Azannes, en représentant les poissons qui la fréquentent, fait également référence à saint André qui avant d’être apôtre de Jésus était pécheur sur le lac de Tibériade. L’église d’Azannes, construite en 1784, est vouée à Saint André, détruite au cours de la première guerre mondiale, elle a été reconstruite en 1928.

L’annelet et le champ de gueules sont ceux des armes (de gueules aux 3 anneaux d’argent) que portait Millet de Thil au tournoi de Chauvency en 1285. Cette famille d’ancienne chevalerie était donc seigneur de Thil . Thil était un hameau situé sur l’actuel territoire d’Azannes. Thil était le siège de l’église-mère, vouée à Saint Martin, d’Azanne, Soumazannes et Ville ; elle fut interdite en 1784 et détruite.

Le champ d’or est colorié comme les blés et souligne le caractère agricole de la cité.

Les rameaux sont celui des frênes, et tous les arbres des forêts environnantes.

L’anille (ou fer de moulin) symbolise le moulin qui naguères utilisait le force vive de l’Azannes.
Le fer de moulin et la roue de chariot font allusions aux anciens métiers et ainsi aux fêtes des anciens métiers avec animations, organisées à Azannes à la belle saison en particulier en mai.

La Croix de guerre 1914/1918 a été décernée à Azanne et Soumazannes avec la citation suivante à l’ordre de l’armée : ” A été totalement détruit par les bombardements subis au cours de la guerre. Resté aux mains de l’ennemi pendant quatre années, a supporté stoïquement toutes les rigueurs d’une occupation brutale faisant preuve d’une ardente confiance dans la victoire finale.”
Armoiries composées et dessinées par Robert LOUIS, héraldiste, et Dominique LACORDE, historien, membres de la commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques de Lorraine et adoptées le 29 juin 2017, Monsieur Hubert Sellier étant maire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + onze =