MENU

AVOCOURT – 55023

 

De gueules à la fontaine d’or dominée d’une croix du même et crachant trois jets d’argent, soutenue par deux plumes d’argent passées en sautoir et accostée de deux vases antiques sigillés d’or.

Soutien de l’écu : deux rameaux de poirier feuillés de sinople, tigés de tanné et fleuris d’argent aux boutons de gueules et aux sépales de sinople, passés en sautoir.

Croix de guerre 1914 1918 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure des rameaux.

Cri de ralliement : AVOCOURT en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules.

La croix, seule « rescapée » de la Grande Guerre fut, à la demande des habitants et en dépit de l’administration, fixée sur la fontaine.
Les poteries sigillées rappellent la fabrication de céramiques à l’époque gauloise.
Les plumes évoquent l’écrivain et académicien .François Nourrissier.

Avocourt, village joliment installé dans une vallée entourée de bois, traversé par le ruisseau la Buanthe qui y prend sa source. L’histoire d’Avocourt remonte à la plus haute antiquité. L’étymologie du village Avonis curtis doit son origine à la longue présence des Romains. Un camp fortifié antique existait sur une hauteur avoisinant Avocourt. Un ancien château a existé aussi qui a subi plusieurs sièges à l’époque féodale. Passage des Huns en 451. Peu de choses sur le Moyen-âge.

Dès 1920, le village a reçu la Croix de Guerre avec palme, pour sa conduite exemplaire durant la Grande Guerre, présente en ornement du blason ; voici la citation : « Commune héroïque dont le nom doit être fidèlement gravé dans la mémoire des générations à venir. A disparu jusqu’à la dernière pierre dans l’effroyable tourmente, synthétisant ainsi pour les défenseurs du sol le foyer commun menacé.
A, par la magie vengeresse de ses ruines, décuplé l’énergie et la vaillance du « Soldat de Verdun » au cours des combats acharnés dont elle a été le témoin et l’enjeu. S’est acquis des titres à la reconnaissance éternelle de la Patrie ».

Armoiries proposées et composées par Dominique Larcher, héraldiste, Robert Louis, héraldiste et Dominique Lacorde, historien, membres de la Commission héraldique de Lorraine et adoptées par la commune le 26 septembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze + 15 =