MENU

SEUZEY – 55487

• Parti, au 1 de gueules au buste de Saint Marcel d’or, coiffé d’une tiare ancienne d’argent barbé et chevelé du même; au 2, d’argent au rameau de bugrane épineuse de sinople fleuri de pourpre ;Au Chef de sable à la croix d’or. • Soutien sous l’écu : deux rameaux de saule tigés, feuillés de sinople et fruités d’or passés en sautoir. • Croix de guerre 1914 – 1918 appendue à la pointe de l’écu et brochant sur la croisure des rameaux. • Cri de ralliement toponymique SEUZEY en lettres d’or, sur listel de sinople au revers de gueules. Les rameaux de saule évoquent le toponyme SEUZEY, jadis sauciacum, dont une version serait le saule. La croix d’or sur champ de sable rappelle que sous l’ancien régime Seuzey dépendait du marquisat et de la prévôté d’Hattonchâtel(a), en Barrois non mouvant. Saint Marcel, pape en 308 est le patron de la paroisse. Ce saint à été réduit à l’esclavage sur ordre de l’empereur Maxence. Miséreux palefrenier, il mourut dans les écuries impériales vers 310. Le champ d’argent (blanc) évoque les blocs de pierre des carrières exploitées au village. Le rameau de bugrane épineuse (ononis spinosa) évoque le sobriquet des habitants de […]
Lire la suite ›

TROYON -55521

 Tiercé en pairle, au 1 d’or au pentagone bastionné de gueules, au 2 d’azur au coq combattant d’argent allumé, crêté, barbillé et membré d’or, au 3 de gueules au pin d’argent au tronc d’or fiché.  Soutien de l’écu, deux brins de bleuet tigés, feuillés de sinople et fleuris d’azur passés en sautoir.  Croix de guerre 1914 – 1918 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure.  Cri de ralliement toponymique TROYON d’or sur un listel d’azur au revers de gueules. Le V formé par la partition dessine la trouée d’une vallée et évoque ainsi te toponyme TROYON qui pourrait selon certains auteurs dériver de traon, trou, trouée, tranchée dans les Côtes de Meuse. Selon une autre version, Troyon serait issu du nom de personne Germanique Truogo ou Drohonus de Drog, Driugan : agir, entrer en campagne, illustré par le fort. Le pentagone bastionné dessine le fort de Troyon qui a résisté au cours de la première guerre mondiale et interdit aux Allemands de remonter vers Verdun. Les bleuets soulignent la ténacité héroïque des poilus du fort, surtout en septembre 1914 et jusqu’en 1918, face la puissance ennemie. Le coq combattant évoque le hameau de Jossecourt (Josse, […]
Lire la suite ›

ROUVROIS sur MEUSE – 55444

  Parti: au 1, d’or au chêne de sable feuillé de sinople et englanté d’or, au 2, d’azur à la croix de Lorraine d’argent surmontée de deux fleurs de lys d’or. A l’orle crénelé de gueules brochant sur les deux champs. Parti : au 1, de gueules au lambel d’or soutenu par une fasce ondée abaissée du même, au 2, d’argent à la palme de sinople posée en barre; Chef d’azur bastillé aux deux fleurs de lys d’argent.   Soutien de l’écu : un rameau de laurier de sinople à dextre et un rameau de saule tigé de tanné, feuillé de sinople et fruité d’or à senestre, passés en sautoir.  Croix de guerre 1914/ 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  Cri de ralliement : ROUVROIS sur MEUSE en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Le chêne constitue une arme parlante pour le toponyme ROUVROIS dérivé de robur, le chêne. Les champs d’azur et d’or illustrent que le village dépendait, sous l’ancien régime, du Barrois non mouvant (prévôté et marquisat de Hattonchatel) ; la terre de Rouvrois qui a eu le titre de marquisat appartenait à l’évêque […]
Lire la suite ›

RICHECOURT– 55431

 Parti, au 1 de gueules à la grenouille de profil d’or, au 2 d’argent à la croix de Lorraine de gueules, chef d’azur aux deux masses d’armes d’or.  soutien de l’écu : deux rameaux de frêne tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or passés en sautoir.  croix de guerre 1914 – 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure et accostée de deux casques Adrian de 1915.  Cri de ralliement : RICHECOURT en lettre d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Les 2 masses d’armes évoquent le toponyme RICHECOURT autrefois Richeri curtis : Richer de ric : puissant et hari : armé. L’azur et l’or rappellent que le village dépendait jadis du Barrois non mouvant, la croix de Lorraine souligne l’appartenance à la province de Lorraine. Les deux masses d’armes sont également celles de la famille de Nay, seigneur et baron de Richecourt qui constituait une prévôté. La famille de Nay portait :” d’azur à deux masses d’armes d’argent, la poignée et le pommeau d’or”. Les gueules (rouge) et l’argent sont les couleurs de St Georges le patron de la paroisse. La grenouille représente la faune du […]
Lire la suite ›

RANZIÉRES– 55415 –

   Ecartelé en sautoir, au 1 d’azur à une aigle éployée d’or, au 2, de gueules à une tête de bélier d’argent, au 3 de gueules à une dalmatique d’argent ornée de sinople, au 4, d’azur fretté d’or de 8 pièces .  Soutien de l’écu : deux rameaux d’osier, supportés d’or, feuillés de sinople et aux chatons de sinople et d’argent, passés en sautoir;  Croix de guerre 1914:1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure ;  Devise RANZIERES sur un listel d’or au revers de gueules. L’azur et l’or soulignent que le village était du Barrois. L’aigle éployée d’or et l’azur sont ceux des armes de la famille de Calonne un moment seigneur de Ranzières(a). La tête de bélier d’argent et les gueules sont des éléments des armes (de gueules à 3 têtes de béliers d’argent 2 et 1) d’une famille porteuse du nom de Ranzières éteinte. La dalmatique est un attribut de Saint Etienne, premier diacre chrétien et martyr, le patron de la paroisse. Les brins du fretté d’or sont tressés comme ceux d’un panier et avec les rameaux d’osier représentent la vannerie une activité de jadis au village avec la […]
Lire la suite ›

MONTSEC – 55353

 D’azur à la colonnade circulaire d’argent accompagnée en chef de deux croisettes recroisetées au pied fiché d’or, et soutenue par un mont d’or chargé d’une flamme de gueules.  Tenant de l’écu : deux pygargues, de tanné au buste et à la queue d’argent, allumé, becqué et aux pattes d’or, affrontés.  Croix de guerre 1914/ 1918 appendue sous la pointe de l’écu.  Devise toponymique MONTSEC, brochant sur le ruban de la croix de guerre, en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Le coupé- vouté évoque un mont et ainsi le toponyme Montsec du village. Cette butte témoin de 375m d’altitude (la côte de Monclin) domine la plaine de la Woëvre et constitue un site renommé. La colonnade circulaire représente, de manière stylisée, le mémorial érigé par les Etats-Unis au sommet de la butte de Montsec en hommage aux 550000 boys USA((symbolisés par les deux pygargues – aigle américain) ayant repris le saillant de Saint Mihiel aux Allemands du 12 au 16 septembre 1918. La flamme source de lumière représente Sainte Lucie la patronne de la Paroisse (Lucie est dérivé de lux – lumière). La couleur de gueules (rouge) souligne son martyre. Les […]
Lire la suite ›

LOUPMONT – 55303

• coupé, vouté crénelé, au 1, d’azur à la gueules de loup arrachée d’or, allumée, armée et lampassée de gueules accostée de deux chaînes brisées d’argent posées celle de dextre en barre, celle de senestre en bande. Au 2 d’or, à la grappe de raisin de pourpre, feuillée de sinople. • Soutien sous l’écu : à dextre, un pampre, à senestre un rameau de chêne passés en sautoir, tigés, feuillés, vrillés pour le pampre de sinople et fruités d’or. • croix de guerre 1914 – 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure. • cri de ralliement :  LOUPEMONT en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules chargé à senestre d’une pyramide triangulaire d’argent. La tête de loup et le mont dessiné par la partition voutée constituent des armes parlantes pour le toponyme LOUPMONT jadis Lupinus Mons. Selon une autre version Longomonte en 877 désignait un mont long ( le village est en effet implanté au pied d’une colline allongée. L’azur et l’or soulignent que LOUPMONT était jadis situé dans le Barrois non mouvant. Les deux chaînes brisées évoquent le miracle des liens de Saint Pierre le patron de la communauté chrétienne […]
Lire la suite ›

Les PAROCHES – 55401 –

 D’azur à la croix recroisetée d’or accostée de deux socs de charrues antiques d’argent ; chef de gueules ondé, aux deux fûts canons d’or croisés en sautoir.  Soutien de l’écu, deux rameaux de tilleuls tigés de tanné feuillés de sinople et fleuris d’or passés en sautoir.  Croix de guerre 1914 – 1918 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure?  Cri de ralliement toponymique LES PAROCHES d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Les trois croisettes de la croix recroisetée représentent chacune une paroisse : Paroche la Petite, Paroche la Grande et Refroicourt détruit par les Suédois. Paroche de Parrochia signifie paroisse. L’azur et l’or soulignent que le village dépendait du Barrois mouvant, prévôté de St Mihiel. Les canons représentent les pièces d’artillerie du fort des Paroches qui bien que sérieusement détruit en septembre 1914 a résisté pendant toute la guerre 1914/1918 pour couper l’accès à Verdun. Le chef ondule comme la Meuse et les ruisseaux. Les socs illustrent le caractère agricole des villages. Les rameaux de tilleuls représentent l’avenue des tilleuls et les arbres du bois des Paroches. La croix de guerre a fait l’objet de la citation à l’ordre de l’armée […]
Lire la suite ›

LAHAYVILLE – 55270 –

• D‘argent au rameau de buisson ardent tigé feuillé de sinople , fruité et armé de gueules, chapé et chaussé courbés ( affaissés) d’azur, chargé en chef à dextre d’un M antique surmonté d’une couronne, à senestre d’une libellule, les trois d’or. • tenant de l’écu, deux bergeronnettes des ruisseaux affrontées se sinople au ventre d’or. • à la croix de guerre 1914 – 1918 appendue à son ruban sous l’écu. • Devise toponymique LAHAYVILLE sur un listel d’or au revers de gueules L’azur et l’or rappellent que le village était jadis situé dans le Barrois non mouvant ; prévôté de Bouconville, puis de St Mihiel. Le rameau de buisson ardent, utilisé pour faire des haies vives, évoque bien entendu le toponyme Lahayville (jadis Laheville, Hayvilla). Lahayville serait par ailleurs dérivé du nom de personne germanique Latharius de lat du vieil haut allemand laba : réconfort et hari : armé (la protection par la haie armée) Le M antique surmonté d’une couronne est celui de Marie, la mère de Jésus, en son assomption, la patronne de Lahayville. La libellule et les bergeronnettes des ruisseaux représentent celles qui volent au-dessus et aux bords des eaux des ruisseaux du village et de […]
Lire la suite ›

LACROIX sur MEUSE – 55268 –

• D’or à la trangle ondée d’azur haussée surmontée d’une croix de gueules et soutenue par un léopard également d’azur tenant dans sa patte dextre un maillet de sculpteur de gueules • Tenants de l’écu : à dextre Minerve de carnation, casquée et à la lance d’or et au bouclier d’or orné de gueules, habillée d’or et de gueules ; à senestre, saint Jean-Baptiste également de carnation, auréolé d’or et tenant une croix du même et habillé de gueules • Croix de guerre 1914/ 1918 appendue sous la pointe de l’écu • Devise toponymique LACROIX sur MEUSE, brochant sur le ruban de la croix de guerre, en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. La croix et la trangle ondée la surmontant représentent le toponyme Lacroix sur Meuse. La croix de gueules sur champ d’or est également celle des armes de la famille de Watronville(a), branche de Maisey, seigneur de Lacroix au 16ème siècle. Le léopard d’azur sur champ d’or évoque la famille de Rosières(b) seigneur du bourg au 17ème et 18éme siècles. Le léopard tient un maillet de sculpteur en hommage au grand sculpteur Duillio Donzelli ayant résidé et exercé ses talents notamment à Lacroix […]
Lire la suite ›

HAN sur MEUSE – 55229

• De gueules, à une épée haute d’argent ornée d’or, accompagnée à dextre d’un épi de nard d’or et à senestre d’une gerbe d’or du même. • Chef ondé cousu d’azur à deux lions affrontés d’or. • Soutien de l’écu, deux tiges de roseaux tigés et feuillés de sinople, fruité de tanné, passés en sautoir avec deux autres des mêmes. • L’écu timbré d’un manteau de cheminée du lieu, drapé stylisé d’or, chargé du cri HAN sur MEUSE du même, sur une plaque d’azur. • Croix de guerre appendue à son ruban, sous l’écu et brochant sur la croisure des rameaux. Le chef ondule comme la Meuse sur le territoire de la commune composée depuis 1973 des trois villages de Han sur Meuse, Ailly sur Meuse et Brasseitte. L’azur et l’or du chef rappellent que les trois villages étaient situés dans le Barrois : Han dans le Barrois mouvant, prévôté de saint Mihiel, Ailly et Brasseitte dans le Barrois non mouvant dépendaient de la châtellenie des Koeurs, évoquée par le lion d’or sur champ d’azur (les armes des Koeurs étaient : d’azur au lion d’or, à la fasce d’argent brochant sur le tout). Les méandres évoquent Han jadis Hamnus (Ham […]
Lire la suite ›

BROUSSEY – RAULECOURT – 55085

D’argent, chargé à dextre une feuille de chêne de sinople posée en bande et à senestre d’un rameau de prunellier épine noire, tigé de sable, feuillé de sinople et fruité d’azur, posé également en bande,, champagne d’azur au lambel à quatre pendants d’or. Soutien de l’écu, deux rameaux de chêne, tigés de tanné, feuillés de sinople et englantés d’or, passés en sautoir. Croix de guerre 1914 – 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure des rameaux. Cri de ralliement :BROUSSEY – RAULECOURT  d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. L’azur de la champagne et l’or du lambel sont les émaux du Barrois non mouvant où étaient situés Broussey en Woëvre et Raulecourt réunis en une seule commune en 1973 La prévôté de Mandres aux quatre tours dont dépendaient jadis ces deux cités, est illustrée par Le lambel aux quatre pendants. Le prunellier, buisson par excellence, illustre le toponyme BROUSSEY du village dérivé du gaulois brucos : broussaille, buisson. Selon une autre version Broussey pourrait être dérive de broccos : le blaireau. La feuille de chêne est une arme parlante pour le toponyme raulecourt jadis Raulini curtis, Roullecourt, roule, roulle issus de roboren […]
Lire la suite ›

BISLÉE – 55054 –

 D‘azur, chargé à dextre d’une mitre et à senestre d’une gerbe, les deux d’or soutenus par un rencontre de taureau d’or également, accorné de sable et bouclé de gueules, à un orle ondé d’argent.  Tenant de l’écu, deux chevaux bais.  Croix de guerre 1914 – 1918 appendue à son ruban sous l’écu.  Devise BISLÉE  sur un listel d’or au revers de gueules, brochant sur le ruban de la croix de guerre. L’étymologie des toponymes anciens du village (biscryblata in page Virdonense, Bislata, Booleia, Bilcei, Billeie, Billée, Bille, Biley, Bilei, Bilaeum, Biscryblata) dériveraient, selon certains auteurs, de biessi, du gaulois besso : bouleau ou du nom d’homme gaulois bisilius de bisu : doigt. Selon la mémoire collective des anciens du village, Bislée évoquerait plutôt les eaux qui entourent le village, elles sont représentées par l’orle ondé d’argent. La mitre est celle de Saint Privat, auquel est vouée l’église fortifiée du XIIIème siècle. Martyrisé vers 250 par les alamans, Privat était évêque de Mende dans la province du Gévaudan dont les armes étaient : “de gueules à la gerbe d’or”, représentée par la gerbe d’or. L’azur et l’or soulignent que Bilée dépendait jadis du barrois non mouvant. Les […]
Lire la suite ›

APREMONT-la-FORÊT – 55012

Depuis le 1er janvier 1973, Apremont-la-Forêt est fusionné avec Liouville, Marbotte et Saint-Agnant-sous-les-Côtes  Ecartelé au 1 de gueules à la croix d’argent, au 2 d’or au tétragone bastionné et évidé de gueule, au 3 d’or également à la mitre de gueules chargée d’une tiercefeuille d’argent, au 4, d’argent à la croix pattée de gueules.  Soutien de l’écu, deux rameaux de charme supportés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir.  A la croix de guerre 1914 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  Devise APREMONT-LA-FORÊT en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. La croix d’argent sur un champ de gueules est celle de la famille seigneur du lieu qui prit le nom du village Apremont. La croix pattée de gueules (rouge) sur un champ d’argent est le symbole des chevaliers du temple. Elle souligne qu’au lieu dit commanderie à Marbotte, une maison des templiers fut fondée vers 1150. Le tétragone bastionné représente les éléments défensifs du fort de LIOUVILLE. Ce fort de la série Seré de Rivières, construit vers 1875, fut très endommagé en 1914, il resta cependant occupé par l’armée française comme […]
Lire la suite ›

Ville devant Belrain – 55555

• d’or au dragon de sable langué de gueules, transpercé par une lance brisée du même surmonté de deux billette nouées également de gueules, chef triangulaire d’azur à la fasce ondée d’argent et à la gerbe d’or brochant. • soutien sous l’écu : deux tiges de trèfle de sinople feuillées du même et fleuries de gueules passées en sautoir. • Devise : VILLE DEVANT  BELRAIN en lettres d’or sur listel de sinople au revers de gueules La fasce ondée d’argent et la gerbe d’or évoquent le toponyme Ville devant Belrain, jadis villa erria, Villa ante bellum ramum : la gerbe représente villa : ferme, domaine agricole, la fasce serpente comme l’Aire (erria). Le domaine agricole de l’Aire. La gerbe illustre également bellum ramum (beau rameau). Le dragon terrassé est l’un des attributs de saint Georges le patron de la paroisse. Les billettes nouées dessinent des archères-canonnières et représentent les éléments défensifs de l’église fortifiée qui servait jadis de refuge aux habitants en cas de danger d’incursion. Les tiges de trèfle soulignent le caractère agricole du village. Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS avec les conseils de la commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques Lorrains et adoptées la […]
Lire la suite ›

THILLOMBOIS – 55506

• D’or, à la tour de gueules, ouverte et ajourée du champ ; Chapé de gueules chargé à dextre d’une fleur de tilleul d’or et, à senestre, d’une roue de moulin du même. • Soutien de l’écu : deux rameaux de chêne feuillés de sinople, tigés de tanné et fruités d’or, passés en sautoir à la mitre d’or brochant sur la croisure. • Devise toponymique THILLOMBOIS en lettre d’or sur listel de sinople au revers de gueules. La fleur de tilleul et les rameaux de charmes évoquent le toponyme Thillombois jadis Tyllombois, Tillone sylvertri.Thil, til, tyl, tillon seraient des dérivés du latin tilius le tilleul. La tour symbolise le château fort construit vers 1271. Il a été pillé lors de la guerre de Trente Ans ; les parties les plus ruinées ont été démolies au siècle suivant. En 1825 une nouvelle aile a été ajoutée côté parc ; puis une cinquantaine d’années plus tard des embellissements ont été faits, sans construction d’un nouveau bâtiment. Il constitue actuellement, avec son grand parc, un haut lieu historique, culturel et touristique de la Meuse. La tour rappelle également que Thillombois était jadis une seigneurie appartenant successivement aux maisons de Belrain, de Savigny, de […]
Lire la suite ›

Rupt devant Saint Mihiel – 55448

• D’or au pinson des arbres chantant au naturel, soutenu par une trangle ondée abaissée d’azur ; Chef d’azur au lambel à 3 pendants d’argent. • soutien sous l’écu : deux rameaux de saules tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or. • Devise RUPT DEVANT SAINT MIHIEL en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. La trangle ondée et une arme parlante pour le toponyme RUPT dérivé du latin rivus : rivière. Trangle et rameaux de saules évoquent le ruisseau de Rehaut affluent de la Meuse qui prend sa source à Rupt. Le chef d’azur et le lambel d’argent rappellent que jadis Rupt devant Saint Mihiel dépendait de la prévôté de Pierrefitte(a). Le pinson qui manifeste sa joie par son chant mélodieux évoque Saint Hilaire le patron de la paroisse (Hilaire du latin hilarius signifie joyeux)   (a )Pierrefitte sur Aire a pour armes :”d’azur semé de croix recroisetées au pied fiché d’or à deux bars adossés du même, brisé d’un lambel à 3 pendants d’argent”. Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS avec les conseils de la commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques Lorrains et adoptées par la commune le 25 […]
Lire la suite ›

Nicey sur Aire – 55384

  • Parti : au 1, de gueules au lambel d’or soutenu par une fasce ondée abaissée du même, au 2, d’argent à la palme de sinople posée en barre; Chef d’azur bastillé aux deux fleurs de lys d’argent. • Soutien de l’écu, deux rameaux de hêtre feuillés de sinople, tigés de tanné et fruités d’or, passés en sautoir. A la croix pattée de gueules brochant sur la croisure. • Devise : NICEY sur AIRE  en lettres d’or sur listel de sinople au revers de gueules La palme de sinople (vert), symbole de la victoire, évoque le toponyme NICEY du village, jadis Niceum, Nicei. Selon une version Nice viendrait du grec nikaios : victorieux. La fasce ondée d’or représente, bien entendu l’Aire. Le lambel et la fasce sont ceux des armes de la famille qui, au moyen âge, portait le nom du village ; une fasce et un lambel (sans autre précision concernant les émaux, selon Dom Calmet). Les créneaux formés par le chef rappellent la maison forte tenue jadis par les seigneurs du lieu. Les fleurs de lis d’argent sur champ d’azur illustrent le patronage de la paroisse par la Vierge Marie, en sa nativité. La croix pattée de […]
Lire la suite ›

Ménil aux Bois -55333

 Coupé : au 1, d’azur aux deux feuilles de chêne d’or posées en chevron ; au 2 d’argent à un dragon contourné de sinople ; au chevron de gueules haussé brochant sur les deux champs.  Soutien sous l’écu : à dextre un rameau de chêne, à senestre un rameau de hêtre passés en sautoir, les deux tigés de tanné; feuillés de sinople et fruités d’or.  Devise : MÉNIL aux BOIS en lettre d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Le chevron évoque un toit, la maison et ainsi Ménil (la maison rurale). Les feuilles de chêne représentent les bois. Ainsi chevron et feuilles de chêne font allusion à Ménil aux Bois. L’azur et l’or soulignent que le village dépendait jadis du Barrois mouvant. Le chevron de gueules (rouge) rappelle également que jadis Ménil aux Bois dépendait du comté et la prévôté de Sampigny (a). Le dragon illustre la légende de Saint Vanne évêque de Verdun vers 500, le patron de la paroisse. Il neutralisa avec son étole un serpent qui infectait les environs de son évêché. Dans la chrétienté le vert est la couleur de l’espérance et ainsi Saint Vanne, (Vanne dériverait du nom […]
Lire la suite ›

Longchamps sur Aire – 55301

 De gueules – à un pal d’or, chargé d’une tête arrachée d’aigle de sable lampassée de gueules et accosté de deux hures de sangliers affrontées d’or défendues d’argent. – à la champagne ondée d’azur.  Soutien sous l’écu : deux brins de luzerne tigés, feuillés de sinople et fleuris de gueules passés en sautoir.  Devise : LONGCHAMPS sur AIRE en lettres d’or sur listel de sinople au revers de gueules Le pal d’or évoque un long champ cultivé ; ainsi le pal et la champagne, ondant comme l’Aire symbolisent Longchamps sur Aire jadis longus campus. Le village de Longchamps était jadis composé de trois seigneuries : l’une domaniale dépendait de la prévôté de St Mihiel. Les deux autres “Combervaux” et “Bassompierre” dépendaient des officiers des seigneurs locaux, la famille Wanault Collesson(a) illustrée par les gueules, l’or et le sable, la famille Colliquet dont les armes (b) sont évoquées par les hures de sanglier d’or et la famille de l’Escale(c) symbolisée par la tête d’aigle arrachée de sable. Les deux brins de luzerne soulignent le caractère agricole du village. (a) la famille Wanault Collesson portait : ” de gueules à une bande d’or chargée de 3 merlettes de sable” […]
Lire la suite ›