MENU

HENNEMONT -55242

Coupé vouté, au 1 de gueules au phœnix d’or sur son immortalité d’argent accosté de deux annelets du même ; au 2 de sinople à un bouquet de 3 épis de blé d’or, noués du même ;
 Soutien de l’écu, deux rameaux de chêne tigés de tanné, feuillés de sinople et englanté d’or, passés en sautoir ;
 Croix de guerre 1914 – 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure
 cri de ralliement : HENNEMONT sur un listel d’or au revers de gueules

Le coupé vouté évoque une colline
Le phoenix rappelle qu’Hennemont s’est relevé de ses cendres tout d’abord vers 1620 au passage de Mansfeld, puis des Suédois et des hordes de soldats sans discipline puis après la guerre 1914- 1918 :
Hennemont a été décoré de la croix de 1914 1918 avec la citation suivante, du 15/03/1921, à l’ordre de l’armée : Située sur le chemin des attaques contre Verdun a été l’objet de fréquents bombardements qui l’on complètement détruite. Par son glorieux sacrifice a bien mérité du Pays.

Colline et Phoenix (représentant Hennemont ) évoquent le toponyme Hennemont (jadis Heimonismons) : maison, village sur le mont, la colline (Heim : Fréquent en Alsace, c’est un nom de personne d’origine germanique, Haimo (racine heim = maison).

Le feu du phénix souligne la destruction, en 1914/18, de l’église au clocher avec hourd classé monument historique qui servait de refuge à la population au moyen âge.
Une nouvelle église l’a remplacée après la première guerre mondiale vouée comme la précédente à Saint Sulpice dit le Pieux. La foi de cet évêque de Bourges, protecteur des pauvres et des persécutés, est également symbolisée par les flammes.

Les deux annelets d’argent sont ceux des armes de la famille éteinte d’Hennemont. Seigneur local au XIIème siècle, il possédait une maison forte. Vassal de l’évêque de Verdun dont il était pair et baron, il portait :
D’azur à 5 annelets d’argent posés en sautoir.

Le bouquet d’épis représente les activités agricoles sur le finage et une usine produisant naguères des batteuses

Les rameaux de chêne (essence principale de la Woëvre) représentent les forêts environnantes.

Armoiries composées et dessinées par Robert LOUIS, héraldiste, et Dominique LACORDE, historien avec les conseils de la commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques de Lorraine et adoptées par la commune le 04 septembre 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × cinq =