MENU

JUVIGNY-sur-LOISON – 55262

 Coupé ondé : au 1, d’or à l’aigle couronnée éployée de gueules allumée d’argent surmontant une divise ondée du même. Au 2, d’azur à la benoite commune d’or, aux cinq pointes d’argent, accostée de deux plumes d’oie celle à dextre posée en bande, celle à senestre posée en barre. Derrière l’écu, une crosse d’or voilée d’argent.  Soutien de l’écu, un rameaux d’olivier de sinople fruité d’or passés en sautoir avec un pampre supporté de tanné feuillé et vrillé de sinople et fruité d’or..  Croix de guerre 1914-1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure  Cri de ralliement JUVIGNY – sur – LOISON en lettres de sable, sur un listel d’or au revers d’azur. L’aigle est l’un des attributs de Jupiter, maître des dieux romains. Elle évoque Juvigny jadis Joviniacum du nom d’homme Juvinius diminutif de Juvis : Jupiter. L’aigle surmontant la fasce ondée suggère JUVIGNY-sur-LOISON. L’or du chef, les gueules de l’aigle et l’argent de la fasce ondée évoque les émaux des armes de la Lorraine et soulignent l’appartenance de Juvigny sur Loison à cette province. La benoite commune constitue une arme parlante pour l’abbaye de Dames bénédictine. La crosse voilée est […]
Lire la suite ›

HENNEMONT -55242

 Coupé vouté, au 1 de gueules au phœnix d’or sur son immortalité d’argent accosté de deux annelets du même ; au 2 de sinople à un bouquet de 3 épis de blé d’or, noués du même ;  Soutien de l’écu, deux rameaux de chêne tigés de tanné, feuillés de sinople et englanté d’or, passés en sautoir ;  Croix de guerre 1914 – 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure  cri de ralliement : HENNEMONT sur un listel d’or au revers de gueules Le coupé vouté évoque une colline Le phoenix rappelle qu’Hennemont s’est relevé de ses cendres tout d’abord vers 1620 au passage de Mansfeld, puis des Suédois et des hordes de soldats sans discipline puis après la guerre 1914- 1918 : Hennemont a été décoré de la croix de 1914 1918 avec la citation suivante, du 15/03/1921, à l’ordre de l’armée : Située sur le chemin des attaques contre Verdun a été l’objet de fréquents bombardements qui l’on complètement détruite. Par son glorieux sacrifice a bien mérité du Pays. Colline et Phoenix (représentant Hennemont ) évoquent le toponyme Hennemont (jadis Heimonismons) : maison, village sur le mont, la colline (Heim […]
Lire la suite ›

HEIPPES – 55241

 Tiercé en pairle renversé, ondé pour les deux partitions en chevron, au 1 d’azur à une croix de malte d’or, au 2 d’or à une croix latine aiguisée, au pied péronné, de gueules, au 3 de gueules à une tête arrachée de chevreau d’argent.  Soutien de l’écu, à dextre un rameau d’aubépine passé en sautoir avec un rameau de charme à senestre, les deux feuillés de sinople et tigés de tanné, fruité d’or pour le charme et fleuri d’argent pour l’aubépine. Au casque de type Adrian d’azur brochant sur la croisure.  Devise HEIPPES en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. La tête de chevreau illustre le sobriquet sympathique Gaillots des habitants du village. La croix de Malte rappelle qu’en 1183 Raoul 1er de Clermont faisait donation d’un l’alleu au lieu dit la Varge aux frères de l’Hôpital de Jérusalem (Hospitaliers). La commanderie existait encore en 1649. Elle fait également allusion à l’ancien prieuré Saint-Pierre de Flabas (Xe siècle), converti en ferme et dont il restait des vestiges de la chapelle jusqu’au milieu des années 1980. Il fut fondé en 1317, c’était une dépendance de l’Ordre de Cluny puis de l’Ordre de Malte. […]
Lire la suite ›

NEUVILLY en ARGONNE – 55383

  • Ecartelé, la ligne du coupé crénelée de trois merlons : au 1er, d’or à la fasce ondée d’azur, au 2eme, de gueules au soleil d’or non figuré de trente –deux rais, , au 3ème, de gueules au coq d’or, au 4eme, d’or au tourteau d’azur éclaté en croix et enfermé dans un annelet du même éclaté en sautoir [insigne de la 35e Division d’Infanterie US]. • Soutien de l’écu, derrière celui-ci, une épée à dextre, passée en sautoir avec une clé à senestre, les deux abaissées et d’or. • Croix de guerre 1914-1918 appendue à son ruban sous l’écu. • Cri de ralliement NEUVILLY en ARGONNE en lettre d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Le coupé crénelé représente l’ancien château situé à l’écart d’Abaucourt. La fasce ondée symbolise la vallée de l’Aire. Le soleil de la Guadeloupe rappelle que celle-ci a financé la reconstruction du village après la guerre de 14-18, les îles de Guadeloupe sont « marraine de guerre » de Neuvilly. Le coq évoque le sobriquet des habitants: les Codorés (Coqs dorés). L’emblème américain est celui de la 35e DI US, originaire du Kansas et du Missouri, qui est partie de Neuvilly […]
Lire la suite ›

MONTBLAINVILLE – 55343

   D’or à l’aigle de sable à la tête contournée, mantelé de gueules à l’étoile d’or en chef accostée de deux bretèches d’argent maçonnées de sable et percées d’une meurtrière canonnière du même et mouvant des flancs.  Soutien de l’écu : une palme de laurier de sinople passée en sautoir avec un rameau de saule tigé de tanné, feuillé de sinople et fruité d’or.  A la Croix de guerre 1914-1918 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure accostée de deux enclumes d’or brochant également sur la palme et le rameau.  Cri de ralliement : MONTBLAINVILLE en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. L’étoile est celle des armes d’ Elisabeth de L’Escamoussier, seigneur de Montblainville(a) . L’étoile évoque aussi les Américains qui ont libéré Montblainville en 1918 et en 1944. deux bretèches avec une meurtrière et une canonnière sur le côté évoquent les deux parties du château et le porche qui les reliait et qui existait avant 1914 ; ces deux maisons du château sont encore présentes dans le village à ce jour. L’aigle noir est l’emblème de Charlemagne qui venait chasser à Montblainville. La tête contournée correspond à certaines légendes […]
Lire la suite ›

MILLY SUR BRADON- 55338

   Coupé ondé de gueules au menhir d’argent accosté de deux fleurs de lys d’or et d’azur à deux clefs d’or passées en sautoir, liées par un chaîne d’argent .  Soutien de l’écu : deux rameaux d’olivier (rinceaux) tigés et feuillés d’or, en sautoir.  A la croix de guerre 1914 1918 appendue, à son ruban, sous l’écu et brochant sur la croisure.  Cri de ralliement : MILLY-sur-BRADON en lettres de sable sur listel d’or au revers de gueules La Hotte du Diable est ainsi le nom donné à la pierre située à la sortie du village et source de bien des légendes. Les fleurs de lys rappellent l’appartenance de Milly au Clermontois de Condé(1648-1791). Les clefs sont celles de Saint-Pierre aux Liens, patron de la paroisse. Les palmes en ornement rappellent l’ancienneté du village qui se trouvait sur le passage d’une voie romaine. La ligne ondée du milieu et la couleur bleue évoquent le Bradon, ruisseau qui traverse le village et se jette dans la Meuse. La Croix de Guerre dont la commune est titulaire rappelle le courage des habitants durant la Grande Guerre. Les couleurs bleu, blanc, rouge sont les couleurs républicaines. Armoiries composées par […]
Lire la suite ›

LISSEY – 55297

  • Ecartelé en sautoir , au 1 d’azur à la colombe d’argent tenant dans son bec une amploule d’or, au 2 d’or au lion de gueules, couronné lampassé et armé d’argent, au 3 d’or à la tour de gueules ouverte et ajourée d’argent, au 4 d’azur à la grappe de raisin d’argent • Soutien sous l’écu : deux rameaux de chêne, tigés de tanné, feuillés de sinople et englantés d’or, passés en sautoir? • croix de guerre 1914 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure. • Cri de ralliement LISSEY en lettre d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Saint Rémy, patron de Lissey, est évoqué par la colombe à la Sainte ampoule. Les armes du Luxembourg (a) (Lissey ayant fait partie du Luxembourg comme Damvillers) sont représentées par le Lion du Luxembourg La tour représente le Châtelet (celui-ci existait encore lors du siège de Jametz-1588 (Jean de Scoffier en parle). Pierre Vuarin le mentionne dans son journal lors de la campagne du maréchal de Châtillon (1637) La grappe de raisin confirme l’importance de cette culture à Lissey et la réputation de son vin. Lissey a été décoré de la Croix […]
Lire la suite ›

MONT-devant-SASSEY – 55345

 D’azur à l’église du lieu d’argent ouverte et ajourée du champ ; chapé de gueules chargé de deux bars affrontés d’or et soutenu d’un chevronnel haussé d’or.  Soutien de l’écu : deux rameaux de hêtre tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir ;  A la croix de guerre 1914 – 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure et accostée de deux cloches d’or posées celle de dextre en bande, celle de senestre en barre, sous les rameaux .  Devise toponymique MONT-devant-SASSEY en lettre d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Le chevronnel dessine un mont et rappelle ainsi le toponyme du village qui doit son nom, Mons en 1267, à sa situation au flanc d’une colline élevée dans une vallée resserrée au fond de laquelle prend naissance le ruisseau des Thalettes. Le chevronnel dessine également les deux branches d’un A en évoquant l’abbaye des chanoinesses d’Andenne en Belgique. L’église et le domaine de Mont appartenaient, selon la tradition, aux religieuses d’Andenne dés le VIIème siècle. Celles-ci, chassées de leur abbaye par les Normands et le comte de Namur, vinrent établir un petit couvent […]
Lire la suite ›

HAUMONT – PRÈS – SAMOGNEUX – 55239 (VILLAGE MORT POUR LA FRANCE)

De gueules à un sac à céréales d’or chargé d’une coquerelle de gueules , mantelé d’azur à un chevronnel d’argent posé au-dessus de la partition, accosté de deux trompes de chasse d’or adossées et surmonté, au-dessus de sa pointe, d’un soleil d’or . Soutien sous l’écu : deux brins de bleuets tigés, feuillés de sinople et fleuris d’azur, passés en sautoir et ornés de coquelicots au naturel. Devise HAUMONT- près – SAMOGNEUX en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Croix de guerre 1914-1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure des bleuets. Le chevron évoque bien entendu le toponyme HAUMONT : HAUT MONT. L’azur du champ et l’argent du chevron sont les émaux des armes du chapitre de la cathédrale de Verdun (d’azur à une cathédrale à quatre clochers d’argent surmontée de Notre Dame) dont dépendait le village sous l’ancien régime. Au lieu-dit le soleil, point culminant du village se dressait un autel gaulois. Ce lieu devint un camp romain. Le sac et la coquerelle évoquent le surnom des habitants de Haumont : les Sachots, Sacs de fruits secs noués. Les deux trompes de chasse représentent les 56ème et 59ème bataillons […]
Lire la suite ›

GREMILLY -55218

• Tiercé de pairle renversé : Au 1, d’azur chargé d’une tête couronnée de Vierge Marie d’or. Au 2, d’argent à une fleur de “grémil pourpre bleu” d’azur boutonnée de pourpre Au 3, de gueules à un cerf d’argent. • Soutien de l’écu, deux rameaux de hêtre supportés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or passés en sautoir et surmontant deux dauphins de descente d’eau d’or, affrontés • Croix de guerre 1914-1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure • Devise GREMILLY en lettre d’or sur listel de sinople au revers de gueules. La fleur de grémil pourpre bleu est une arme parlante homonyme approchante pour le toponyme Gremilly, Selon certains auteurs, Grimineas en 959 dériverait du germanique Grimo ou Grim .Dans les documents d’état civil, jusqu’à la fin du 20ème siècle, le nom du village était orthographié Grémilly ou Gremilly. L’argent du meuble et les gueules (rouge) du champ rappellent que jadis le village dépendait de la baronnie d’Ornes. La maison d’Ornes de nom et d’armes portait : d’argent à cinq annelets de gueules posés en sautoir. L’or et l’azur illustrent l’appartenance au Barrois non mouvant (le duché de Bar avait pour armes : […]
Lire la suite ›

FROMEREVILLE- LES-VALLONS – 55200

D’azur à un Saint Alban d’argent accosté de deux pains longs mis en pal d’or ; chef cousu de gueules à la couronne vallaire d’or également ». Soutien de l’écu : deux épis d’orge d’or passées en sautoir avec deux autres. Croix de guerre 1914 – 1918 appendue à son ruban sous l’écu brochant sur la croisure. Cri de ralliement  FROMEREVILLE-les-VALLONS , en lettre d’or, sur un listel de sinople au revers de gueules. Couronne vallaire ou palissade : chez les romains, elle récompensait celui qui le premier pénétrait dans le retranchement ennemi. Ici elle évoque le toponyme du village Fromeréville jadis Fromeré du nom d’homme germain Frumar avec le suffixe iacum et le latin villa, domaine. Selon certains auteurs : fruma, frumis : d’abord, le premier et mar : aspirant à la gloire. La couronne ornée de pieux comme les fortifications antiques représente ainsi les forts de la Chaume, de Sartelles et de Choisel. La couleur rouge de gueules et la couronne d’or illustrent également la famille de Saintignon, un moment seigneur du lieu. La Croix de guerre pour les souffrances endurées par le village en 14-18. Saint Alban : il est le patron de la paroisse, martyr vers […]
Lire la suite ›

FROIDOS – 55199

 Coupé, au 1 de gueules à un agneau d’argent couché, tenant une hampe ornée d’un Tau d’or, accosté en chef de deux étoiles d’or également ; au 2, d’or à un pichet de poterie vernie coupé ondé d’azur et de gueules.  Soutien de l’écu : deux rameaux de saules tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir.  Devise toponymique FROIDOS en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. L’agneau évoque le toponyme FROIDOS jadis froideau, fredo, Fredeacum dérivé selon certains de Frédéric : frid : paix et ric : puissant. L’agneau (ici un agneau pascal) est un symbole de la paix et la puissance de la foi. D’autres versions font le lien avec froid voire avec froid et dos. Jadis avec le feu à l’âtre, les flammes laissaient les occupants avec le froid dans le dos. Le Tau (signe biblique d’Aaron sur les maisons de juifs épargnés d’Egypte pour les prémunir de la peste) d’or de la hampe tenue par l’agneau est l’un des attributs de saint Antoine le Grand le patron de la communauté chrétienne du village. Les deux étoiles d’or et le champ de gueules (rouge) représentent […]
Lire la suite ›

FLEURY DEVANT DOUAUMONT – 55189 (village Mort pour la France)

 Coupé, au 1, d’azur à l’échauguette d’argent maçonnée de sable, accostée de deux étoiles d’or, au 2, d’or au pied nourri de violettes de deux fleurs de pourpre au bouton d’or, tigé et feuillé de deux pièces de sinople . Soutien sous l’écu : deux brins de bleuets tigés et feuillés de sinople et fleuris d’azur, passés en sautoir et ornés de coquelicots au naturel et eux-mêmes soutenus de deux épis d’or posés l’un en bande, l’autre en barre. Devise FLEURY DEVANT DOUAUMONT en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Croix de guerre 1914-1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure des bleuets. Les fleurs de violettes constituent des armes parlantes pour FLEURY. Les violettes font également allusion à sainte Fine (O : 1238, + : 1253) une adolescente de Toscane malade et très pieuse : à sa mort, disait-on, des violettes fleurirent sur les tours de la ville et sur sa tombe. Sur le finage de Fleury une chapelle champêtre était dédiée à sainte Fine. La couleur pourpre de la fleur peut aussi évoquer la vigne présente sur le ban autrefois. L’azur, l’or et l’argent sont les émaux du blason […]
Lire la suite ›

ÉPINONVILLE – 55174

  • De gueules au rameau d’aubépine tigé et feuillé d’or, fleuri d’argent au bouton d’or étoilé entouré de dix losanges de gueules. Chapé ondé d’azur, bordé d’or, chargé à dextre d’un loup ravissant d’argent contourné et à senestre d’un lion du même à queue fourchue. • Soutien sous l’écu : deux rameaux d’aubépine, feuillés de sinople, tigés de tanné et fleuris d’argent, croisés en sautoir. • Devise sur listel d’or à l’envers de sinople : ÉPINONVILLE • Cri de ralliement d’or à l’envers de sinople : ÉCLISFONTAINE IVOIRY La commune est composée de trois villages : Ềpinonville au centre, Éclisfontaine à l’ouest et Ivoiry à l’est. Les rameaux d’aubépine constituent des figures parlantes pour le toponyme ỀPINONVILLE du village ; ép d’origine hébraïque signifie épine. Le village s’appelait jadis Spanulphi –villa (span de l’allemand spannen : tendre, étendre) lié au culte de Saint Balderic, le patron de la paroisse. Le corps du saint, abbé-fondateur de l’abbaye de Montfaucon, enlevé de Reims, aurait été suspendu à des branches dans la forêt du village par les moines de Montfaucon pour échapper aux poursuivants rémois. Le loup évoque le sobriquet des habitants du village d’ỀCLISFONTAINE lié sans doute à la proximité de […]
Lire la suite ›

ECOUVIEZ – 55169

 Tiercé en pairle, au 1 d’azur à un vannet d’or; au 2, de gueules à une fleur de genêt d’or tigée et feuillée de sinople ; au 3, d’or à une tête lion de gueules couronnée, allumée et, lampassée d’argent.  Soutien sous l’écu, deux pampres tigés de tanné, feuillés, vrillés de sinople, fruités d’azur passés en sautoir.  Devise toponymique ECOUVIEZ en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. La fleur de genêt illustre le toponyme ECOUVIEZ jadis Escouvyers, Escouvye dérivés d’escouve du latin scopa >balai naguère en genêt ou en bouleau. La tête de lion est, avec inversion des émaux, celle de la famille d’Aigremont dont les membres directs et ceux des familles associées ont été longtemps seigneurs d’Écouviez (a). Elle rappelle également qu’avant 1790 Écouviez dépendait du Luxembourg français(b), prévôté bailliagère de Montmédy. Le vannet (une coquille St Jacques vue du côté concave) représente saint Michel le patron de la communauté chrétienne de la cité. Les émaux d’azur et d’or évoquent les armes du département de la Meuse(c) duquel dépend la commune. Les pampres rappellent l’importance des vignes jadis sur le finage d’Ecouviez. (a) La famille d’Aigremont portait : “de gueules au […]
Lire la suite ›

IVOIRY Commune d’Epinonville – 55174

• D’azur au lion d’argent à la queue fourchue armé et lampassé de gueules, surmonté à dextre d’une mitre et à senestre d’une cloche, les deux d’or et à une orle ondée en filet du même. • Soutien sous l’écu : à dextre un pampre feuillé de sinople, tigés de tanné et fruités d’or, croisé en sautoir avec, à senestre, deux tiges de blé de sinople, feuillés de même et fruités d’or. • Devise sur listel d’or à l’envers de sinople : IVOIRY Le lion d’argent à queue fourchue est celui de la très ancienne famille d’IVOIRY (a) qui a pris le nom du village. L’orle ondée souligne qu’Ivoiry possède de nombreuses sources sur la ligne de partage des eaux entre le Bassin parisien et celui de la Meuse. La mitre est celle de Saint-Nicolas le Saint Patron de la paroisse. Ivoiry ne possède plus d’église. Une violente tornade, le 6 février 1974, a emporté le clocher et détruit l’ensemble du bâtiment. Seule la cloche Frédéricka a été conservée sur un beffroi ainsi que le porche d’entrée. Cette cloche a été offerte par les Américains en 1924 en souvenir du colonel Frédérick W. Gabbaith du 147ème Régiment d’Infanterie US libérateur […]
Lire la suite ›

ÉCLIFONTAINE Commune d’Epinonville – 55174

• De gueules au loup ravissant d’argent surmonté à dextre d’un besant d’or chargé d’un tourteau d’azur plus petit et à senestre d’une fontaine héraldique d’or, remplie d’azur traversée de deux sources d’argent. • Soutien sous l’écu : deux rameaux de chêne, feuillés de sinople, tigés de tanné et fruités d’or, croisés en sautoir. • Devise sur listel d’or à l’envers de sinople : ẾCLISFONTAINE Le disque (tourteau) d’azur cachant partiellement le disque (besant) d’or illustre une éclipse. Eclipse et la fontaine héraldique constituent des armes parlantes pour le toponyme du village Ếclisfontaine jadis Ếclipsefontaine. Le loup évoque le sobriquet des habitants du village lié sans doute à la proximité de la forêt évoquée par les rameaux de chêne Version d’armoiries composée et dessinée par Robert, André LOUIS et Dominique LACORDE, avec les conseils de la commission héraldique de l’UCGL et adoptées par la commune en avril 2012.
Lire la suite ›

LES ÉPARGES – 55172

De sinople, chargé de deux palmes d’argent posées en chevron renversé. Chef cousu triangulaire de gueules à un casque Adrian taré de profil d’or. A la bordure retrait d’or . Soutien de l’écu : deux rameaux de hêtre feuillés de sinople, tigés de tanné et fruités d’or, passés en sautoir. Croix de guerre 1914/1918 appendue à son ruban et brochant sur la croisure. L’écu timbré d’un cœur de gueules d’où naissent deux bleuets d’azur, feuillés et tigés de sinople. Devise LES ÉPARGES en lettres d’or sur un listel d’azur au revers de gueules. La bordure évoque des barrières d’un parc, elles font allusion au toponyme les Éparges jadis Les Parges. Pargue, parge du latin pargus désignant un enclos fermé de barrières en bois. Le chef triangulaire dessine les bords des entonnoirs multiples creusés par les tirs de mines répétés et encore visibles sur la crête des Éparges. Sa couleur rouge illustre les sacrifices des combattants des deux camps soulignés par les deux palmes. Le casque Adrian est celui des soldats français de toutes les armes impliqués dans les âpres combats de la butte des Éparges. Le cœur d’où naissent les bleuets : ce symbole est identique à celui du Barboux […]
Lire la suite ›

ESNES-EN-ARGONNE – 55180.

 De gueules à la barre de vair appointé et à la bande d’argent chargée de trois fleurs de lys d’azur brochant sur le tout.  Tenant de l’écu : deux lions regardant d’or affrontés.  Croix de guerre 1914- 1918 appendue sous l’écu.  Devise toponymique ESNES-en -ARGONNE en lettres d’or sur listel de sinople au revers de gueules brochant sur le ruban de la croix de guerre.” Ce village se trouve dans un vallon resserré, à la naissance du ruisseau d’Esnes. Totalement incendié en 1636 par les Cravates (Croates). La couleur de gueules (rouge) rappelle l’incendie des cravates. L’ancien château, bâti dans le style Louis XIV, était habité, vers 1750, par un Sire Delanzy, marquis d’Esnes. Il a été détruit en 14-18. Un autre château, appartenant aux D’Ecosse, à la Révolution, est converti en maisons particulières. Les derniers seigneurs d’Esnes étaient en 1789 les Drouot de Villay. Dans l’église on a conservé deux pierres tombales avec deux blasons provenant de l’ancienne chapelle des seigneurs : l’une du comte des Cars, époux de Marie du Châtelet, avec les armoiries en relief. – chatelet : “d’or à la bande de gueules à 3 fleurs de lys d’argent” – des cars […]
Lire la suite ›

DOULCON – 55165

Tranché ondé, au 1, de sinople à la tour d’argent ouverte et ajourée du champ adextrée d’un lion ailé assis et vu de face d’argent. au 2, de gueules à deux clés renversées et contournées d’argent rangées en bande. A la cotice ondée brochant sur la partition. Soutien de l’écu : deux rameaux de charme, tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or passés en sautoir. Croix de guerre 1914/1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure. Cri de ralliement DOULCON en lettres de gueules sur un listel d’or au revers de gueules. La cotice (diagonale) ondée serpente comme les méandres de la Meuse au voisinage du village et évoque ainsi le toponyme DOULCON (Dulcomense- castrum en 939, Dulco en 1679) qui aurait pour origine Dol, Dolen du gaulois “doliacos” : méandres. Doulcon a une histoire très ancienne et très importante. La tour rappelle que le village était un lieu fortifié, capitale du pays et comté dit le Dormois (pagus Dulcomensis) entre 802 et 1120. Le léopard héraldique ailé (lion, leo), attribut de St Marc évoque Marc l’un des comtes (930 – 960), grand défenseur du Dormois, époux de Julie, fille du comte Thierry-le-Bref mort […]
Lire la suite ›