MENU

LEMMES – 55286

BLASONNEMENT

 D’azur à deux épis de blé courbés et aux tiges passées en sautoir en pointe, d’or, enfermant une fleur de lis de jardin d’argent ; à la champagne d’or chargée d’une salamandre, regardant, d’argent qui broche sur sa patience de gueules et vomit des flammes d’or.

Soutien de l’écu : Deux rameaux de chêne tigé de tanné, feuillés de sinople et en englantés d’or, passés en sautoir, en pointe ; au casque de soldat français, taré de profil, d’azur brochant sur la croisure.

 Devise toponymique : LEMMES en lettres d’or sur un listel de sinople, au revers de gueules.

MOTIVATION

Les deux épis constituent des armes parlantes, au deuxième degré, homonymes (phoniques) car, non encore battus, ils laissent apparaître les petites feuilles fines inférieures, les lemmes qui ont protégé les fleurs et qui protègent les grains, d’autant plus que ces lemmes sont chacun armé d’une barbe piquante.

Selon Dauzat et Rostaing, Lemmes (Luma en 940, Lemnia en en1049, Lemmiae en 1738) pourrait être lié au nom de personne gauloise Lemnos.

Les épis soulignent également le caractère agricole du village.

La fleur de lis de jardin et le champ d’azur sont des attributs de la Vierge Marie, mère de Jésus, ils rappellent que le village dépendait sous l’ancien régime de la haute seigneurie du Chapitre de la cathédrale de Verdun qui selon l’armorial d’Hozier avait pour armes : d’azur à la cathédrale de Verdun d’argent ouverte d’or et sommée de Notre Dame portant l’enfant Jésus, les deux au naturel. Lemmes était jadis le siège d’une prévôté capitulaire dont dépendait Jouy, Lemmes, Lempire, Pontoux (écart de Récourt) Frana (écart de Sivry la Perche) et Sivry le Perche qui devint ensuite prévôté.

Le feu est celui du martyre de Saint Laurent sur un gril. En symbolisant la foi d’or qui ne peut être détruite par le feu de gueules (rouge), la salamandre illustre la sainteté de ce diacre trésorier de l’Église naissante.

 Le casque d’azur est celui des soldats français, à partir de 1915 ; il rappelle que Lemmes est située sur la voie sacrée et sur le tracé du chemin de fer à voie étroite Bar le Duc – Verdun : le “Varinot”. Il souligne que la voie sacrée a vu passer une noria de convois routiers d’hommes, de ravitaillement et de munitions approvisionnant le front et en revenant entre 1914 et 1918 surtout en 1916. Les petites locomotives du “Varinot” ont bien épaulé la voie sacrée dans ce rôle.

Les rameaux sont ceux des chênes et des autres arbres de la forêt de Lemmes.

Armoiries composées par Robert LOUIS, héraldiste, et Dominique LACORDE, historien, membres du Comité Lorrain d’Héraldique, adoptées par la commune le 07 février 2022, Monsieur Hervé CORVISIER étant maire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − 18 =