MENU

BÉTHELAINVILLE – 55047

Parti, au 1, de gueules à l’échauguette d’or maçonnée de sable ; au 2, d’azur à la tête de lion également d’or ; à la couronne de reine en chef et aux quatre alvéoles de cire en pointe, les deux d’or et brochant sur le parti.
 Soutien de l’écu, deux rameaux de charme tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir.
 Croix de guerre 1914- 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.
 Devise Béthelainville en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules.

L’azur et l’or évoquent les armes des suzerains : l’évêché de Verdun (a), initialement, et le Prince de Condé (Clermontois) (b) avant 1790. Les gueules (rouge) et l’or sont ceux du Duc de Lorraine, Charles III, ayant créé la prévôté des Montignons (à Montzéville) à laquelle était rattaché le village. La tête de lion et l’azur sont ceux des armes de Claude de la Vallée (c), premier capitaine châtelain de cette prévôté.
L’échauguette évoque les éléments de guet du château d’Anceréville , un écart du village érigé en fief en 1606.
L’échauguette est également une arme parlante pour l’occitan, badil ( une échauguette) et évoque ainsi le toponyme Béthelainville qui selon certains auteurs pourrait dériver de badila .

La couronne est celle de sainte Reine martyre vers 250. Elle était particulièrement vénérée à Béthelainville où une source, lieu de pèlerinage, lui était vouée. L’église dédiée à saint Martin est remarquable avec son autel aux 80 statues.
Les alvéoles de cire soulignent que, naguère, l’apiculture importante dans le village permettait l’activité d’une fabrique de cierges.
Les rameaux sont ceux des charmes et autres arbres de la forêt de Hesse.
Béthelainville a été décoré de la Croix de guerre 1914 – 1918 avec la citation suivante, du 18/03/1921, à l’ordre de l’armée : ” A été soumise en 1914 et au cours de la guerre à de fréquents bombardements qui l’ont presque entièrement détruite. A bien mérité, par son glorieux sacrifice, la reconnaissance du pays “.
(a) L’évêché de Verdun aurait pour armes : ” d’azur, à une crosse d’or et une épée haute d’argent garnie aussi d’or, posées en pal l’une à côté de l’autre, accompagnées de trois clous de la Passion d’argent”.
– Selon l’armorial d’Hozier, l’évêché de Verdun portait : ” d’argent à la fasce de gueules “.
(b) les princes de Condé portaient : ” d’azur aux trois fleurs de lys d’or et au bâton péri en bande de gueules en abîme “.
(c) Claude de la Vallée portait : ” tiercé en fasce, au 1 d’azur à 3 lions d’or, au 2 d’argent, au 3ème d’azur à 3 bandes ondées d’or “.
Armoiries composées et dessinées par Robert LOUIS, héraldiste, et Dominique LACORDE, historien membres de la commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques de Lorraine et adoptées par la commune le 19 octobre 2017, Monsieur Christian JACQUES étant maire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × quatre =