MENU

AMEL-SUR – L’ÉTANG -55008  

1069
0

 

Blasonnement 

Mi-tranché, retaillé en chef :

  • Au 1, de gueules, chargé d’un butor étoilé essorant d’or tacheté de sable et à la gorge d’argent.
  • Au 2, d’azur à un chevronnel d’argent sommé de la partition et surmontant un casque de centurion romain d’or, accosté de deux bars adossés du même. 

Soutien de l’écu : Deux rameaux de chêne supportés de tanné, feuillés de sinople et englantés d’or, passés en sautoir. 

Croix de Guerre 1914 – 1918 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure 

Devise toponymique :   AMEL-SUR -L’ÉTANG, en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. 

Motivation

 Le butor étoilé est l’une des espèces d’oiseaux du site de l’étang d’Amel aménagé par les moines au XIIe siècle pour la pisciculture. C’est l’un des derniers étangs de la plaine de la Woëvre ayant gardé son caractère sauvage. Propriété du Conservatoire d’espaces naturels de Lorraine, il a été classé, avec des terrains attenants, en Réserve Naturelle Régionale en 2006 par le Conseil Régional de Lorraine. Sa superficie est partagée entre les communes d’Amel et de Senon.

En parcourant et en déployant ses ailes au -dessus de l’étang, le butor étoilé l’anime et en constitue l’âme.

Ainsi âme et ailes constituent des armes allusives et parlantes pour le toponyme Amel -sur -l’Étang.

Amel, Amella(959), Amellensi-Villa(1145),Ametz(1607) seraient, selon certains auteurs, liés au nom de personne germanique “Ambla“.  

Les deux bars évoquent également l’étang, la pèche et ainsi Saint Pierre, pécheur quand il est devenu disciple de Jésus puis premier pape et martyr. Le prieuré bénédictin d’Amel dont la collégiale était vouée à Saint Pierre dépendait depuis le 10ème siècle de l’Abbaye de Gorze, en 1591, le pape céda le prieuré aux jésuites de Pont à Mousson.

Sous l’ancien régime le village dépendait de la prévôté d’Etain, dans le Barrois non mouvant, évoqué par l’azur et les deux Bars    ( le duché de Bar avait pour armes : D’azur semé de croisettes recroisetées au pied fiché d’or, à deux bars adossés du même, brochants sur le tout.) . Le prieur était le seigneur du lieu.

  Le casque de centurion romain rappelle que le village existait à l’époque Gallo-romaine ; des pièces de monnaie, trouvées sur le site, l’attestent.

Le casque de centurion romain est également celui de Saint Martin qui était officier romain avant de devenir évêque de Tours. L’église mère mérovingienne d’Amel vouée à Saint Martin fut reconstruite en 1782, et profondément remaniée en 1920, après les dommages de la grande guerre.

 L’argent du chevronnel rehausse la lisibilité des couleurs adjacentes.

Les rameaux de chêne représentent les forêts environnantes.

La Croix de Guerre 1914 – 1918 avec palme a été attribuée à Amel-sur-l’Étang avec la citation suivante à l’ordre de l’armée :

“A été systématiquement incendiée dès le début de la guerre par l’ennemi. A un nombre considérable de ses habitants qui périrent de la barbarie allemande. Par son douloureux martyre, a bien mérité la reconnaissance de la nation”

 

Armoiries composées et dessinées par Robert André LOUIS, héraldiste, et Dominique LACORDE, historien, membres du Comité Lorrain d’Héraldique et adoptées par la commune le 11décembre  2020, Monsieur Nicolas BIRKEL étant maire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × 4 =