MENU

SAULMORY- VILLEFRANCHE – 55471

 

BLASONNEMENT

  • D’azur : à la tour d’argent à 4 créneaux, maçonnée de sable, ouverte du champ, percée d’un œil-de-bœuf radié de 8 pièces d’or, maçonné de sable, ajouré également du champ.

La tour armée d’une herse relevée également d’or et accostée, à dextre d’une tête de Saint Denis de carnation barbé et chevelé d’argent, à la mitre antique d’or, à senestre d’une fleur de lys du même.

 Les trois surmontent deux brins de saule, posés en chevron renversés et appointés.

  • Soutien de l’écu : Deux brins de trèfle supportés et feuillés de sinople et fleuris de gueules, passés en sautoir.
  • Croix de Guerre 1914 – 1918, au naturel, appendue sous l’écu et brochant sur la croisure
  • Devise toponymique : SAULMORY-VILLEFRANCHE en lettres d’or sur un listel d’azur au revers de gueules.

MOTIVATION

Villefranche a été édifiée au 16ème siècle sur le finage de Saulmory. Les deux villages de Saulmory et de Villefranche ont été réunis en une même commune en 1819.

Les deux brins de saule constituent une arme parlante au deuxième degré pour le toponyme Saulmory ; le saule évoque également le marais dans lequel il se développe désigné par l’ancien français more. Selon certains auteurs, Saulmory (Salmoreium en 1049) pourrait être lié au nom d’homme germain Salumar.   

 

La tour avec son œil de bœuf radié représente la place forte de Villefranche avec ses huit rues rayonnant autour de sa place d’armes. Cette forteresse a été bâtie sur ordre de François 1er, Roi de France ( évoqué par la fleur de lys), pour surveiller la frontière face à Stenay tenu par Charles Quint. François Ier a visité la ville en 1547 et pour aider l’implantation de nouveaux habitants, il les a affranchis des impôts ; d’où le toponyme Villefranche. La ville a résisté aux Impériaux en 1552. Les privilèges accordés par François Ier ont été renouvelés par Henri IV, Roi de France, en 1597. En 1632, Stenay est devenue française, l’intérêt militaire de Villefranche a disparu et ses fortifications ont été rasées en 1634.  La place forte de Villefranche avait pour armes : « D’azur à une tour surmontée de quatre créneaux d’argent, maçonnée de sable, percée en tête d’un œil-de-bœuf radié d’or, armée d’une herse relevée en pointe de même ».

 

L’azur du champ et l’or des meubles évoquent les armes de la famille Léonard de Moriolles seigneur du lieu qui portait : « D’azur semé de croisettes d’or, au lion du même brochant, chef cousu d’azur chargé de 3 étoiles d’or ».

La tête du saint Évêque Denis, premier évêque de Paris, martyr céphalophore vers 260 rappelle que l’église de Saulmory est vouée à ce saint ; l’église de Villefranche qui a remplacé la chapelle castrale est vouée également à Saint Denis.

Les brins de trèfle sont ceux des prairies des vallées de la Meuse et du ruisseau de Froide Fontaine, elles évoquent l’élevage ainsi que la fromagerie de jadis à Saulmory.

La Croix de Guerre 1914 – 1918 avec palme a été attribuée à Saulmory-Villefranche avec la citation suivante à l’ordre de l’armée : « Située dans la zone de combats au début de la guerre, puis sur la ligne de feu en 1918, a fait preuve de la plus vaillante attitude sous les bombardements et pendant l’occupation ennemie sans jamais désespérer de la victoire finale ».

Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS, héraldiste, et Dominique LACORDE, historien, membres du Comité Lorrain d’Héraldique et adoptées le 10 décembre 2020, Monsieur Claude ANSMANT étant maire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 − douze =