MENU

VILLERS-SUR-MEUSE – 55 492  

BLASONNEMENT

 

  • D’azur à l’écusson en abîme d’argent, chargé d’un dragon de sinople allumé d’or et lampassé de gueules ; l’écusson accompagné en chef d’une tournelle de quatre pièces d’or et en pointe d’une roue de moulin du même et accosté deux clous de la passion d’argent.

 

  • Soutien de l’écu : Deux rameaux de tilleul, tigés de tanné, feuillés de sinople et fleuris d’or passés en sautoir.

 

  • Croix de guerre 1914/ 1918 au naturel appendue à son ruban et brochant sur la croisure.

 

  • Devise toponymique : VILLERS-SUR-MEUSE en lettres de sable sur un listel d’or au revers d’azur.

 

 

MOTIVATION

 La roue de moulin en symbolisant la force de l’eau de la Meuse, représente ce fleuve et le domaine établi sur ses rives : Villare super Mosam, Villers-sur-Meuse.

Elle évoque également les activités liées à la Meuse : moulin, commerce de poissons, scieries, tannerie, un pilon.

 

La tournelle reprend les éléments défensifs de la maison forte qui jadis contrôlait l’accès au gué et au pont vers Génicourt.

 

 Les deux clous sont ceux des armes de l’évêché de Verdun qui portait : « D’azur à la crosse épiscopale d’or senestrée d’une épée haute d’argent, garnie aussi d’or, accompagnée de trois clous aussi d’argent ». Sous l’ancien régime, le village était sous la haute seigneurie de l’évêque de Verdun.

 

 Le dragon fait allusion à Saint Vanne auquel l’église est vouée. Selon sa légende, Saint Vanne évêque de Verdun vers 500, neutralisa avec son étole un serpent qui infectait les environs de son évêché. Dans la chrétienté le vert est la couleur de l’espérance et ainsi Saint Vanne, (Vanne dériverait du nom de personne germanique wano, racine wan ; attente espérance).

 

 Les rameaux sont ceux des tilleuls encadrant la chapelle de Sainte Reine, érigée par Clovis Durand seigneur de Villers en 1682. Les tilleuls auraient été plantés pour commémorer la conversion d’Henri IV..

 

 La Croix de guerre 1914-1918 a été décernée, à Villers-sur-Meuse, avec la citation suivante à l’ordre de l’armée : « A été l’objet de violents bombardements qui l’ont presque entièrement détruite. S’est signalée dans les épreuves par la courageuse attitude et le sang froid de ses habitants ».

 

 

 Armoiries composées et dessinées par Robert André LOUIS, héraldiste, et Dominique LACORDE, historien, membres du Comité Lorrain d’Héraldique et adoptées le 30 septembre 2022, Madame Adeline GUERRA étant maire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − 3 =