MENU

Moulainville – 55361

BLASONNEMENT 

    D’azur à l’enceinte pentagonale fortifiée type Séré de Rivière d’or surmontant deux clous d’argent posés en chevron renversé ; au chef parti : au I) d’argent à trois fusées accolées de gueules touchant les bords de la partition, au II) d’or à une croix ancrée de gueules également. 

    Soutien de l’écu : deux épis tigé et feuillés de même passés en sautoir avec deux autres. 

  Croix de guerre 1914 1918 au naturel appendue à son ruban et brochant sur la croisure 

   Devise toponymique MOULAINVILLE en lettres d’argent    sur un listel d’azur au revers de gueules. 

MOTIVATION

Sous l’ancien régime, chaque hameau du village constituait une seigneurie : Moulainville la haute dans le Barrois non mouvant avait pour seigneur la maison de Choiseul-Stainville qui portait : d’or à la croix ancrée de gueules ; Moulainville la basse était rattachée au Verdunois représenté par les deux clous (a).

 Les derniers seigneurs de Moulainville la Haute furent Marie-Thérèse de Choiseul(1766- 1794)  fille de Jacques Philippe Comte de Stainville (1727-1789) mariée au prince Joseph de Grimaldi de Monaco (1763-1816). Des liens de Moulainville avec la maison de Monaco ont été perpétués depuis cette époque. Les habitants ont adopté le gentilé spécifique de « monacos« . La rue principale de Moulainville a été baptisée « rue de Monaco » en 2018, en présence de l’ambassadeur de Monaco (la maison de Monaco a pour armes : Fuselé d’argent et de gueules)

L’enceinte fortifiée représente le   fort construit en 1875/77 dans le cadre de la seconde ceinture de forts de Verdun, sur la rive droite de la Meuse ; fortement bombardé et ayant énergiquement riposté surtout en 1916, cet ouvrage ne fut jamais pris d’assaut. Désarmé et fermé, il abrite une colonie de grands rhinolophes, une espèce protégée de chauvesouris.

Les épis de blé soulignent le caractère agricole de la localité.

La croix de guerre 1914-1918 a été attribuée à Moulainville avec la citation suivante à l’ordre de l’armée : sur la ligne de feu pendant près de trois ans, a été complétement détruite par les nombreux bombardements. A victorieusement opposé à l’envahisseur le rempart de ses ruines âprement défendues.

  • La principauté épiscopale de Verdun avait pour armes : D’azur à la crosse épiscopale d’or senestrée d’une épée haute d’argent, garnie aussi d’or, accompagnée de trois clous aussi d’argent.
    On peut penser que les clous réfèrent à la Passion du Christ mais ils renverraient plutôt à URBS CLAVORUM (« ville des clous » en latin) qui est le nom de la ville de Verdun en langue vulgaire.

Le latin clavus  se traduit par  clou en français

Armoiries composées et dessinées par Robert André LOUIS, membre du Comité Lorrain d’Héraldique et adoptée LE 10 avril 2024, Madame Bernadette DOBIN étant maire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × 2 =