MENU

SAINT-MAURICE SOUS-LES-CÔTES – 55462

 

BLASONNEMENT

 Écartelé en sautoir :   Au 1 d’azur, aux trois épis de blé d’or empoignés et liés de même ; au 2 d’or, au casque romain de gueules ;   au 3 d’or, à une grappe de raisin de pourpre feuillée de sinople ; au 4 d’azur, à une meule de moulin d’argent rainurée de sable.   

Soutien de l’écu : deux rameaux de mirabellier tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or tacheté de pourpre, passés en sautoir.

Croix de guerre 1914-1918, au naturel, appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure. 

Devise toponymique : SAINT-MAURICE-SOUS-LES-COTES en lettres de sable sur un listel d’or au revers d’azur, 

MOTIVATION 

Le casque est celui de saint Maurice décurion de l’armée romaine, il évoque bien entendu le toponyme Saint-Maurice, Sanctus-Mauricius en 702. La précision sous les Côtes est récente, elle illustre la richesse de son terroir.

Les champs d’azur et d’or et l’argent de la meule rappellent qu’au moyen âge, Saint-Maurice était une terre de l’évêché de Verdun qui avait pour armes :  D’azur à la crosse épiscopale d’or senestrée d’une épée haute d’argent, garnie aussi d’or, accompagnée de trois clous aussi d’argent. Saint Maurice-sous-les-Côtes dépendait de la châtellenie et prévôté d’Hattonchâtel dans le Barrois non mouvant évoqué également par l’or et l’azur des champs (a). Cette châtellenie fut cédée, en 1546, par l’évêque de Verdun Nicolas de Lorraine à son neveu Charles III, duc de Lorraine et de Bar.

L’église est vouée à saint Maurice : la couleur de gueules (rouge) du casque rappelle que saint Maurice et sa légion, composée de soldats chrétiens, originaires de Thèbes (Egypte), furent décimés, sur ordre de l’Empereur, particulièrement intolérant, vers 287, pour avoir refusé de participer à une cérémonie païenne et d’assaillir des chrétiens dans le Valais (Suisse).

La grappe de raisin souligne l’importance du vignoble réputé de Saint-Maurice (180 ha en 1880). Le phylloxéra et la guerre ont fait disparaitre cette culture au début u 20ème siècle. Heureusement, la grappe représente également un renouveau : depuis quelques décennies, des vignes produisent des vins de Saint Maurice de qualité sous l’Indication Géographique Protégée « Côtes de Meuse ».

Les épis de blé font allusion aux cultures. La meule est celle de chacun des deux moulins de jadis. C’est également celle du moulin important traitant rentablement jusqu’à 100 t/jour qui a fermé en 2019 à la suite d’une restructuration.

Les rameaux de mirabelliers représentent les vergers et les forêts du ban communal.

En reconnaissance de ses sacrifices, la Croix de Guerre 1914/1918 a été décernée à Saint-Maurice sous-les-Côtes avec la citation suivante à l’ordre de l’armée : “A, pendant quatre ans, supporté sans faiblesse l’occupant ennemi. Par les souffrances endurées et la destruction presque totale de ses habitations, a mérité la reconnaissance du pays”

L’église qui servait de lazaret pendant l’occupation allemande a dû être restaurée après 1918 suite aux dégâts. À cette occasion, le peintre sculpteur Duilio Donzelli a peint une fresque du Christ en gloire, au-dessus de militaires et de civils contemporains, sur la voûte. De chaque côté du cœur, il a représenté respectivement une scène de moisson et une scène de vendange symbolisant l’Eucharistie. 

(a) Le duché de Bar avait pour armes : : “D’azur semé de croisettes recroisetées au pied fiché d’or, à deux bars adossés du même brochant sur le tout“. 

Armoiries composées et dessinées par Robert LOUIS, héraldiste, et Dominique LACORDE, historien, membres du Comité Lorrain d’héraldique et adoptées par la commune le 26 avril 2022, M. Gérard COULY étant maire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − seize =