MENU

THILLOMBOIS – 55506

• D’or, à la tour de gueules, ouverte et ajourée du champ ; Chapé de gueules chargé à dextre d’une fleur de tilleul d’or et, à senestre, d’une roue de moulin du même.

• Soutien de l’écu : deux rameaux de chêne feuillés de sinople, tigés de tanné et fruités d’or, passés en sautoir à la mitre d’or brochant sur la croisure.

• Devise toponymique THILLOMBOIS en lettre d’or sur listel de sinople au revers de gueules.

La fleur de tilleul et les rameaux de charmes évoquent le toponyme Thillombois jadis Tyllombois, Tillone sylvertri.Thil, til, tyl, tillon seraient des dérivés du latin tilius le tilleul.

La tour symbolise le château fort construit vers 1271.
Il a été pillé lors de la guerre de Trente Ans ; les parties les plus ruinées ont été démolies au siècle suivant. En 1825 une nouvelle aile a été ajoutée côté parc ; puis une cinquantaine d’années plus tard des embellissements ont été faits, sans construction d’un nouveau bâtiment. Il constitue actuellement, avec son grand parc, un haut lieu historique, culturel et touristique de la Meuse.

La tour rappelle également que Thillombois était jadis une seigneurie appartenant successivement aux maisons de Belrain, de Savigny, de Clefmont, d’Erize, d’Issoncourt, de Chérisey, d’Apremont, de Nettancourt, de Dampierre.

Le chapé de gueules représente Saint Martin le patron de la paroisse et celui d’une source qui émerge dans le parc du château. Ce saint a donné la moitié de sa cape d’officier romain à un pauvre dénudé avant de devenir évêque de Tours.

La mitre d’or (a) souligne que le village dépendait autrefois de l’autorité spirituelle et du pouvoir temporel de l’évêque de Verdun (prévôté de Tilly).

La roue de moulin illustre la force motrice du ruisseau de Thillombois qui animait jadis le moulin et l’huilerie de la seigneurie. Elle rappelle également les scènes de la vie rurale de naguère jouées actuellement fréquemment dans le château et le parc par des bénévoles.
(a) Les armes de l’évêché de Verdun étaient : “d’azur, à la crosse épiscopale d’or, à dextre, et une épée d’argent pointe en bas, garnie d’or à senestre, toutes deux en pal accostées de trois clous d’argent.”La crosse et l’épée, symboles du pouvoir spirituel et temporel des évêques, sont accompagnées de trois clous. Ceux-ci font allusion à l’étymologie vulgaire de Verdun ” Urbs Clovorum ” (ville des clous).
Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS, avec les conseils de Jean-Luc Demandre et de la commission héraldique de l’UCGL et adoptées par la commune le 25 octobre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 1 =