MENU

BOUQUEMONT -55064

Coupé voûté :

 au 1 de gueules aux rinceaux d’or, passés en sautoir, accostés de deux clous d’argent, posés en pal ;
 au 2 de sinople à la tête arrachée de bouc d’argent, allumée et accornée d’or.
Soutien sous l’écu : deux épis d’or passés en sautoir, tigés et feuillés de même.

Devise sur listel : BOUQUEMONT(a)

Le champ de gueules (rouge) l’or et l’argent des meubles rappellent les émaux des armes de Lorraine, l’actuelle Région de Bouquemont.

La tête de bouc et le mont de sinople (vert) dessiné par la partition voûtée constituent les armes parlantes pour BOUQUEMONT si l’on s’appuie sur une des versions selon laquelle Bouque désignerait le bouc dérivé de bucco.

Le champ de sinople illustre l’importance des bois de BOUQUEMONT, celle de la forêt communale en particulier.

Les rinceaux (deux rameaux d’olivier) symbolisent, comme ceux des armes de la ville de Reims, Saint REMI, le patron de la paroisse. (b)

Les deux clous d’argent représentent ceux des armes de l’évêché de VERDUN (c) car, sous l’ancien régime, BOUQUEMONT, au spirituel paroisse du diocèse de Verdun, avait également, au temporel, pour seigneur le comte-évêque de cette ville

Les épis illustrent la vocation agricole de la cité.

L’argent (blanc) des meubles reproduit la couleur des pierres calcaires autrefois extraites des carrières du village

.
(a) Dans un ” armorial des villes” manuscrit de Jean FORIEN de ROCHESNARD déposé à la bibliothèque nationale, figure, sous la cote N° 15914, un blason d’azur à la bande ondée de sinople” qui aurait été celui de BOUQUEMONT. Le manuscrit ne précise ni historique ni motivation pour ces armoiries.
(b)Remy comme Reims aurait pour origine remes le nom d’un peuple gaulois de la région de Reims et serait représenté par les rameaux en raison de la similitude des noms latins rami et Remi.
(c)Les armes de l’évêché de Verdun étaient : “d’azur, à la crosse épiscopale d’or, à dextre, et une épée d’argent pointe en bas, garnie d’or à senestre, toutes deux en pal accostées de trois clous d’argent.”La crosse et l’épée, symboles du pouvoir spirituel et temporel des évêques, sont accompagnées de trois clous. Ceux-ci font allusion à l’étymologie vulgaire de Verdun ” Urbs Clovorum ” (ville des clous).
Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS et adoptées par la municipalité en septembre 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × cinq =