MENU

Gircourt lès viéville – 88202

De gueules au sautoir diminué d’argent cantonné, en chef d’un casque romain, à dextre d’une gerbe de blé, à senestre d’un fer de moulin et en pointe d’une mitre, les quatre d’or.
 Soutien de l’écu deux rameaux de mirabellier tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, tachés de gueules.
 Devise gircourt lès viéville en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules.

La casque évoque Gircourt , jadis girecurian, désignant selon certains auteurs, le domaine de Gerin, variante de garin, Guerin, de war : protection.
La partie supérieure du sautoir d’argent dessine le V de Vièville complétant ainsi le toponyme Gircourt lès Viéville.
La partie inférieure du sautoir fait allusion au deux pans d’un toit et ainsi à Ménil (maison) un autre hameau.
Le fer est celui du moulin qui tournait dans Ajon, ainsi sont cités tous les écarts du village.
L’argent, les gueules et l’or évoquent les armes de Philippe de Bayon ( d’argent à la bande de gueules chargée de trois alérions d’or – cadet de Lorraine qui inversa les émaux du champ et des alérions des armes de Lorraine ). Celui-ci donna, en 1289 à l’église de Saint-Dié, ses biens à Gircourt

La mitre est celle de Saint Martin évêque de Tours, le patron de la communauté chrétienne. Elle est aussi celle des abbés de Saint-Dié et de Chaumousey (Au commencement du XVIe siècle, la seigneurie de Gircourt était divisée entre les sires de Savigny, le chapitre de Saint-Dié, l’abbé de Chaumousey et le gouverneur de l’hôpital de Remiremont). La famille de Savigny est représentée par les gueules et l’or car elle portait ” de gueules à trois lions d’or”.
La partie inférieure du sautoir d’argent sur champ de gueules représente, avec inversion des émaux, les armes de la famille de Bassompierre (d’argent à trois chevrons de gueules) coseigneur un moment de Gircourt. L’or, les gueules et l’argent constituent les émaux des armes de Lorraine (d’or à la bande de gueules chargée de trois alérions d’argent). Au XVIIIe siècle, les seigneurs étaient le duc de Lorraine pour un tiers, l’abbaye de Chaumousey pour un tiers et le sire de Bassompierre pour le dernier tiers.
La gerbe souligne le caractère agricole du village dont les nombreux vergers sont représentés par les rameaux de mirabellier.
Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS et Bernard GEORGIN, membres de la commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques Lorrains et adoptées par la commune le 16 novembre 2017, Monsieur Arnaud JEANDEL étant maire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze − un =