MENU

Dombrot-le-Sec – 88140

Blasonnement  D’or à une tête de lion de sable ; mantelé de gueules chargé à dextre d’un crosseron d’or, chargé d’une tête d’aigle d’argent brochant et à senestre d’une fontaine héraldique d’or remplie d’azur traversée par une source d’argent.  Soutien de l’écu : deux rameaux de chêne tigés de tanné, feuillés de sinople et englantés d’or ; à la gourde calebasse d’or à la bretelle de sable brochant sur la croisure.  Devise toponymique DOMBROT-LE- SEC en lettre de sable sur un listel d’or au revers de gueules. Motivation La partition du mantelé dessine la situation du village sur le versant d’une colline La tête d’aigle évoque Brice qui selon une version serait dérivé de la racine celtique brig > puissance, force(a) ; elle évoque le toponyme Dombrot dérivé de Brice : Donno Briccio en 1033, Domno BRICLIO en 1037. Le crosseron est celui de Saint Brice successeur de Saint Martin comme évêque de Tours. L’église de Dombrot- le- sec lui est vouée. La tête de lion de sable sur champ d’or est celle des armes de la famille de BOUZEY, seigneur du village au XVIIIème siècle. Cette maison d’ancienne chevalerie Lorraine porte : d’or, au lion de […]
Lire la suite ›

Soulosse-sous -Saint-Élophe – 88460

BLASONNEMENT  Coupé, au 1 de gueules chargé d’une croix pattée alésée arrondie concave d’or, supportant 2 colombes d’argent, allumées becquées et membrées d’or, posées de trois quart sur les branches horizontales et accostée de deux glaives romains (gladius) d’argent ornés d’or celui de dextre posé en bande celui de senestre en barre ; au 2 d’azur, chargé, à dextre d’un bouquet de 4 épis d’or liés de gueules et à senestre, d’une roue à aubes d’or également.  L’écu sommé d’une couronne palissée d’or de 9 pièces, celle du milieu plus grande chargée d’une amphore de gueules.  Soutien de l’écu : Deux rameaux de chêne supportés de tanné, feuillés de sinople et englantés d’or.  Devise toponymique : SOULOSSE- SOUS-SAINT-ÉLOPHE en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. MOTIVATION La croix pattée et les deux colombes rappellent les éléments du tympan de la porte qui donne accès à la fontaine Saint Elophe ; Saint Élophe diacre fut décapité en 362 sur ordre de l’Empereur Julien sur le bord du Vair. Le champ de gueules et les glaives illustrent son martyr. Saint Elophe fait partie des saints céphalophores car il est souvent représenté portant sa […]
Lire la suite ›

DOMMARTIN – aux – BOIS – 88147

 D’azur, à un ramillon de 3 mirabelles d’or tachetées de pourpre,  supporté de sable et feuillé d’argent, en chef ; chapé ondé de gueules, bordé d’argent chargé de deux faines d’or à dextre, rangées en barre et deux autres à senestre, rangées en bande, au pont d’or maçonné et à la rambarde de sables brochant , en pointe, sur le champ et le chapé.  Soutien de l’écu, deux rameaux de mirabelliers supportés de tanné feuillés de sinople et fleuris d’argent, passés en sautoir.  Devise, DOMMARTIN-aux- BOIS en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules.   Le chapé rouge symbolise le manteau de saint Martin, soldat romain, coupé en deux par son épée pour en donner la moitié à un pauvre dénudé. Il évoque le toponyme de Dommartin (Donno Martino au XIIème siècle) et ce saint auquel est vouée l’église du village. Les faines évoquent les forêts environnantes et l’appellation aux bois. Les 4 faines représentent également les 4 hameaux : Dommartin aux Bois, Barbonfoing, Agémont et Adoncourt composant la commune. Le ramillon et les rameaux de mirabelliers illustrent la présence des vergers sur le finage. La bordure ondée du chapé dessine le partage […]
Lire la suite ›

AHEVILLE – 88002

De sinople à l’aigle d’or accostée à dextre d’une lance romaine (hasta) d’argent et à senestre d’une main de justice du même. L’aigle éployée constitue une arme parlante homonyme pour le nom du village au 12ème siècle Aquilevilla (aquila désigne l’aigle en latin). Selon certains auteurs Ahéville serait lié à un nom de personne germanique : le domaine d’Agilo La lance romaine évoque le prénom Quirin ( Quirin vient de Quirinus dieu romain et sabin de la guerre et de l’agriculture dont l’attribut est une lance). L’église D’Ahéville est vouée à Saint QUIRIN. Le premier Saint porteur de ce prénom serait un officier romain (tribun) converti au christianisme et arrêté comme tous les chrétiens sur ordre de l’empereur Trajan. Il refusa de renoncer à sa foi chrétienne et mourut martyr vers 117. Le seigneur du village, sous l’ancien régime était le chapitre de Remiremont. Le Chancelier de Remiremont commandait les plaids. Les plaids annuels étaient des assemblées au cours desquels le seigneur ou son représentant rendait la justice sur le champ. Ils sont symbolisés par la main de justice. Le sinople (vert) du champ évoque en particulier les forêts de feuillus et les sapins de la commune. Sur la base […]
Lire la suite ›

XARONVAL – 88529

 d’or à la roulette de charron accostée de deux planes adossées et posées l’une en bande, l’autre en barre, tous trois d’azur emmanchées de gueules ; mantelé renversé d’azur chargé à dextre d’une croisette d’argent au pied fiché et pommetée d’or ; à senestre, d’ une rose héraldique d’argent au bouton étoilé et aux pointes d’or.  Soutien de l’écu : deux rameaux de saule tigés, feuillés de sinople et fruités d’or passés en sautoir.  Devise XARONVAL en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules La plane et la roulette qui permettait de mesurer la longueur du bandage ferré de la roue sont des outils caractéristiques du charron. Elles évoquent le toponyme Xaronval, jadis xaronvaulx, Xaironval, Cheronvaux du vieux français : cheron : chemin à char ; charron . Ces outils évoquent également les expositions “Xaronval village 1900”. La croisette pommetée et le champ d’azur sont ceux des armes de Bainville-aux-Miroirs jadis châtellenie à laquelle était rattaché Xaronval. Les trois “besants” de la croix sont des attributs de Saint Nicolas le patron de la communauté chrétienne du village. La croisette fait allusion à Nicolas ABRAM né à Xaronval (1589 – 1657) professeur de théologie […]
Lire la suite ›

VOMéCOURT sur Madon – 88522

 De sinople à la fleur d’iris des marais d’or soutenue par une trangle ondée abaissée d’argent, chapé de gueules chargé à dextre d’un alérion et à senestre de deux clés passées en sautoir les trois d’argent.  Soutien de l’écu : deux rameaux de saule tigés, feuillés de sinople et fruités d’or passés en sautoir. Au pic de carrier d’or posé en pal et brochant sur la croisure des rameaux.  Devise vomécourt sur Madon en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. L’iris des marais évoque le peuple Franc et ainsi le toponyme du village Vomécourt jadis Volmeriscuria, Volmeicurte, Volmancourt . Volmer, volman désigneraient un nom personne germanique qui dériverait de folc : peuple et mar : célébre. Selon certains, Clovis célèbre chef des francs aurait adopté l’iris jaune comme emblème(a). Ce serait sous Louis VII, que l’iris serait devenu ” fleur de Louis ” et devint la fleur de Lys d’or des rois de France. La trangle ondée ondule comme le Madon. Les deux triangles du chapé séparent le haut de l’écu en 2 pans et refont le geste de St Martin, patron de la paroisse, qui donna la moitié de son manteau […]
Lire la suite ›

VEXAINCOURT – 88503 –

 De sinople, au vannet d’or accosté de deux cônes de sapins d’argent ; Chef cousu de gueules au saumon courbé d’or nageant en fasce.  Tenants de l’écu : deux cerfs affrontées de tanné, aux derrières d’argent.  Croix de guerre 1914 – 1918 appendue à son ruban sous l’écu.  Devise toponymique VEXAINCOURT en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. Le saumon sur les gueules (rouge) du chef souligne l’appartenance de Vexaincourt jadis à la principauté de Salm. Le vannet (coquille saint Michel) évoque le patron de la paroisse. Les cônes de sapins et les cerfs représentent les immenses forêts de conifères et l’industrie du bois, les scieries notamment. Le saumon illustre également la faune de l’étang de la Meix. Les gueules (rouge) du chef rappellent également les couleurs des carrières de grès. La croix de guerre 1914 – 1918 souligne les sacrifices du village pendant la 1ère guerre mondiale. Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS membre de la commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques Lorrains et utilisées par la commune depuis novembre 2016, Mr Gilles THOMAS étant maire.
Lire la suite ›

SAINT PRANCHER – 88433

 Parti : au 1, de gueules à un saint Pancrace de carnation, habillé d’or, tenant une palme de sinople et un livre d’argent, nimbé d’une auréole du même ; au 2, mi-parti, d’argent à trois chevrons de gueules.  Soutien de l’écu : deux rameaux de charme tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or.  devise : SAINT PRANCHER en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules Saint Pancrace, neveu de Saint Denis, martyr romain vers 304 à 14 ans, est le patron de la paroisse. Ce saint évoque également le toponyme de la commune jadis Sanctus Pancratius. L’argent et les trois chevrons de gueules (rouge) dont la moitié est ici seule représentée, évoquent les armes de la famille de Bassompierre, marquis de Removille sous l’ancien régime seigneur de Saint Prancher. Les rameaux sont ceux des charmes et des autres arbres des forêts environnantes. Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS avec les conseils de la commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques Lorrains et adoptées par la commune le 03 juillet 2017, Monsieur Jean-Claude GÉRARD étant maire.
Lire la suite ›

NOMPATELIZE – 88328

   D’or : – à une grenade d’azur à dextre et un sapin arraché de sinople à senestre, – Chef pal de gueules à une crosse d’or accotée en chef d’un cristal de neige d’argent et à senestre d’une colombe en vol.  Soutien de l’écu : deux rameaux de saules feuillés de sinople, tigés de tanné et fruités d’or, passés en sautoir.  Devise NOMPATELIZE en lettre d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Le cristal de neige, le chef pal et la crosse évoquent le patronyme NOMPATELIZE jadis Nopardi ecclesia, Norpatéglise : Nopardi viendrait du nom personne germanique Norpertus, Nor du vieux haut allemand Nor ; le nord illustré par le cristal et pertus de pertuis passage resserré entre deux terres (le pal de gueules entre les champs d’or) ; la crosse symbolise l’église. La crosse d’or et le champ de gueules (rouge) rappellent que le village avait jadis pour seigneur l’abbé d’Etival . La colombe fait allusion à Saint Epvre le patron de la paroisse. Epvre est traduit d’aper le sanglier en latin. Selon la légende relative à ce saint Evêque de Toul vers 500, une colombe se serait envolée au moment de […]
Lire la suite ›

MARAINVILLE sur MADON – 88286

 De gueules à la roue de char celte d’or au moyeu d’argent, accostée de deux clefs de sol d’argent ; au Chef triangulaire ondé cousu d’azur, chargé d’une croisette fleuronnée d’or.   Le chef d’azur et la croix fleuronnée sont ceux des armes de la famille Gleissnove qui portait : “D’azur à 3 croix (ou croisettes) fleuronnées d’or, posées 2 et 1”. Ces armes évoquent également le château, aujourd’hui disparu, érigé par Nicolas de Gleisenove, après 1608 Les clés de sol blanches sur fond rouge évoquent bien sûr Chopin, les couleurs sont celles de la Pologne. Marainville est le village natal de Nicolas Chopin, père de Frédéric Chopin (compositeur et pianiste). La roue est celle d’un char découvert sous un tumulus à Marainville-sur-Madon (dans les années 1980 des fouilles ont fait surgir de terre la tombe d’un aristocrate du début de l’âge du Fer, enterré en armes sur son char d’apparat et accompagné d’objets témoignant de l’existence de courants d’échanges entre les mondes celtique et méditerranéen – 7ème siècle avant JC pour les uns, datée de 550 avant JC pour d’autres). Le triangle serpente comme le Madon. Blason composé et dessiné par Robert, André LOUIS et Bernard GEORGIN, membres […]
Lire la suite ›

Hergugney – 88239

   Tranché – au 1 de gueules à une cloche d’or accostée de deux faines éclatées d’argent ; – au 2 de sinople à la truite d’argent posée en bande.  Soutien de l’écu, deux rameaux de hêtre tigés de tanné feuillés de sinople et fruités d’or.  Devise toponymique HERGUGNEY en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. Le poisson (en l’occurrence une truite) fut le signe de ralliement des premiers chrétiens car le monogramme formé des premières lettres de Jésus Christ Fils de Dieu Sauveur est, en grec ICHTUS (poisson). Ici, il évoque Hergugney dans une version où HER signifierait héritier (fils) du latin heres et GUGNEY serait dérivé de gudinus, de la racine Gud, God : dieu. La cloche représente le hameau de Tantimont, où se dresse l’église qui fut église-mère d’un ban de 7 villages et siège de prévôté. Tantimont : tanti de tantir faire entendre un son du mont (l’église est effectivement dans une côte). Les faines et les rameaux sont ceux des hêtres tortueux de Verzy. Ils rappellent que saint Basles, auquel est vouée l’église de Tantimont, a vécu à l’abbaye de Verzy à l’époque où les moines auraient […]
Lire la suite ›

Gircourt lès viéville – 88202

 De gueules au sautoir diminué d’argent cantonné, en chef d’un casque romain, à dextre d’une gerbe de blé, à senestre d’un fer de moulin et en pointe d’une mitre, les quatre d’or.  Soutien de l’écu deux rameaux de mirabellier tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, tachés de gueules.  Devise gircourt lès viéville en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. La casque évoque Gircourt , jadis girecurian, désignant selon certains auteurs, le domaine de Gerin, variante de garin, Guerin, de war : protection. La partie supérieure du sautoir d’argent dessine le V de Vièville complétant ainsi le toponyme Gircourt lès Viéville. La partie inférieure du sautoir fait allusion au deux pans d’un toit et ainsi à Ménil (maison) un autre hameau. Le fer est celui du moulin qui tournait dans Ajon, ainsi sont cités tous les écarts du village. L’argent, les gueules et l’or évoquent les armes de Philippe de Bayon ( d’argent à la bande de gueules chargée de trois alérions d’or – cadet de Lorraine qui inversa les émaux du champ et des alérions des armes de Lorraine ). Celui-ci donna, en 1289 à l’église de Saint-Dié, ses […]
Lire la suite ›

BRANTIGNY – 88073

 D’azur à l’épée haute d’argent ornée d’or accostée, à dextre, d’une croix de Lorraine d’or et, à senestre, d’un crosseron du même garni d’un sudarium d’argent.  Soutien sous l’écu : à dextre, un pampre tigé de tanné, fruité d’or, feuillé et vrillé de sinople passé en sautoir avec un rameau de hêtre tigé et fruité de même et feuillé de sinople.  Devise : BRANTIGNY en lettres d’or dur un listel de sinople au revers de gueules. L’épée illustre le toponyme du village BRANTIGNY jadis BRANTINIS (1163) du vieux français Brant ou Branc : brandon, lame de l’épée ; épée. L’azur et l’argent sont les couleurs de Marie la mère de Jésus ; ces émaux soulignent que l’église du village est vouée à Notre Dame en son assomption. Le crosseron muni d’un sudarium évoque les armes de l’abbé de Moyenmoutier (a) ; la croix à double traverse et celle des ducs de Lorraine depuis René 1er. Ces deux symboles rappellent que jadis Brantigny dépendait de deux co-seigneurs : le Duc de Lorraine et l’abbé de Moyenmoutier. Le rameau de hêtre représente les arbres des forêts environnantes. Le pampre rappelle l’importance naguère des vignes sur le finage et maintenant […]
Lire la suite ›

FLORÉMONT – 88173

 Coupé voûté, au 1er parti : – au I, d’or, à une roue de moulin de gueules et à un bourdon croisé d’argent brochant, – au II, de gueules à un bouquet de trois épis de blé d’or noués du même ; – au 2ème, de sinople à la fleur aubépine d’argent au bouton étoilé d’or entouré de dix losanges de gueules.  Soutien sous l’écu : un pampre supporté de tanné, feuillé et vrillée de sinople et fruité d’or, passé en sautoir avec un rameau de mirabellier supporté de tanné, feuillé de sinople et fruités d’or taché de pourpre.  Devise toponymique : FLORÉMONT en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules.   La fleur d’aubépine et le champ de sinople (vert) voûté, pour représenter un mont, constituent des armes parlantes pour le toponyme florémont jadis : floridus mons. La roue de moulin transmettant l’effort du courant pour entraîner les meules évoque saint Basle, auquel est vouée l’église de Florémont. Basle du latin basolus dérivé du germanique basulo signifierait effort. Le bâton croisé rappelle que Saint Basle a déployé toutes ces forces pour parcourir la Champagne et la Lorraine et y répandre la foi […]
Lire la suite ›

BOUXURULLES – 88070

 De gueules, aux 3 quintefeuilles d’or rangées 2 et 1, au chef triangulaire d’argent à un brin de Buis de sinople.  Soutien de l’écu, deux rameaux de d’osier tigés d’or feuillés de sinople et fruités d’argent.  Devise BOUXURULLES en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules Le rameau de buis est une arme parlante pour le toponyme BOUXURULLES du village, jadis Buxeriolo, Bosserioles, dérivé de buxius : le buis. Les trois quintefeuilles d’or sur le champ de gueules évoquent les 3 quintefeuilles du blason sculpté sur la clé de voûte du chœur de l’église du village vouée à Saint Maur. Bouxurulles dépendait jadis du baillage de Châtel sur Moselle possédé par la famille de Neufchatel. L’artiste a sans doute sculpté les armes de la famille de Vergy car à l’époque de la construction de l’église, la famille de Neufchatel a été liée à celle de Vergy qui portait ” de gueules à trois quintefeuilles d’or”. Les champs de gueules (rouge) et d’argent (blanc) rappellent que jadis les dames de Remiremont étaient seigneurs d’une partie du finage de Bouxurulles. Les chanoinesses de Remiremont portaient : De gueules, à deux clefs d’argent en sautoir. Les […]
Lire la suite ›

BAZOILLES-sur-MEUSE – 88044

 De gueules au portique antique à 4 colonnes d’or accosté, à dextre et à senestre d’un pique d’argent brochant en pal, poignée en bas, sur deux ringards du même, posés en sautoir et les trois surmontant une trangle ondée abaissée d’argent; au chef de vairé d’or et d’azur.  Soutien de l’écu : deux lions, assis une patte avant levée, affrontés au naturel, armés et lampassés de gueules .  Devise toponymique : BAZOILLES-SUR-MEUSE en lettres d’or sur un listel d’azur au revers de gueules. Le portique antique représente le toponyme du village Bazoilles, jadis Basallie (1123) Basillis (1180) dérivé du latin basilica désignant un grand bâtiment avec portique servant de tribunal, de marché couvert. Avec l’ère chrétienne, il désigna une église. Celle de Bazoilles est dédiée à saint-Martin. La trangle ondule comme la Meuse. L’azur et l’or du vairé sont les émaux du duché de Bar dont dépendait le village.Le duché de Bar avait pour armes : “D’azur semé de croix recroisetées au pied fiché d ‘or à deux bars adossés de même”. Le vairé d’or et d’azur rappelle les armes : “d’or à deux pal de vair, au chef d’or plain” de la famille du Fays longtemps […]
Lire la suite ›