MENU

ROMAGNE-SOUS-LES-CÔTES – 55437

Tranché, au 1 de gueules à une aigle romaine d’or, au 2, de sinople à un coq hardi et chantant d’argent allumé, becqué, crêté, langué, barbé et membré de gueules. A l’écusson d’argent chargé de trois fasces d’azur, brochant en chef sur les deux champs.

Soutien de l’écu, deux rameaux de mirabellier feuillés de sinople, supportés de tanné, aux fruits d’or tachés de pourpre, passés en sautoir.

Devise : ROMAGNE-SOUS-LES-CÔTES en lettres de sable dans un listel d’or au revers de gueules.

Croix de guerre 1914- 1918 appendue à son ruban sous l’écu, brochant sur la croisure des rameaux.

L’aigle romaine illustre le toponyme Romagne, dérivé du nom d’homme latin Romanius de romanus signifiant de Rome. Elle évoque également le camp antique de la côte de Morimont.

La partition verte tranchée dessine les côtes de Meuse ainsi, aigle romaine et tranché font allusion à Romagne- sous- les-Côtes.

Le coq est l’un des attributs de saint Pierre auquel était vouée l’église détruite au cours de la première guerre mondiale et celle qui l’a remplacée en 1934.

L’écusson d’argent aux trois fasces d’azur évoque, avec inversion des émaux, les armes des sires de Jametz qui portaient : « d’azur à 3 fasces d’argent chargé à dextre d’un franc quartier de gueules ». Le village avait été donné à l’abbaye Saint Maur de Verdun par Thierry, évêque de Verdun au 11e siècle (a). Il eut ensuite, pour seigneurs, les sires de Jametz, puis la principauté de Sedan et le Clermontois tout en dépendant de la prévôté de Jametz.

Les rameaux de mirabelliers représentent les forêts et les vergers environnants.

La Croix de Guerre 1914/1918 a été décernée à Romagne-sous –les-Côtes avec la citation suivante à l’ordre de l’armée : « A été totalement détruit par les bombardements subis au cours de la guerre. Resté aux mains de l’ennemi pendant quatre années, a supporté stoïquement toutes les rigueurs d’une occupation brutale faisant preuve d’une ardente confiance dans la victoire finale ». La Grande Guerre a fortement marqué le village qui a été en partie détruit. On trouve un cimetière militaire allemand de 2227 tombes. Lors de la bataille de Verdun des canons de gros calibre ont préparé l’offensive allemande depuis Romagne.

(a) Selon l’armorial d’Hozier, l’abbaye saint Maur de Verdun avait pour armes : « d’azur à un saint Maur en habit d’évêque tenant sa crosse d’or à dextre et une chapelle d’argent à senestre ».

Armoiries composées et dessinées par Robert LOUIS, héraldiste, et Dominique LACORDE, historien, membres de la commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques de Lorraine, adoptées par la commune le 28 février 2017 , Monsieur Jacky Gillet étant Maire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze − trois =