MENU

TROUSSEY – 5552

 

D’azur chargé, à dextre d’un rameau d’aubépine ,posé en bande, supporté et feuillé d’or, à la fleur d’argent, au bouton étoilé entouré de 10 losanges de gueules, à senestre d’une tour d’église carrée d’argent maçonnée de sable et couverte de gueules.

 Chef de gueules, soutenu d’un ondé d’or à un feu du même accosté de deux fleurs de pomme de terre d’argent au bouton pentagonal d’or.

 soutien sous l’écu, deux brins d’orchis brûlés supportés et feuillés de sinople, fleuris d’argent et de pourpre, passés en sautoir.

 devise sur listel : TROUSSEY en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules

MOTIVATION
Le rameau d’aubépine constituant au printemps une jolie broussaille : une troce, évoque phonétiquement le toponyme Troussey (Troceiacum au 10 ème siècle). Troce est dérivé, comme trochée, en patois lorrain, de troche : bouquet, broussaille.
Par ailleurs, selon différents auteurs, TROUSEY aurait à l’origine désigné le domaine d’un gallo-romain TROCIUS.

Le champ de gueules (rouge) et l’argent des meubles rappellent que TROUSSEY était sous l’ancien régime une terre du chapitre de la cathédrale de Toul (a).

Le feu d’or sur le champ de gueules évoque le martyre de Saint Laurent sur le grill et rappelle que l’église du village est vouée à ce saint.
Le feu souligne également les assauts, les incendies et les destructions, au cours des guerres seigneuriales, subis par Troussey et le village de Dommartin au Four, situé sur le ban de Troussey, qui a disparu au 18ème siècle.
L’église fortifiée ravagée par les guerres et reconstruite est représentée par sa tour.

L’or des meubles fait allusion aux abeilles d’or des mérovingiens, en particulier à Dagobert qui aurait décidé de la création de la cité et de l’église de Troussey.

Le soutien ondé trace les méandres de la Meuse et évoque également le canal de la Marne au Rhin , la branche Nord du canal de l’Est et les ouvrages importants sur ces cours d’eau.

Les fleurs d’argent au bouton d’or illustrent la qualité réputée des pommes de terre de TROUSSEY.

Les orchis brûlés constituent une variété d’orchidée sauvage (orchis ustalata ou neotunea ustulata). Ils affectionnent les pelouses calcaires, ils sont protégés, leur présence en Meuse est surtout localisée à Troussey.

Le sinople des éléments extérieurs souligne l’importance des prairies qui entourent Troussey.

(a) Le chapitre de la cathédrale St Etienne de Toul portait :” de gueules, aux trois cailloux d’argent”

Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS , membre de la commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques Lorrains avec l’avis d’une commission municipale et adoptées par la commune le 04 novembre 2016, Monsieur Alain GUILLAUME étant maire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − dix-sept =