MENU

XIVRAY et MARVOISIN – 55586

 

 Tiercé en pal :
– au 1, d’azur à la navette de tissage d’or, à la canette d’argent ;
– au 2, d’argent au chardon arraché de sinople, fleuri de gueules ;
– au 3, de sable aux 3 billettes d’or posées 2 et 1.
– à la tournelle au crénelage à 4 merlons de gueules brochant en chef.
Soutien sous l’écu, un rameau de laurier à dextre tigé et feuillés de sinople passé en sautoir aves un rameau de chêne tigé de tanné, feuillé de sinople englanté d’or.
 Croix de guerre 1914/ 1918 appendue sous l’écu à son ruban brochant sur la croisure.
cri de ralliement XIVRAY ET MARVOISIN en lettre de sable sur un listel d’or au revers de gueules.

Le Chardon, symbole de l’austérité, de la sévérité évoque le toponyme Xivray (jadis Sivery, Sivray) de severius : sérieux sévère.
La tournelle, élément défensif, illustre Marvoisin (jadis Mervezin : amer, revêche plus voisin) :” qui doit se défendre de ses voisins”.

Les émaux de gueules (rouge) et d’argent rappellent ceux des armes de Geoffroy III de Dun et d’Apremont : ” de gueules à la croix d’argent”. Ce dernier a affranchi les villages dans le cadre de la loi de Beaumont en 1282.

L’argent, le sable (noire) et les gueules évoquent les armes de Poinsignon de Létricourt (d’argent à la fasce de sable, au léopard de gueules en chef) seigneur en 1291.

Le tiercé en pal d’azur, d’argent et de sable évoque les armes de la famille de saint Baussant(a).
Le champ de sable chargé de 3 billettes évoque les armes de la famille de Bourgogne (b).
La tournelle à 4 merlons rappelle que jadis le village dépendait de la prévôté de Mandres aux Quatre Tours, dans le barrois non mouvant.
Avant 1790, Les familles de Saint Baussant et de Bourgogne ont été coseigneurs de Xivray et Marvoisin et leur gradué exerçait la justice conjointement avec le prévôt de Mandres aux 4 tours, pour le roi.

Le rameau d’olivier symbolise, comme les rinceaux des armes de la ville de Reims, Saint REMI, le patron de la paroisse (c).

La navette de tissage illustre une activité de la commune au XIXème siècle : la bonneterie.

Le rameau de chêne est celui des arbres des bois de Haute-Charière et de Géréchamp.

La croix de guerre 1914/ 1918 a été décernée au village avec la citation suivante à l’ordre de l’armée : cité martyre, témoin de tous les combats qui a payé de sa destruction totale l’honneur d’avoir été située en première ligne pendant quatre ans.

Les émaux d’argent et d’azur sont couleurs de Marie, mère de Jésus dont une statue (vierge à l’enfant) a été rescapée des bombardements de 1914/1918 et une autre, réalisée par Donzelli, est abritée sous l’oratoire Notre dame de Xivray

(a) La famille de Saint Baussant portait : Tiercé en pal au 1 de sable aux 3 besants d’or, au 2 d’argent aux 3 bandes de gueules, au 3 d’azur au 3 chevrons d’argent.
(b) La famille de Bourgogne portait : de sable aux 6 billettes d’or posées 3,2 et 1, au chef de même.
(c) Remy comme Reims aurait pour origine remes le nom d’un peuple gaulois de la région de Reims et
et serait représenté par les rameaux en raison de la similitude des noms latins rami et Remi.

Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS et Dominique LACORDE avec les conseils de la commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques Lorrains et mises à disposition de la commune en août 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 − huit =