MENU

VALBOIS– 55530

BLASONNEMENT  D’argent, à une ombre de dessin de papillon, modèle de dentelle surmontant un écusson d’azur chargé d’un agneau pascal couché d’argent portant une croix d’or ; chaussé de sinople chargé à dextre d’un coq hardi et chantant d’or crêté, barbé et allumé de gueules et à senestre d’un triquetra d’or également .  Soutien derrière l’écu : une hache passée en sautoir avec un têtu à deux pics les deux de gueules emmanchés d’or, passés en sautoir.  Croix de guerre 1914-1918 au naturel, appendue à son ruban, sous l’écu.  Devise toponymique : VALBOIS en lettres d’argent sur un listel de sinople au revers de gueules.   MOTIVATION      Le Chaussé de sinople ( vert) constitue une arme parlante pour le toponyme Valbois : le  chaussé dessine un val et la couleur verte est bien entendu celle des forêts de la commune.     La commune de Valbois a été créée en 1972 avec la fusion des trois territoires de villages de  Varvinay, Sénouville et Savonnières en Woëvre.     L’agneau pascal d’argent évoque Saint Jean Baptiste auquel est vouée l’église de Varvinay .     Le coq chantant est l’attribut de Saint Pierre . L’église de Sénouville est vouée à Saint Pierre aux Liens. Le triquetra […]
Lire la suite ›

CHAILLON – 55096

  BLASONNEMENT  D’azur, à deux rinceaux d’argent passés en sautoir accostés en pointe de deux bars adossés d’or et surmontés d’une fasce, palissadée de 5 pièces, haussée d’or, la pièce du centre plus grande et chargée d’une tête d’aigle de gueules allumée d’argent .    Soutien sous l’écu : deux épis de blé, tigés et feuillés de même passés en sautoir.  Croix de guerre 1914-1918 au naturel, appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  Devise toponymique : CHAILLON en lettres d’argent sur un listel d’azur au revers d’or.  MOTIVATION      La fasce palissadée évoque l’enceinte formée de pieux pointus du  castrum  dans lequel, dans l’antiquité, sur la butte située à l’ouest de Chaillon, était installée une légion romaine pour contrôler la voie romaine de St Mihiel à Hattonchâtel . Les légionnaires logeaient dans des galeries creusées dans la roche. La tête d’ aigle est bien entendu celle des aigles emblème de l’armée romaine.   Cette motte castrale est inscrite au titre des monuments historiques depuis 1990.    Le toponyme CHAILLON (Castellionem en 709, Castlonum en 984 , Chaillou en 1180) a pour origine ce castrum romain.    Les rinceaux (deux rameaux d’olivier) symbolisent, comme ceux de […]
Lire la suite ›

AVIOTH – 55022

BLASONNEMENT   Tiercé en pairle renversé haussé, au 1) de gueules aux deux bars adossés d’or, au 2) d’argent au lion de gueules, à la queue fourchue et passée en sautoir, couronné, lampassé, armé d’or ; au 3) d’azur, à la basilique d’Avioth d’argent couverte d’or, accostée de deux fleurs de lys de jardin d’argent. Soutiens de l’écu : deux rameaux de chênes tigés de tanné, feuillés de sinople et englantés d’or passés en sautoir  Devise toponymique : AVIOTH en lettres d’or sur un listel d’azur au revers de gueules.  MOTIVATION  Les fleurs de lys de jardin, l’un des attributs de Marie la mère de Jésus, rappellent que la belle église gothique élevée entre le XIII ème et le XIV ème siècle, est vouée à Notre Dame. Une vierge à l’enfant en bois miraculeuse est à l’origine de ce sanctuaire fortifié sur le site d’un pèlerinage dès le 12ème siècle. Elle fut élevée au rang de basilique en 1993, par le pape Jean-Paul II.  Les deux bars adossée d’or sur le champ de gueules (rouge) sont ceux des armes de la famille de Looz comte de Chiny, seigneur d’Avioth au moyen âge qui portait ; “de gueules semé de croisettes d’or, à deux […]
Lire la suite ›

BENEY-EN WOËVRE – 55046  

BLASONNEMENT   D’or au manteau de centurion romain et à l’épée basse d’argent, brochant ; mantelé renversé d’azur aux deux étoiles à six rais d’argent rangées en fasce surmontant un ours levé d’or ». Soutiens de l’écu : deux brins de blé d’or, aux tiges passées en sautoir.  Devise toponymique : BENEY-EN- WOËVRE en lettres d’argent sur un listel d’azur au revers de gueules.  MOTIVATION L’ours d’or constitue une arme parlante au second degré pour le toponyme du village : selon Dauzat et Rostaing, Beney ( Barnéum en 1090 Benay en 1335) est lié au nom d’homme germanique Bern, ours, avec le suffixe acum. Bern a été rapproché de l’allemand bär (comme pour la ville suisse de Berne). Le manteau et l’épée évoquent le geste de Saint-Martin, soldat romain qui, pris de pitié pour un pauvre dévêtu dans la ville d’Amiens, coupa son manteau pour lui en donner moitié. L’église de Beney-en-Woëvre est vouée à Saint-Martin comme 93 paroisses en Meuse. Ce patronage prouve que Beney-en-Woëvre remonte à des temps très anciens. Les deux étoiles à six rais représentent les armes de l’abbaye de Saint Benoit qui portait : « D’azur au dextrochère d’argent tenant une crosse d’or cantonnée, au premier et au quatrième d’une […]
Lire la suite ›

Génicourt sur Meuse – 5520

de gueules à une Marie-Madeleine d’argent aux cheveux d’or, portant un pot d’onguent du même, issant de la pointe et, accostée de  deux billettes d’argent ; chef d’or dentelé chargé d’un écusson de sable à une tiercefeuille d’or en abyme accosté de deux corbeaux de gueules. Soutien de l’écu deux rameaux   de chêne tigés de tanné, feuillés de sinople et englantés d’or, passés en sautoir. A la croix de guerre 1914 – 1918 appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure des rameaux. Cri de ralliement : Génicourt  sur Meuse, en lettre d’or sur un listel de sinople au revers de gueules.   Génicourt-sur-Meuse possède une longue histoire que l’on retrouve dans l’église datée du XVIème siècle, classée Monument Historique ; cette église dédiée à Sainte Marie-Madeleine possède les vitraux Renaissance les plus anciens du département de la Meuse et un Calvaire de Ligier Richier, en particulier une Vierge magnifique. Le retable du chœur comporte une superbe statue de Sainte-Madeleine sculptée par un artiste champenois car elle ressemble aux statues de la mise au tombeau de Chaource. On trouve dans l’église tous les blasons des bienfaiteurs et des seigneurs de Génicourt peints sur les vitraux ou sculptés, en […]
Lire la suite ›

Ville-en Woëvre – 55557

BLASONNEMENT  Parti : Au 1, d’azur, à la mitre d’or ; Au 2, d’or, au soc d’araire d’azur, Au plésiosaure contourné et regardant d’argent, brochant en pointe, le tout enfermé dans un orle crénelée de gueules. Soutien sous l’écu : deux rameaux de charmes supportés et feuillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir. Croix de guerre 1914-1918, au naturel, appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure des bleuets.  Devise : VILLE-EN-WOËVRE en lettres de sable  sur un listel d’or au revers de gueules.                                                                                                                              MOTIVATION  Les gueules (rouge) de l’orle et l’or du champ sont les émaux des armes de la maison de Ville, seigneur du village au XIIème siècle, éteinte depuis longtemps qui portait : “d’or à la croix de gueules” (a).  La champ d’azur et la mitre soulignent que l’évêché de Verdun(b) était, sous l’ancien régime le suzerain de la seigneurie de Ville qui dépendait de la prévôté de Fresnes.  La mitre est également celle de Saint Vanne (498-525) huitième évêque de Verdun auquel l’église, de 1790, détruite en 1914/1918 et reconstruite en 1929, est dédiée. L’orle crénelée représentent les deux châteaux à l’origine forteresses féodales : celui de Brandecourt, dans le […]
Lire la suite ›

Dieue-sur Meuse – 55154

  BLASONNEMENT  Tiercé en pairle à la partition du 1) ondée : au 1) de sinople au trident haut, non emmanché, d’or ; au 2 )de gueules à la colombe d’argent fondant ; au 3) d’azur aux trois clous d’argent contre-pointés en pairle ; au chevron renversé ondé brochant sur la partition  du 1) et  à la cruche à lait brochant  en pointe. L’écu sommé d’une couronne murale d’or, maçonnée de sable, chargée d’une croix de Malte d’azur, accostée de deux vergettes alésées et couchées du même. Soutien de l’écu : deux rameaux de chêne, supportés de tanné, feuillés de sinople et englantés d’or, passés en sautoir.  Croix de Guerre 1914- 1918 au naturel, appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  Devise toponymique :   Dieue-sur-Meuse en lettres d’or sur un listel d’azur au revers de gueules.  MOTIVATION  Le chevron ondé représente le confluent de la rivière Dieue avec le fleuve Meuse. Le trident est celui de Neptune dieu romain des eaux vives et des sources (selon Virgile). L’un des segments du chevron ondé renversé et le trident évoquent ainsi le nom Dieue de la rivière qui traverse la localité, Deva au Xème siècle issu de deu en celtique, […]
Lire la suite ›

VIGNOT – 55553 (version F )

VIGNOT – 55553 (version F ) BLASONNEMENT     D’argent à une grappe de raisin de pourpre, tigée et feuillée de sinople, accostée de deux fers d’angon de gueules ; au chef de gueules chargé d’un alérion d’argent accosté de deux étoiles d’or.  Devise toponymique : VIGNOT en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules.  MOTIVATION La grappe de raisin évoque évidemment le toponyme VIGNOT dérivé du latin vinetum : vignoble (vignetum en 1186 ; Vignoi en 1387) et l’importance de la vigne jadis sur le finage du bourg. L’alérion d’argent et les gueules (rouge) du champ rappellent les armes du duché de Lorraine(a) et illustrent que, comme la principauté de Commercy, Vignot fut jadis le plus souvent géré par le Duc de Lorraine. C’est d’ailleurs Charles III de Lorraine qui éleva Vignot au rang de prévôté, l’attribua à Jean d’Urres de Tessières en 1588 et autorisa celui-ci à entourer le bourg de murailles.  Le champ de gueules avec les deux étoiles évoquent les armes de Jean  puis Charles d’Urres de Tessières, seigneurs de Vignot de 1587 à 1629 qui portaient, selon l’armorial de DOUGLA de MORENAS : ” d’argent à la bande de gueules chargée, en […]
Lire la suite ›

Souhesmes-Rampont – 55497

    Blasonnement Coupé haussé;  Au 1, de gueules herminé d’or.  Au 2, d’azur , à un héron d’argent becqué et membré de gueules, accosté de deux étoiles d’or, les trois surmontant deux socs de charrue antiques affrontés d’argent. Soutien de l’écu : Deux brins de pervenche supportés, feuillés de sinople et fleuris d’azur, passés en sautoir. Croix de Guerre 1914 – 1918 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure Devise toponymique : LES SOUHESMES-RAMPONT en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. Motivation Le champ de gueules(rouge) semé de moucheture d’or évoque les armes de la famille d’ancienne chevalerie de Rampont qui portait : de gueules à 5 annelets d’or ordonnés en sautoir, au franc quartier d’hermine. Le héron représente ceux qui hantent les rives sinueuses du ruisseau irrigant le village : le ruisseau de Vadelaincourt. Le héron  illustre ainsi le toponyme Les Souhesmes. ( Souhame en 1282, Souhaime en 1370, Southesme en 1590).Il semble que Souhesme aurait pour origine l’étymon du vieil haut allemand Ham (courbure dans une rive, prairie dans un méandre) avec la préposition sous (a). Les étoiles d’or rappellent que Rampont est le village natal de Jean BOITEL né en 1729, avocat […]
Lire la suite ›

FONTAINES-SAINT- CLAIR – 55192

  BLASONNEMENT  D’azur, à la bande d’or chargée d’une bande de gueules , surchargée d’une fleur de lys de jardin d’argent accostée de deux vannets (coquille Saint Michel) d’or, les trois posés à plomb ; la bande accompagnée, en chef d’une fontaine d’or remplie d’azur et traversée par trois sources d’argent et en pointe d’une tête de buse d’or également, becquée de gueules et allumée d’argent, à l’iris de gueules.        Soutien de l’écu : Deux rameaux de chêne supportés de    tanné, feuillés de sinople et englantés d’or, passés en sautoir. Croix de Guerre 1914 – 1918 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure.   Devise toponymique : FONTAINES-SAINT-CLAIR en lettres d’or sur un listel d’azur au revers de gueules.  MOTIVATION La fontaine héraldique est bien entendu une arme parlante pour le toponyme FONTAINES du village. La tête de Buse illustre la vue perçante de ce rapace familier du ciel de Lorraine. Elle évoque ainsi Saint Clair Le village est cité en 708 sous le nom de Fontanas dérivé du latin fontana : sources : elles sont nombreuses sur le finage. Saint Clair et Saint Boniface étaient des disciples de Saint Saintin, premier évêque de Verdun au […]
Lire la suite ›

Waly – 55577

  Blasonnement Tiercé en pairle renversé : au 1, de sinople à une pointe de flèche de silex d’argent ; au 2, De gueules à une roue de sainte Catherine, brisée au canton dextre inférieur, d’or ; au 3, d’or à une assiette d’argent, bordée d’azur, ornée d’une  fleur de lys d’azur à la barrette horizontale de gueules, surmontée d’une couronne fermée d’or, remplie de gueules ; la fleur de lys soutenue par deux rameaux de laurier de sinople, fruités de gueules, passés en sautoir.. Soutien sous l’écu, deux rameaux de hêtre tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir. Devise toponymique : WALY en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules.  Motivation  La partition en chevron renversé dessine la colline de Wasloge, à l’origine du toponyme Waly ; Wasloge qui signifierait forêt sacrée (a) est également évoqué par les rameaux de hêtre et le sinople du champ. C’est sur cette colline de Wasloge que fut fondée au VIIIème siècle une abbaye primitive par Saint Rouin. Ce monastère fut transféré au XIème siècle sur le coteau voisin où il prit le nom de Beaulieu.   Le silex taillé en pointe de flèche représente les […]
Lire la suite ›

SAULX-LÈS-CHAMPLON –  55473

BLASONNEMENT   D’or à une tête arrachée de cheval de gueules bridée d’argent ; mantelé abaissé d’azur à deux têtes d’angelots de carnation, chevelées et ailées d’or, celle de dextre posée en barre, celle de senestre posée en bande ; au chef d’or bastillé, chargé de deux rameaux de saule de sinople, fruités chacun d’un chaton d’argent, posés en chevron renversé.  Soutien sous l’écu : deux tiges de blé d’or, passées en sautoir.  Croix de Guerre 1914 – 1918, au naturel, appendue sous l’écu et brochant sur la croisure.  Devise toponymique : SAULX-LÈS-CHAMPLON en lettres d’or sur un listel d’azur au revers de gueules.  MOTIVATION  Les deux rameaux de saule sont des armes parlantes pour le toponyme SAULX,  Saltum en 1196 du latin salix ; le saule.  En représentant un champ de céréales rectangulaire, le chef d’or constitue une arme allusive pour le toponyme Champlon, champlong en 1656.  Les deux communes de Saulx-en Woëvre et de Champlon ont fusionné en 1973.  L’azur et l’or des champs évoquent les armoiries de l’évêché de Verdun(a).  Avant 1790, l’évêque de Verdun était le suzerain de Saulx et de Champlon.  La partition crénelée du chef rappelle les éléments défensifs de la maison forte fief de […]
Lire la suite ›

RUPT- sur-OTHAIN – 55450

  Blasonnement D’azur, à deux flèches d’argent posées en sautoir surmontant une trangle ondée et abaissée du même ; au chef  d’or  à une mitre de gueules, ornée d’argent,  accostée de deux chaînes rompues également de gueules, celle de dextre posée en bande, celle de senestre en barre. Soutien de l’écu: deux rameaux de saule, tigé de tanné, feuillé de sinople et fruité d’or, passés en sautoir. A la tête de lion de gueules, couronnée et lampassée d’or brochant sur la croisure. Devise RUPT-SUR- OTHAIN en lettres d’or sur un listel d’azur au revers de gueules.   Motivation La trangle ondée évoque un ruisseau et ainsi le toponyme RUPT du latin rivus. Les saules sont ceux qui bordent l’Othain : trangle ondée et rameaux de saules représentent Rupt-sur-Othain. La tête de lion couronnée et lampassée d’or est celle des armes du Luxembourg français  auquel était, à la fin de l’ancien régime,   rattachés Rupt-sur-Othain et sa prévôté Marville. Les comtes de Luxembourg à la fin du Moyen Âge portaient : burelé d’argent et d’azur de dix pièces, au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d’or brochant sur le tout. Les deux flèches d’argent croisées sont celles des armes de la famille Evrard de […]
Lire la suite ›

BELLEVILLE – SUR – MEUSE -55043

BLASONNEMENT  Coupé ondé : Au 1, d’argent à la rose de gueules, chaussé de sinople ; au 2, de gueules à un four à chaux ancien d’argent maçonné de sable, crachant des flammes d’or accosté de deux  phéons romains du même. À la divise ondée d’argent brochant sur la partition. Soutien  de l’écu : Deux pampres feuillés, vrillés de sinople, tigés de tanné et fruités d’or, passés en sautoir Devise : BELLEVILLE – sur – MEUSE en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. Croix de guerre 1914/1918, au naturel, appendue à son ruban  sous l’écu et brochant sur la croisure. MOTIVATION Armes parlantes : le chaussé de  sinople (vert) dessine une  vallée. Il   évoque en particulier la côte Saint-Michel qui fut un domaine viticole  bien exposé et réputé (évoqué également par les pampres  en soutien). Ainsi, cette côte verte et la rose illustrent le toponyme BELLEVILLE jadis Bellavilla : la rose symbole de beauté pour bella et la côte verte pour villa (domaine agricole), le V de ville. Avec la divise qui ondule comme la Meuse, le toponyme  BELLEVILLE –sur- Meuse est complet.  Le phéon (pointe de flèche romaine) est l’une des armes du martyre de saint Sébastien, transpercé de flèches, […]
Lire la suite ›

Châtillon-sous-les-Côtes – 55

Blasonnement Taillé, Au 1, d’azur à une tour senestrée d’un casque d’officier romain, les deux d’or; Au 2, d’or à un cœur de gueules dans une couronne d’épines de sable, le tout surmonté d’une billette d’azur. À la cotice d’argent brochant sur la partition. Soutien de l’écu : Deux rameaux de mirabellier supportés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or tachés de pourpre, passés en sautoir. Croix de Guerre 1914 – 1918 appendue sous l’écu et brochant sur la croisure. Devise toponymique : CHÂTILLON– SOUS-LES-CÔTES en lettres d’or sur un listel d’azur au revers de gueules. Motivation La tour représente, en particulier le château fort qui se dressait jadis au sommet de la côte dite du châtelet. La cotice d’argent dessine les Côtes de Meuse aux pieds desquelles le village est blotti. Tour et cotice illustrent le toponyme Châtillon-sous-les-Côtes.  Le casque d’officier romain rappelle qu’un camp romain s’étendait sur les hauteurs de Châtillon-sous-les-Côtes : le castrum Vabrense. La tour représente également les autres châteaux qui se dressaient sur le terroir : –  celui du hameau de Mandres qui a appartenu à la famille de nom et d’armes Mandres                       Mandres d’ancienne noblesse aujourd’hui éteinte. Cette famille portait                                         famille portait : “d’azur à la […]
Lire la suite ›

Watronville– 55579

  BLASONNEMENT    D’azur, chargé, en chef d’une fleur de lys de jardin, en pointe d’un écusson d’or crénelé de 4 merlons, surchargé d’une croix de gueules ; les deux, accompagnés en flancs de deux clous d’or ; le tout enfermé dans une lisière d’argent.  Soutien de l’écu : deux rameaux de mirabelliers, supportés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or tachetés de pourpre, passés en sautoir.  Croix de guerre 1914 1918, au naturel, appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  Devise toponymique WATRONVILLE en lettres d’or sur un listel d’azur au revers de gueules.  MOTIVATION.   L’écusson d’or à la croix de gueules reprend les armes que portait    Robin de Watronville, lors des festivités de Chauvency–le-Château ; il évoque ainsi la famille seigneur du village et le toponyme Watronville. Cette maison, d’ancienne chevalerie, s’est éteinte au XVIIIème siècle.   Le crénelage est celui du château fort édifié au VIIIème ou IXéme siècle qui servi de base à plusieurs seigneurs pour s’opposer aux évêques de Verdun et désoler le Verdunois, il subit de nombreux sièges. L’évêque de Verdun fit démanteler cette forteresse, en 1454, seule une tour subsiste.   En 1548, Watronville devint une baronnie paierie de l’évêché […]
Lire la suite ›

BONZÉE– 55060

  BLASONNEMENT Écartelé en sautoir, au 1, d’or à la rose de 6 pétales de gueules, boutonnée en étoile d’or et pointée de sinople, au 2 d’azur à une cloche d’or, au 3 d’azur à une porte de château fort d’argent ouverte du champ et hersée d’or, au 4 à une roue d’engrenage, à 4 rais, de gueules .  Soutien de l’écu : deux rameaux de hêtre, supportés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir.  Croix de guerre 1914-1918 , au naturel, appendue à son ruban sous l’écu et brochant sur la croisure.  MOTIVATION  Les quatre parties du blason et la rose à 6 pétales évoque les 4 villages (Bonzée-en-Woëvre, Ménil-sous-les-Côtes, Mont-sous-les-Côtes et Villers-sous-Beauchamp) et les deux hameaux (Murauvaux et Floncourt détruit en 1635 par les Suédois), ayant fusionné en une seule commune en 1977. La roue d’engrenage représente les activités de jadis : une huilerie et une filature, actionnées par la force du courant du Longeau, une menuiserie-scierie et une fabrique de coiffes lorraines.  La porte de château fort hersée fait allusion à la forteresse féodale qui se dressait depuis le XIème ou XIIème siècle à Bonzée-en-Woëvre qui dépendait du chapitre de la cathédrale de […]
Lire la suite ›

RARECOURT- 55416  

BLASONNEMENT   Coupé haussé :   Au 1, de gueules à une abeille d’or, accostée de deux mouchetures d’hermine d’argent,  au 2, d’azur, à une tour d’or, crénelée de 3 merlons, ajourée et ouverte du champ ; senestrée   d’une cruche Bacchus   d’or au visage d’argent ;  à la plaine ondée du même.  Soutien de l’écu : Deux rameaux de chêne, supportés de tanné, feuillés de sinople et englantés d’or, à un écusson de sable chargé d’une croix d’argent brochant sur le croisure, accosté de deux épis d’or, celui de dextre posé en bande, celui de senestre en barre.  Devise Rarécourt en lettres d’or sur un listel d’azur au revers de gueules. MOTIVATION L’abeille, par son travail, par son organisation sociale est un symbole de sagesse, son exemple peut être  conseillé. Elle évoque ainsi le toponyme Rarécourt, jadis Raherei Curtis dérivé selon certains auteurs du nom de personne germanique  Ratharius  composé de Rat : conseil et hari : armée (l’abeille est armée de son dard). La tour représente le donjon construit à Rarécourt par l’abbé de Saint Vanne. Les trois merlons évoquent les  lettres de sauvegarde du Roi de France puis du Duc de Lorraine et de l’Empereur, par lesquelles le village […]
Lire la suite ›

REFFROY – 55421

  Blasonnement d’azur, à la colombe tenant dans son bec la sainte ampoule d’or et fondante, accostée de deux pics de mineurs adossées, celui de dextre posé en bande, celui de senestre en barre ; les trois surmontant une hermine passant d’argent à la queue de sable.  Soutien sous l’écu : deux rameaux d’alisier tigés de tanné, feuillés de sinople et fruités d’or. A la tête de lion de gueules, couronnée et lampassée d’or brochant sur la croisure.  Devise Toponymique REFFROY  en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules.  Motivation   L’hermine avec son pelage d’hiver  constitue, en annonçant le retour du froid, une arme parlante au deuxième degré  pour le toponyme REFFROY du village. Selon certains auteurs resfroydum en 1135 aurait pour origine le nom de personne germanique Hrordfrid ; Ursus Frigidus en 1707 constituerait une latinisation contestée.   La colombe évoque  Saint Rémy auquel est vouée l’église du village. Selon la légende, une colombe aurait apporté la sainte  ampoule à saint Remy pour le baptême de  Clovis.   Les 2 pics rappellent que naguère des mines de fer étaient exploitées à REFFROY. La tête de lion de gueules couronnée et lampassée d’or  représente les armes des comtes […]
Lire la suite ›

MÉLIGNY -le-GRAND – 55330

        D’or à la bouge(ou chantepleure) d’azur, chef de gueules au lion léopardé d’or, accosté de 2 croix pommetées d’argent aux pieds fichés,  soutien sous l’écu deux rameaux d’olivier de sinople, fruités d’or passés en sautoir,  devise: MELIGNY le GRAND en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. L’or, les gueules et l’argent évoquent la Lorraine Région à laquelle est rattachée Méligny le Grand. La bouge (chantepleure) dessine un M avec l’azur de l’immensité du firmament et ainsi l’initiale de Méligny le Grand. La bouge, constituée de 2 sacs en cuir, était utilisée au moyen âge pour transporter l’eau ; elle représente aussi la source St Gengoult et son panorama. Les 2 croix pommetées sont celles qui semaient l’azur des armes des seigneurs de Commercy. Elles soulignent que, jadis, la cité dépendait de cette principauté. Le lion léopardé d’or et les rameaux d’olivier sont ceux des armoiries de la famille d’Olivier de Hadonviller(1) pour laquelle Méligny le Grand fut érigé en baronnie. (1) Selon certaines sources, Olivier de Hadonviller portait :” d’argent, à l’olivier, le tronc de sable, les feuilles de sinople, au chef d’azur chargé d’un lion léopardé d’or” Version […]
Lire la suite ›