MENU

GÉVILLE – 55258

Coupé haussé  : au 1)  de gueules à  un écusson gironné de 8 pièces d’or et d’azur accosté, à dextre d’une fleur de cornouiller et à senestre d’une grappe de raisin tigée, feuillé et fruitée, les deux d’or ; au 2) d’azur  à la fortification triangulaire renversée, bastionnée aux deux angles du chef, d’or,vue de dessus, vidée et chargé d’un G du même ;  Soutien sous l’écu : un rameau  de chêne feuillé de sinople, tigé de tanné et englanté d’or passé en sautoir avec un rameau de mirabellier, feuillé de sinople, tigé de tanné ,au fruits d’or tachés de pourpre. Au cœur de gueules percé de deux flèches d’or brochant sur la croisure. Cri de ralliement  GEVILLE en lettre d’or sur un listel de sinople au revers de gueules.   Soutien sous l’écu : un rameau de chêne feuillé de sinople, tigé de tanné et englanté d’or passé en sautoir avec un rameau de mirabellier, feuillé de sinople, tigé de tanné ,au fruits d’or tachés de pourpre. Au cœur de gueules percé de deux flèches d’or brochant sur la croisure.  Cri de ralliement GEVILLE en lettre d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Le G et le V […]
Lire la suite ›

Ménil sur Saulx – 55335

 De gueules au chevron d’argent accompagné de 3 étoiles posées 2 et 1 et soutenu en pointe d’une trangle ondée.  Soutien sous l’écu : deux brins de pervenches tigés, feuillés de sinople et fleuris d’azur.  Devise toponymique :ménil sur saulx en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. Le chevron évoque un toit, la maison et ainsi Ménil (la maison rurale). La trangle ondée suit le cours de la Saulx. Les 3 étoiles d’or sont celles de Marie, souvent représentée couronnée de 12 étoiles, la patronne, en son immaculée conception, de la paroisse. Les pervenches représentent celles qui tapissent les bois environnants au printemps. Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS, avec les conseils de la commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques Lorrains et mise à disposition de la commune en mai 2011.
Lire la suite ›

Mandres en Barrois – 55315

 D’or chargé – en chef à dextre d’une mitre de gueules à la flamme d’or et à senestre d’un fer à cheval également de gueules ; – coupé en chevron d’azur aux 3 trangles d’or et au mouton d’argent brochant sur le coupé.  Soutien sous l’écu : 2 épis de blé d’or.  Devise toponymique MANDRES en BARROIS en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Le mouton sous le coupé en chevron et les trangles évoquent le toponyme du village Mandres (jadis Mandrae) du grec mandra : bergerie, enclos. La mitre est celle de St Rémy patron de la paroisse, la flamme illustre la légende selon laquelle St Rémy aurait sauvé Reims d’un incendie. Le fer à cheval est un des attributs de St Eloi, nom porté par un écart du village. Les épis soulignent le caractère agricole de la cité. Armoiries composées et dessinées par Robert, André LOUIS, avec les conseils de la commission héraldique de l’Union des Cercles Généalogiques Lorrains et mises à disposition de la commune en mai 2011.
Lire la suite ›

CONTRISSON – 55125

 Tiercé en pairle : – au 1 d’azur à l’aigle éployée d’argent – au 2.d’or à la quintefeuille de gueules, au bouton octogonal du champ bordé de 5 triangles d’argent, – au 3 à la roue dentée l’un en l’autre, à la plaine ondée d’azur brochant.  Soutien sous l’écu : 2 rameaux de charme tigés de tanné, feuillés de sinople, fruités d’or croisés en sautoir.  Devise toponymique CONTRISSON en lettre d’or sur un listel d’azur au revers de gueules. La quintefeuille évoque saint Quentin de quintinus (le cinquième) auquel est vouée l’église des 15ème et 16ème siècles classée monument historique. Les 5 triangles rappellent les coins du supplice de ce martyr. L’azur et l’aigle éployée sont ceux des armes de la famille Colin de Contrisson jadis coseigneur du lieu (a) ; ils évoquent également le château ayant longtemps appartenu à cette famille dont il subsiste une belle porte à balustrade. La plaine ondée illustre le plan d’eau et la Saulx. Elle évoque aussi le nom du village Contrisson qui selon certains auteurs serait lié à la proximité de la Saulx : contre Saulx puis Contreson et Contrison, Contrisson. La roue dentée représente les industries de la commune. […]
Lire la suite ›

Beausite – 55040

D’azur au chevron haussé d’argent chargé en chef d’une merlette de sable, accompagné en chef de deux étoiles composées chacune de 5 clous d’or autour d’un pentagone d’argent et en pointe d’un agneau  d’argent couché, à la plaine ondée d’or. Tenant de l’écu : deux chevaux bais, cabrés et affrontés. Croix de guerre 1914 -1918 appendue à son ruban sous l’écu accostée de deux mouchetures d’hermine de gueules. Devise BEAUSITE en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules brochant sur le ruban de la croix de guerre.     La plaine ondée  évoque la riante vallée  de l’Aire aux flancs  jadis plantés de vigne et ainsi celui de Beausite (la commune comprenant les villages de Beauzée sur Aire, Amblaincourt, Deuxnouds devant Beauzée et Seraucourt)  et de Beauzée sur Aire, jadis Baulzey, Bello Sita. En soulignant le caractère bucolique de la vallée, l’agneau rappelle  que la laine des moutons de Beauzée était réputée.   Les clous sur champ d’azur illustrent qu’avant 1790, Beauzée et Amblaincourt étaient des terres de l’évêché de Verdun(a).   Les étoiles d’or sur champ d’azur symbolisent  l’abbaye de l’Isle (b) jadis  un des principaux décimateurs de Beauzée  et seigneur de Deuxnouds et de […]
Lire la suite ›

AULNOIS en PERTHOIS – 55015

Tranché : au 1, de sinople à l’écusson d’argent, crénelé de 4 pièces, chargé d’un glaive d’or, en pal abaissé et brochant sur le champ et le  manteau de gueules qu’il  supporte, .  au 2, de gueules au tarin des aulnes d’or tacheté de sable, perché sur un bâton d’argent. Soutien sous l’écu : deux rameaux d’aulne, tigés de tanné, feuillés de sinople, aux chatons et aux cônes d’or, mouvant d’une branche tronquée au naturel. Devise AULNOIS EN PERTHOIS en lettres d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Le tarin des aulnes(a) et les rameaux d’aulne illustrent le toponyme du village AULNOIS dérivé d’aulne. La partition tranchée et le champ d’argent évoquent les carrières importantes d’Aulnois où jadis les blocs de pierre étaient tranchés. L’écusson crénelé symbolise les éléments défensifs de l’église fortifiée vouée à Saint Martin représenté par le manteau  de centurion romain et le glaive avec lequel il l’a coupé pour en donner moitié à un pauvre dévêtu. (a) Le tarin des aulnes se nourrit de graines qu’il trouve dans les aulnes, les bouleaux ou les ormes, mais aussi de graines de chardons et de pissenlits. Les jeunes sont nourris d‘insectes. Version d’Armoiries composée et […]
Lire la suite ›

LISLE-en-RIGAULT – 55296

• D’or au lion, à la queue léopardée, de gueules, tenant à dextre une grenade d’argent enflammée de gueules et à senestre une hache de guerre d’argent également. Chef d’azur à une feuille de chêne d’or accostée, à dextre d’un crosseron d’argent et à senestre d’un parchemin du même. • Soutien sous l’écu : deux rameaux de chêne tigés de tanné, feuillés de sinople, fruités d’or, croisés en sautoir. • Devise toponymique LISLE- EN-RIGAULT en lettre d’or sur un listel de sinople au revers de gueules. Le crosseron d’argent évoque l’abbaye des prémontrés créé, au XIIème siècle, à  Jeand’heurs(ou Jandeures), un écart du village. Le lion représente, en même temps : – le vicomte Le Besgue de Nonsart qui portait dans ses armes :” un lion d’or … tenant une hache de guerre d’argent”. Il était jadis co-seigneur de Lisle en Rigault – le maréchal d’Empire OUDINOT, châtelain du domaine de Jeand’heurs aménagé en 1808, qui portait dans ces armes “un lion de gueules tenant de la patte dextre une grenade de sable enflammée de gueules” – le château fort qui se dressait à Lisle en Rigault. La papeterie de Jeand’heurs, très ancienne, a fonctionné jusqu’à la fin du 20ème […]
Lire la suite ›

HAIRONVILLE – 55224

 D’azur au héron d’argent becqué et membré d’or accosté de 2 voiles de ce dernier éployées ;  Chef d’argent aux 2 enclumes de gueules.  Soutien sous l’écu : deux rameaux d’alisier torminal tigés de tanné, feuillés de sinople, fruités d’or, croisés en sautoir.  Devise haironville en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules. Le héron est une arme parlante pour le toponyme Haironville du village jadis Hairunvilla, haironisvilla. Selon certains auteurs ce Haironville dériverait du germanique Hagero ou Hairo. Les 2 voiles éployées sont celles des armes de la famille PERRIN qui construisit le château de la Varenne et portait :” d’azur à 3 voiles éployées d’or”. L’azur, les gueules (rouge) l’argent et l’or évoquent les armes de la famille Bourlon(a) seigneur d’un des fiefs du village et, à une époque, propriétaire des forges d’Haironville représentées par les deux enclumes. Les rameaux d’alisier torminal, l’un des princes des arbres, représentent les forêts environnantes. (a) la famille Bourlon portait : d’azur à la fasce d’argent chargée de 3 tourteaux de gueules accompagnée de 3 roses d’or , deux en chef et l’une en pointe. Version d’Armoiries composée et dessinée par Robert, André LOUIS […]
Lire la suite ›

Naix aux Forges – 55370

Armoiries pour la commune de Naix aux Forges (55370)  d’azur, chargé • en chef d’un triangle isocèle d’or orné d’un fer à cheval de gueules. • en pointe d’un bouton de bourdon d’or, orné d’une chapelle, surmonté de deux enclumes d’argent,  l’écu timbré d’une couronne d’or palissée de 9 pièces, celle du milieu plus grande chargée d’une hure de sanglier  Devise NASIUM en lettre d’or sur un listel de sinople au revers de gueules Le triangle isocèle d’or évoque le fronton des temples gallo-romain de la cité des Leuques : Nasium. Le fer à cheval de gueules (rouge) évoque Epona (déesse des cavaliers et des chevaux) vénérée dans la cité antique en même temps que la déesse-mère et le génie des Leuques. La couronne palissée représente les éléments défensifs des camps fortifiés (le mont chatel, le Pléen) qui protégeaient Nasium. La hure de sanglier est celle des Leuques. Le bouton de bourdon, un bâton de prieur, souligne que Naix aux Forges possédait jadis un prieuré. Le triangle isocèle découpe en 2 pans le haut de l’écu et refait le geste de Saint Martin, patron de la paroisse, qui donna la moitié de son manteau à un pauvre […]
Lire la suite ›